Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Salazarisme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Le Salazarisme.   Mar 13 Fév - 18:20

Antonio de Oliveira Salazar.


Fils de paysans pauvres, catholique, célibataire, il commence ses études de droit dès 1910, au moment même où de graves évènements troublent le Portugal qui, jusqu’en 1926, ne connaît pas moins de seize émeutes ou coups d’état. Il devient professeur d’économie politique. En 1921, il est élu député mais renonce vite à ses fonctions, par mépris du parlementarisme. Le 28 Avril 1926, les généraux Carmona et Gomez da Costa prennent le pouvoir. En 1928, le Général Carmona fait appel à lui, Salazar devient ministre des finances et réussit à stabiliser la monnaie et à équilibrer le budget.


Un état autoritaire, mais pas fasciste.

En 1932, il est élu Président du Conseil et institue, avec l’approbation générale, une nouvelle constitution, l’ESTADO NOVO, qui fonde un régime autoritaire, anti-communiste, catholique et corporatiste. La nature de ce régime est détaillée dans une brochure écrite par lui, « Comment on relève un état ». Ce texte constitue une bonne définition de ce qu’est le Salazarisme.

Sur le plan des institutions, le parlementarisme empêchant la stabilité et la cohésion des décisions, « la solution fut la dictature nationale établie sans coup férir par l’armée, le 28 Mai 1926. Cette dictature a précédé – et c’était la logique politique – l’œuvre de réorganisation à entreprendre dans les différents domaines, à commencer par le financier, et voici en quoi elle a consisté : Fermeture et dissolution des chambres, dissolution des partis, institution d’un gouvernement fort et indépendant, plus quelques restrictions nécessaires touchant la liberté de la presse et de réunion ».

Il n’y a pas, chez Salazar, la conception d’un chef sauveur de la nation. Il rejette cependant la souveraineté du peuple. « Que le souci du peuple nous tienne aux entrailles et que nous soyons les défenseurs de son ascension continue dans l’ordre matériel et moral, n’implique nullement, pour nous, le besoin de croire que dans la masse se trouve l’origine du pouvoir, et que le gouvernement peut être l’œuvre de la multitude et non d’une élite à laquelle incombe le devoir de diriger la collectivité et de se sacrifier pour elle. »

Pas de culte du chef, mais aussi rejet du Fascisme. Ainsi, un chapitre de la brochure est intitulé : « L’Etat Portugais n’est pas fasciste » car « (…) le Fascisme et le National-Socialisme, qui divergent du Communisme par leurs conceptions économiques et leurs exigences spiritualistes, lui ressemblent par leur concept d’état totalitaire ».

La religion, un élément central.

Le Salazarisme, c’est avant tout La Religion : « Si le monde ne connaît pas une longue période d’idéalisme, de spiritualisme, de vertus civiques et morales, il ne me semble pas qu’il sera possible de surmonter les difficultés de notre temps. »

De ce postulat, découle le reste. Le Portugal ne pouvant être dissocié du Christianisme , la Nation, qui pour Salazar existe au-dessus de tout et en dehors du reste, est l’intérêt supérieur pour lequel les sacrifices doivent être faits. « Aussi loin que nous puissions aller en notre tolérance envers les divergences doctrinales qui, sur différents points, divisent les hommes, nous sommes forcés de dire que nous ne reconnaissons pas de liberté contre la nation, contre le bien commun, contre la famille, contre la morale. Nous voulons au contraire que la famille et l’école impriment dans les âmes en formation, d’une façon indélébile, ces hauts et nobles sentiments qui caractérisent notre civilisation et l’amour profond de la patrie (…). »

Pour les femmes, les positions sont claires : « Le travail de la femme en dehors du foyer désagrège celui-ci, sépare les membres de la famille, les rend étrangers les uns aux autres. La vie en commun disparaît, l’œuvre éducative des enfants en souffre, le nombre de ceux-ci diminue (…). »

Un régime corporatiste.

Au niveau économique, il est difficile de situer Salazar d’après cette brochure. On constate que Salazar se montre très critique envers le Capitalisme. « Quels que soient les avantages que comporte la concurrence, il n’est pas douteux qu’elle ne constitue pas une force économique permanente, car elle tend à son autodestruction, et la collectivité ne bénéficie pas non plus de ces avantages sans dommage appréciable. »

Pour résoudre ce problème, il revient, et c’est une autre caractéristique du Salazarisme, dans ce passé des corporations qui ont fait la gloire du Portugal. « Si l’on ne veut pas que l’Etat organise et dirige lui-même l’économie de la Nation, il n’y a qu’une solution : L’organisation corporative, grâce à laquelle l’Etat peut tirer un bénéfice de toutes les forces productrices, tout en maintenant les principes de la propriété privée, de l’initiative particulière, de la concurrence modérée, et tout en usant de son autorité pour réprimer les abus. »

Le Salazarisme, une vision du monde.

Les trois pages de conclusion tournent autour d’idées fortes soulignées par l’auteur : « Nous ne demandons pas grand-chose : Notion et sens de la Patrie et de la solidarité nationale ; famille – cellule sociale par excellence ; autorité et hiérarchie ; valeur spirituelle de la vie et du respect dû à la personne humaine ; obligation du travail ; supériorité de la vertu ; caractère sacré des sentiments religieux – voila l’essentiel pour la formation mentale et morale du citoyen de l’Etat Nouveau. »

Le Salazarisme peut être vu comme une doctrine du retour à un « âge d’or » disparu, au contraire des doctrines fascistes qui se proclament plutôt comme des révolutions vers un nouvel âge.

Neutralité et connivences.

Le Portugal fut neutre durant la 2ème guerre mondiale, mais ne cacha pas ses sympathies pour les puissances de l’Axe (une légion de volontaires portugais en Espagne avait aidé l’action de Franco, il fait parvenir aux usines de guerre nazies les quelques métaux rares - tungstène notamment - dont dispose le pays, les drapeaux seront mis en berne, à l’annonce du suicide d’Hitler en 1945). Pourtant, dès les premières victoires alliées, Salazar met à leur disposition en 1943, les Açores. Le Portugal intégra l’Alliance Atlantique en 1949 (parce que historiquement, resté trop lié à l’Angleterre Rolling Eyes ). Le Portugal est alors un petit état d’Europe, mais il dispose de nombreuses colonies. Salazar se refuse à la décolonisation, qu’il interprète comme une infiltration du communisme international, et engage ses forces pour lutter contre les guérillas nationalistes au Mozambique, en Angola et en Guinée.

Les deux morts de Salazar.

Après le concile Vatican II, de plus en plus nombreux sont les Catholiques à penser que l’Etat Portugais n’applique pas les enseignements de l’Eglise ( ?). Salazar est de plus en plus critiqué et laisse, pour des raisons de santé (hémorragie cérébrale), la place à Marcelo Caetano (ancien Ministre des Colonies et ancien chef de l’organisation étatique de la jeunesse, la Mocidade Portuguesa) en 1968. Il meurt en 1970.

A l’instar de l’Espagne et de la Grèce, le Portugal est isolé de la communauté internationale. La voix de l’opposition se fait entendre malgré la surveillance exercée par la PIDE (Police intérieure et de défense de l’Etat). La Revolucion de los Claveles (Révolution des Œillets), déclenchée en Avril 1974, mit fin au régime que Salazar avait instauré. Les militaires du Mouvement des Forces Armées (MFA) organisèrent un coup d’état. Le Général Antonio de Spinola prend la tête de la junte. Caetano est expulsé.

Le programme minimum du MFA, c’était les trois D, contre les trois F du Salazarisme : « Démocratie, Décolonisation, développement » contre « Fado, Fatima, Football ».

C’est la fin du Salazarisme au Portugal ; Salazar est pourtant l’un des hommes qui a contribué le plus à la survie de son pays, en tant que nation indépendante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diego de la Vega
Page
avatar

Nombre de messages : 121
Localisation : Nantes en Bretagne, Pays de la Loire, va te faire voir !
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Mar 13 Fév - 18:27

Remarquons que le discours de Le Pen n'a rien à voir avec la politique catholique de Salazar.
D'ailleurs, Le Pen ne fait pas mystère de ses références : il se réclame de Clémenceau, homme de gauche s'il en est ! Ce que beaucoup ne comprennent pas, c'est que Le Pen est un homme qui, au XIXe siècle, aurait été classé à gauche. C'est un républicain qui défend les idées de la Révolution maçonnique et qui est condamné par Pie IX et Léon XIII pour la défense des libertés modernes et maçonniques.

Je ne sais si le Salazar français est né, en tout cas, il reste bien discret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.editions-delacroix.com/librairie/index.html?c70.html
Nordland
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 850
Date d'inscription : 25/08/2006

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Mar 13 Fév - 18:33

Diego de la Vega a écrit:
Remarquons que le discours de Le Pen n'a rien à voir avec la politique catholique de Salazar.
D'ailleurs, Le Pen ne fait pas mystère de ses références : il se réclame de Clémenceau, homme de gauche s'il en est ! Ce que beaucoup ne comprennent pas, c'est que Le Pen est un homme qui, au XIXe siècle, aurait été classé à gauche. C'est un républicain qui défend les idées de la Révolution maçonnique et qui est condamné par Pie IX et Léon XIII pour la défense des libertés modernes et maçonniques.

Exactement... Sous un vrai pape, le Front National aurait suivi le même chemin que l'Action Francaise de Maurras : la condamnation !

Nordland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diego de la Vega
Page
avatar

Nombre de messages : 121
Localisation : Nantes en Bretagne, Pays de la Loire, va te faire voir !
Date d'inscription : 30/01/2007

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Mar 13 Fév - 18:40

La gauche et la droite sont nommés en référence à un centre qui, lui, ne cesse de bouger et d'évoluer toujours vers la gauche exclusivement. Ce n'est pas parce que l'on reste à droite que l'on est statique. LA Révolution est une évolution dynamique vers la gauche.

C'est ainsi qu'Alain Soral rejoint le FN en se disant toujours marxiste et s'en trouve très bien. Il a avoué qu'il n'aurait jamais pu soutenir le FN dans les années 80. Le FN sera demain d'extrême gauche par rapport à ce qu'il est aujourd'hui. C'est le sens de l'histoire marxiste, et ce n'est pas avec Soral que cela va s'arranger !...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.editions-delacroix.com/librairie/index.html?c70.html
Le Guérisseur
Page
avatar

Nombre de messages : 152
Localisation : Nationaliste contre-révolutionnaire
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Jeu 15 Fév - 22:27

Salazar est un modèle pour les nationalistes catholiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nationaliste.bb-fr.com/
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Mar 23 Déc - 19:20

Document:

L'inauguration du Stade National par Salazar, en 1944.
Pas aussi impressionnant qu'à Berlin en 36, mais bon ( Laughing )... Vers la fin, on voit les jeunes filles de la "Mocidade Portuguesa" défiler, en faisant le salut romain (ce qui était assez rare, au Portugal)




http://www.dailymotion.com/video/k5RTrXN2lawEDjGiNY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pluchon
Ecuyer


Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 10/05/2009

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Sam 12 Sep - 8:14

 
Ar-Ka. a écrit:
La religion, un élément central.
Salazar écrivait en 1952 :

O. Salazar (Principes d’action, p. 74) a écrit:
Le meilleur chemin à suivre n’était pas l’adoption officielle par l’État de la religion catholique, mais la reconnaissance du fait que la religion catholique était professée par la majorité de la nation.
Salazar était sur ce plan loin de la doctrine catholique, puisqu’il prônait l’État non confessionnel et la liberté religieuse. En juillet 1959, il fit même rejeter par les députés un projet de loi visant à introduire le nom de Dieu dans la constitution !

C’est d’autant plus surprenant qu’il avait l’exemple si proche de l’Espagne, à peine relevée d’une guerre civile, dont le chef avait au contraire reconnu les droits de Dieu sur l’Etat.

On peut y voir les séquelles de la première formation “catholique libérale” de Salazar. Ce qui n’empêche évidemment pas de reconnaître que, dans les faits, il a accordé un appui très efficace à l’action de l’Église. Ni de voir en lui l’homme de la Providence, ce que Sœur Lucie a reconnu à plusieurs reprises.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de stercore
Chevalier


Nombre de messages : 946
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Le Salazarisme.   Sam 12 Sep - 11:28

D'après sœur Lucie, la Très Sainte Vierge aurait déclaré: "Jamais le Portugal ne perdra le dogme de la foi".

Nous pouvons-nous poser beaucoup de question!!! Le clergé portugais, après avoir embrassé les nouvelles doctrines conciliaires, est bien en communion avec un apostat.

Ceci ne nous empêche pas de vénérer, comme il se doit, Notre Dame de Fatima.

de stercore Arrow Arrow Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pluchon
Ecuyer


Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 10/05/2009

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Sam 12 Sep - 12:18

 
de stercore a écrit:
D'après sœur Lucie, la Très Sainte Vierge aurait déclaré: "Jamais le Portugal ne perdra le dogme de la foi".
Oui, c’est fort curieux, les catholiques portugais – à commencer par sœur Lucie elle-même – ne paraissent pas briller spécialement par leur clairvoyance face à cette épouvantable crise de la foi.

Le Portugal a bénéficié, spirituellement et temporellement, des apparitions, au moins jusqu’au début des années soixante. Mais depuis, c’est en tout cas beaucoup moins visible.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Ven 9 Oct - 13:58

http://books.google.fr/books?id=i8xhQkCsY0kC&pg=PA72&lpg=PA72&dq=blondel+modernisme&source=bl&ots=a0D3tnRSdh&sig=fTCWoJyRyncbKHErDRZNeGgja88&hl=fr&ei=5Q3PSqCvKaDbjQfjxui5Dg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=6#v=onepage&q=blondel%20modernisme&f=false

lire la condamnation de l'Etat Chrétien, au nom des principes maçonniques de la liberté de conscience. (remonter, et descendre les pages dans le livre)

Laberthonnière, Le Roy, Loisy, etc et Blondel,
les fondateurs philosophiques de la nouvelle religion dont les pontifes conciliaires sont les mercenaires triomphants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Lun 12 Oct - 16:01

Pluchon a écrit:
"Salazar était sur ce plan loin de la doctrine catholique, puisqu’il prônait l’État non confessionnel et la liberté religieuse..."





Oui, Salazar n'était qu'un "Libéral"! Rolling Eyes

Pour preuve ce qu'en dit J. Ploncard d'assac dans "Doctrines du Nationalisme":
"La Constitution de Salazar imposera à l'Etat « le respect pour les garanties dérivées de la nature en faveur des individus, des familles, des corporations et des autarcies locales », elle assurera « la liberté et l'inviolabilité des croyances et des pratiques religieuses »" etc...
Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   Lun 12 Oct - 23:20

Ar-Ka. a écrit:
Pluchon a écrit:
"Salazar était sur ce plan loin de la doctrine catholique, puisqu’il prônait l’État non confessionnel et la liberté religieuse..."





Oui, Salazar n'était qu'un "Libéral"!

Pour preuve ce qu'en dit J. Ploncard d'assac dans "Doctrines du Nationalisme":
"La Constitution de Salazar imposera à l'Etat « le respect pour les garanties dérivées de la nature en faveur des individus, des familles, des corporations et des autarcies locales », elle assurera « la liberté et l'inviolabilité des croyances et des pratiques religieuses »" etc...

Encore un candide ou ignare utile au système. Depuis 1974, il servira de "preuve" que le catholicisme n'est qu'un repoussoir oppressif et obscurantiste.

De même, Maurras a servi à transformer en repoussoir répugnant, la théologie catholique classique et scolastique, vers 1900, à Blondel et aux modernistes, lesquels se sont lancés à corps perdu dans la philosophie moderne. Le principe d'Autorité a été corrompu et perverti par ce Maurras païen et matérialiste, qui aura a été le plus sûr fossoyeur moderne du Règne de Notre Seigneur Jésus Christ.
Un siècle après l'autre ce sont toujours les mêmes recettes. Le système infiltre parfois pour dominer une masse d'abrutis, ou simplement il se sert de candides et ignorants comme de leviers à la réaction, "Réaction" qui contient toute l'énergie pour relancer de plus belle la Révolution !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Salazarisme.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Salazarisme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: La Cité Catholique (doctrine sociale et politique)-
Sauter vers: