Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chronologie des tractations Vatican-Israël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Lun 29 Jan - 22:08

Source : http://associationpdv.online.fr/articles/html/A241.vatican_jerusalem.htm.

Octobre 1991. Le 12 octobre, le Président du Congrès Juif Mondial, Edgar Bronfman, est nommé Président du Comité Juif International chargé des consultations inter religieuses, afin d'établir des rapports officiels entre le Vatican et l'Etat d'Israël.

Mars 1992. Le 17 mars, le Maire de Jérusalem, Teddy Kollek, déclare: "Le gouvernement Israélien devrait accéder aux exigences du Vatican, qui réclame un statut spécial pour Jérusalem".

Avril 1992. Le 1er avril, le Vatican annonce qu'il prend position en faveur d'une "victoire" du Parti Travailliste, lors des élections générales de juin 1992 en Israël.

Le 15 avril, le Cardinal Ratzinger, l'un des principaux diplomates du Vatican, visite Israël pour la première fois, mais se contente de rencontrer Teddy Kollek, le Maire de Jérusalem.

Juin 1992. Les tentatives faites par l'Eglise Catholique pour soustraire laVieille Ville de Jérusalem à l'autorité des Juifs commencent en juillet 1992. Selon les informations publiées sur le propre site Internet du Ministère Israélien des Affaires Etrangères, dès le moment où le nouveau gouvernement travailliste conduit par Yitzhak Rabin a repris le pouvoir des mains de Yitzhak Shamir, après avoir vaincu le parti Likoud aux élections, des négociations secrètes ont commencé entre le Vatican et l'Etat d'Israël.

Qu'est-ce qui a précipité ces négociations secrètes? Qui a organisé ces discussions, et pourquoi? Pour quelles raisons ces discussions ont-elles été cachées à l'opinion publique israélienne? Quels ont été les résultats de ces discussions? Que font aujourd'hui les responsables de ces négociations?

Tout le dossier des relations bilatérales entre Israël et le Vatican est gardé délibérément secret. Il n'est donc pas étonnant que bien peu de citoyens Israéliens connaissent aujourd'hui l'état des relations entre Israël et le Vatican, dont la presse Israélienne ne parle pratiquement jamais ! Pour connaître l'histoire officielle des contacts secrets entre le Vatican et l'équipe de négociateurs dirigés par Yossi Beilin, qui était à l'époque Ministre Adjoint des Affaires Etrangères, il faut savoir que Shlomo Gur, assistant personnel de Yossi Beilin, connaissait quelqu'un qui le mit en contact avec le Père David Jaeger. Le Père Yaeger était Président du Tribunal Ecclésiastique Catholique d'Austin, au Texas. Il avait été élevé dans une famille de Juifs Orthodoxes, s'était converti au Catholicisme, et était par la suite devenu prêtre, ce qui n'arrive pas souvent à des Juifs Orthodoxes!

Suite à ces premiers contacts de juillet 1992, dès l'entrée en fonctions du gouvernement Rabin, et à part les maigres informations publiées sur le site du Ministère des Affaires Etrangères, on ne sait rien des discussions qui ont abouti à un accord signé le 30 décembre 1993. Rien n'est paru dans la presse israélienne. Les informations divulguées sur l'accord étaient extrêmement limitées et générales.

Pourtant, il s'agissait là de l'une des négociations politiques les plus importantes que l'Etat d'Israël ait jamais menées, au niveau mondial. Et la presse n'en a presque rien dit! Il n'est pas étonnant que les Israéliens n'en sachent rien. Le dossier demeure secret.

Novembre 1992. Le fondement idéologique de l'accord secret conclu par Shimon Peres et Yossi Beilin avec le Vatican est constitué par un document rédigé personnellement par Yossi Beilin, et intitulé: "Le caractère illégitime de la souveraineté d'Israël sur Jérusalem". Ce document donne les grandes lignes du programme du gouvernement israélien concernant l'avenir de Jérusalem. Il propose une division de la Vieille Ville en cantons, dont les postes d'entrée et de contrôle seraient sous l'autorité des Nations Unies.

Ce plan, qui devait conduire à l'accord signé en décembre 1993, a commencé à être discuté en novembre 1992, au moment même où se tenaient à Londres les premières rencontres entre les Israéliens et l'OLP, qui devaient aboutir aux accords d'Oslo. L'événement réellement important était la tentative de prise de contrôle de la Vieille Ville de Jérusalem par le Vatican. Les "accords de paix" d'Oslo entre Israël et les Palestiniens n'étaient en fait destinés qu'à détourner l'attention publique de ce qui se passait à un autre niveau de la politique extérieure de l'Etat d'Israël.

Septembre 1993. Le 10 septembre, trois jours exactement avant de signer les Accords d'Oslo à Washington, le journal italien La Stampa écrit que le Ministre Israélien des Affaires Etrangères avait conclu un accord secret avec le Vatican, pour céder la souveraineté de la Vieille Ville de Jérusalem au Vatican, et que cet accord comprenait des clauses secrètes. Cette même semaine, au moment où Shimon Peres et Yasser Arafat signaient à Washington leur "Déclaration de Principes", la commission Israélo-Vaticane tient une réunion spéciale en Israël. Selon l'accord conclu avec le Vatican, il est prévu qu'Israël cède le contrôle de la Vieille Ville au Vatican avant l'année 2000. Ce plan prévoit aussi que Jérusalem doit devenir une sorte de second Vatican dans le monde, et que les trois grandes religions monothéistes doivent être représentées à Jérusalem, sous l'autorité du Vatican. Jérusalem doit rester la capitale de l'Etat d'Israël, mais la Vieille Ville doit être administrée par le Vatican.

Arafat avait donné son accord à ce plan juste avant sa fameuse poignée de mains avec Rabin à Washington, en 1993. Mais quand il comprit que le Vatican devait aussi laisser Israël mener à bout ses projets sur le Mont du Temple, il fit volte-face et rejeta le plan. Afin de "récupérer" Arafat et les Palestiniens, le Vatican signa le 14 février 2000 un accord avec l'OLP et Arafat. Dans cet accord, le Vatican reconnaît comme justifiées les prétentions des Palestiniens sur Jérusalem Est.

Sept mois après la signature de cet accord, éclatait la nouvelle Intifada, suite à la visite d'Ariel Sharon sur l'esplanade du Temple. Il se peut que, par cette nouvelle Intifada, Arafat ait voulu montrer au Vatican ce qu'il était prêt à faire pour lui, en échange de sa reconnaissance des prétentions des Palestiniens sur Jérusalem Est, et de leur droit à posséder un Etat. Car les violences au Moyen-Orient servent directement les intérêts de l'Eglise Catholique, surtout si le statut de Jérusalem fait l'objet de négociations. Si Arafat a reçu des garanties du Vatican, et si ce dernier l'a assuré que, quoi qu'il fasse, les Européens ne l'abandonneront pas, cela peut expliquer qu'il ait accepté de déclencher l'Intifada en septembre 2000.


Dernière édition par le Lun 29 Jan - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Lun 29 Jan - 22:10

On a répété qu'à Camp David, Ehud Barak avait "tout offert" à Arafat. Mais ce n'est que de la propagande. Rien n'aurait pu être offert sans l'approbation de la Knesset. L'Intifada n'aurait pas pu être déclenchée si Arafat n'avait pas reçu des principales puissances européennes l'assurance qu'il survivrait à cette guerre. L'accord de février 2000 entre le Vatican et l'OLP aurait eu une tout autre signification s'il était intervenu trois ou quatre années auparavant. Le fait qu'il ait été conclu peu avant l'Intifada rend celle-ci parfaitement logique, du point de vue d'Arafat.

Novembre 1993. Un article de l'hebdomadaire israélien Kol Ha'Ir révèle ceci: "Au cours des six derniers mois, sur le problème de l'avenir de Jérusalem, le gouvernement Israélien a pris l'avis d'une commission de planification dirigée par Raanan Weitz, un proche de Teddy Kollek, Maire de Jérusalem. Weitz avait été l'un des directeurs de l'Agence Juive.

Le 9 septembre 1993, au cours d'une réunion secrète, juste la veille du jour où le Premier Ministre Rabin devait signer les Accords d'Oslo, cette commission s'est réunie secrètement pour approuver le principe d'un plan concocté par Weitz, et intitulé: "La Métropole de Jérusalem".

Décembre 1993. Sans aucune couverture médiatique sérieuse, le 30 décembre, le gouvernement Israélien reconnaît publiquement avoir signé un "accord historique" avec le Vatican. Cet accord s'intitule "Accord Fondamental entre le Saint Siège et l'Etat d'Israël". On peut y lire dans le préambule: "Connaissant le caractère singulier et de la signification universelle de la Terre Sainte, conscients de la nature unique des relations entre l'Eglise Catholique et le peuple Juif, et reconnaissant le processus historique de réconciliation, dans la croissance d'une compréhension et d'une amitié mutuelles entre les Catholiques et les Juifs, les deux parties ont décidé, le 29 juillet 1992, d'établir une "Commission de Travail Bilatérale Permanente", afin d'étudier et de définir ensemble les problèmes d'intérêt commun, afin de formaliser leurs relations." Un mois à peine après la prise de pouvoir des Travaillistes, cette Commission était déjà créée, pour étudier la poursuite des relations entre Israël et le Vatican. De qui donc est venue cette initiative aussi rapide, au sein de ce nouveau gouvernement ?

Avril 1994. Shmuel Meir, Maire Adjoint de Jérusalem, annonce au cours d'une conférence de presse, qu'il vient d'être informé que toutes les propriétés qui seraient cédées au Vatican à Jérusalem bénéficieraient d'un statut d'extraterritorialité. Au début de l'année 1996, Meir fut tué au cours d'un accident de voiture très suspect: sa voiture fut percutée par un véhicule des Nations Unies, dont le chauffeur ne fit l'objet d'aucune poursuite.

Mai 1994. Marek Halter, un intellectuel Français, philosophe et Juif, dévoile à l'hebdomadaire Israélien HaShishi qu'il avait remis personnellement au Pape une lettre de Shimon Peres, en septembre 1993. Dans cette lettre, Peres promettait au Pape d'internationaliser Jérusalem, en accordant aux Nations Unies le contrôle politique de la Vieille Ville de Jérusalem, le Vatican devant contrôler tous les lieux saints. Les Nations Unies devaient aussi accorder aux Palestiniens une capitale, dans les limites du territoire qu'elles contrôleraient, et Jérusalem Est devait devenir une sorte de zone de libre-échange pour la diplomatie mondiale.

Juin 1994. Le 15 juin, le gouvernement Israélien signe un accord avec le Vatican, autorisant l'Eglise Catholique à participer aux négociations devant déterminer l'avenir de Jérusalem.
Juillet 1994. Le 9 juillet, le Ministre des Affaires Etrangères du Vatican, Jean-Louis Tauran, fait cette déclaration à Amman, en Jordanie: "Avant de résoudre les problèmes territoriaux, nous devons trouver des garanties internationales pour sauvegarder le caractère unique de Jérusalem, et s'assurer qu'aucune des parties en présence ne parviendra jamais à proclamer unilatéralement à son profit la possession de Jérusalem".
Novembre 1994. Israël signe un traité de paix avec la Jordanie.

Selon les journaux Haaretz, Maariv et Yediot Achronot, ce traité comprend des clauses secrètes concernant Jérusalem et le problème de l'eau. Cet accord avait été négocié à Londres huit mois auparavant entre Rabin, le Roi Hussein, et Lord Victor Mishcon. Selon cet accord, la Jordanie devait recevoir le contrôle des Lieux Saints musulmans, le Vatican devant contrôler la Vieille Ville de Jérusalem.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Lun 29 Jan - 22:18

Mars 1995. A la suite d'une "fuite", un message de l'ambassade Israélienne à Rome, destiné au Ministère des Affaires Etrangères à Jérusalem, parvient à la station de radio Arutz Sheva. Ce message confirme que Jérusalem est livré au Vatican. Deux jours plus tard, ce message fait la "une" du journal Haaretz. Shimon Peres était l'auteur de ce message, dans lequel il écrivait: ". Comme je l'ai précédemment promis au Saint-Siège". (Le compte-rendu d'une réunion tenue en 1997 avec le Président Clinton, et qui citait la teneur du message de Shimon Peres, avait été largement diffusé par la suite).

Avril 1995. Avraham Shapira, membre de la Knesset, annonce à la Knesset qu'il vient d'apprendre que tous les biens immobiliers appartenant au Vatican à Jérusalem allaient être exemptés de taxes, et que de vastes propriétés sur le Mont Sion avaient été données au Pape à perpétuité.

Février 1996. Une délégation du Vatican rencontre à Jérusalem le Ministre Palestinien des Affaires Religieuses, Hassan Tahbob. Le Père Sebastian, Secrétaire Général du Vatican, annonce que le Saint Siège reconnaît la souveraineté palestinienne sur Jérusalem Est. Après que Shimon Peres a remplacé Yitzhak Rabin comme Premier Ministre d'Israël, le Ministre de la Sécurité Intérieure, Moshe Shachal, refuse de permettre qu'une réunion de l'Autorité Palestinienne se tienne à l'Hospice Notre Dame, appartenant au Vatican, et situé à Jérusalem. Selon Shachal, les Palestiniens avaient le projet d'utiliser le Vatican pour "tourner" les Accords d'Oslo.

Novembre 1997. Le 10 novembre, l'Etat d'Israël et le Vatican signent "l'Accord de Personnalité Légale", selon lequel l'Etat d'Israël accepte de donner "pleinement force de loi à la personnalité légale de l'Eglise Catholique elle-même". Chacun devra s'efforcer de comprendre ce que signifie cette formule obscure!

Février 2000. Assurant ses arrières en voulant conclure des accords bilatéraux avec les deux protagonistes du conflit israélo-arabe, le Pape Jean-Paul II, le 14 février, rencontre à Rome Yasser Arafat pour signer avec lui un accord destiné à normaliser les relations entre l'Eglise Catholique à Jérusalem et l'Autorité Palestinienne. Le Président du Conseil Législatif Palestinien, Ahmed Qurei, déclare au Jerusalem Post que cet accord représente "la reconnaissance par l'Eglise Catholique des revendications palestiniennes sur Jérusalem Est". Selon le porte-parole d'Arafat, Nabil Abu Rudaineh, "Arafat soutient depuis longtemps l'idée d'un partage des souverainetés sur une Jérusalem non-divisée, le Vatican gardant le contrôle de la Vieille Ville".

On veut ainsi nous faire croire que c'est Arafat, et non le Vatican, qui serait à l'origine de ce plan! L'accord Vatican-OLP se déclare en faveur de "l'internationalisation de Jérusalem, fondée sur des résolutions et des garanties internationales". Cet accord fut signé malgré le fait que le Vatican ait signé un accord avec Israël en décembre 1993, six années auparavant, accord qui conférait au Vatican la juridiction légale sur tous ses biens possédés en Israël, et sur toutes ses institutions dans ce pays.

Mars 2000. Le pape visite la Terre Sainte, et répète l'insistance du Saint Siège à voir "sauvegardées les lieux saints de Jérusalem, et les intérêts de toutes les religions qui y sont représentées, par un contrôle international, et un statut spécial garanti au niveau international". Il affirme aussi que "Jérusalem reste l'obstacle principal à la paix dans cette région".

Le 27 mars, l'Autorité Palestinienne déclare que le Vatican n'insiste plus sur le statut international de la Vieille Ville de Jérusalem, et qu'il accepte la division politique de la Vieille Ville entre Israël et les Palestiniens. Si Arafat a réellement eu des assurances du Vatican à ce sujet, on peut se demander si cela n'a pas joué en faveur su déclenchement de l'Intifada, six mois plus tard.

Octobre 2000. Au cours d'un discours prononcé devant les Nations Unies le 30 octobre, l'Archevêque Renato Martino déclare: "Le caractère unique de Jérusalem, ville sacrée pour trois grandes religions, rend essentiel le fait que ce soient les dirigeants religieux, et non politiques, qui contrôlent les Lieux Saints". Le pape Jean-Paul II, rencontrant le 26 octobre l'Ambassadeur du Liban auprès du Vatican, Fouad Aoun, déclare que "l'on devrait accorder à la ville de Jérusalem un statut spécial garanti internationalement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Lun 29 Jan - 22:21

Janvier 2001. Des journalistes de la télévision israélienne ont pu secrètement filmer l'intérieur de la "Mosquée d'Omar", ce sanctuaire du 7e siècle qui a sans doute été délibérément construit à la place du Lieu Très Saint, la pièce la plus sacrée de l'antique Temple Juif. Leur vidéo a révélé l'existence d'un nouveau tunnel, de grandes dimensions, qui pénètre sous l'emplacement présumé du Temple. Au cours des Croisades, au 12e siècle, les Templiers ont creusé sous les ruines du Temple pendant neuf ans, et ont découvert tout un réseau de tunnels, dans lesquels les sacrificateurs Juifs avaient caché leurs trésors pour empêcher les Romains de les voler, en l'an 70 après Jésus-Christ.


Juillet 2002. Les délégations israélienne, américaine et allemande doivent combattre une proposition-surprise présentée par la délégation italienne, devant l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération Européenne à Berlin. Cette proposition demandait l'internationalisation de Jérusalem. Le chef de la délégation italienne a déclaré au Rabbin Abraham Cooper, doyen adjoint du Centre Simon Weisenthal, basé aux Etats-Unis, que le souci principal du gouvernement italien était "de ne pas donner aux Palestiniens le contrôle des Lieux Saints chrétiens, lors des futures négociations de paix". Personne n'a compris pour quelle raison le gouvernement laïc de l'Italie avait accordé une telle importance à ce problème. (Voir le Jérusalem Post du 8 juillet 2002).


L'objectif ultime du Vatican est de prendre le contrôle de la Vieille Ville de Jérusalem, en l'arrachant des mains de l'Etat d'Israël. C'est pour cela que le Vatican a signé avec Israël un accord secret obligeant Israël à respecter le caractère extraterritorial de ses possessions dans Jérusalem. Bref, nous avons accepté que le Vatican ait le droit d'installer un "mini Vatican", avec des ambassades souveraines, au cour même de notre capitale éternelle de Jérusalem. En outre, ce même Vatican s'est engagé formellement, en public et par un accord écrit, à concéder aux Palestiniens une zone de souveraineté dans la Vieille Ville de Jérusalem. Il est de notoriété publique à présent que cet accord secret a bien été signé, dans le dos du peuple Israélien, accord promettant au Vatican de prendre le contrôle de la Vieille Ville. Il existe des preuves publiques formelles que cet accord secret a été signé avec le Vatican par deux représentants du gouvernement Israélien, Yossi Beilin et Shimon Peres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Ven 2 Fév - 19:25

Mardi 5 août 2003 :

Source (en anglais):
http://www.worldnetdaily.com/news/article.asp?ARTICLE_ID=33711

Le leader israélien de l'opposition, Shimon Peres, propose que Jérusalem
soit déclarée capitale du monde, afin d'empêcher la compétition entre juifs
et arabes pour la domination sur cette ville.

[...]

Le quotidien israélien _Ma'ariv_ raconte que l'idée a été rendue publique
lundi lors d'une tournée de Peres auprès de responsables russes.

Selon _Ma'ariv_, Peres aurait suggéré que le Secrétaire Général de l'ONU
soit nommé maire, et en cette qualité, il pourrait à son tour nommer des
députés arabes et juifs afin qu'ils administrent chacun leurs lieux saints,
enchevêtrés ensemble dans la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
E-M Laugier
Sénéchal


Nombre de messages : 1781
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Ven 2 Fév - 19:35

Abbé Grossin a écrit:
Mardi 5 août 2003 :

Source (en anglais):
http://www.worldnetdaily.com/news/article.asp?ARTICLE_ID=33711

Le leader israélien de l'opposition, Shimon Peres, propose que Jérusalem
soit déclarée capitale du monde, afin d'empêcher la compétition entre juifs
et arabes pour la domination sur cette ville.

[...]

Le quotidien israélien _Ma'ariv_ raconte que l'idée a été rendue publique
lundi lors d'une tournée de Peres auprès de responsables russes.

Selon _Ma'ariv_, Peres aurait suggéré que le Secrétaire Général de l'ONU
soit nommé maire, et en cette qualité, il pourrait à son tour nommer des
députés arabes et juifs afin qu'ils administrent chacun leurs lieux saints,
enchevêtrés ensemble dans la ville.

Et les catholiques ? c'est du poulet ?
Dire que ces Terres sont exclusivement Cathos scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Credo
Sénéchal


Nombre de messages : 1347
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Ven 2 Fév - 23:23

Citation :
Dire que ces Terres sont exclusivement Cathos
Pas seulement...Franques aussi!! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.a-c-r-f.com/
E-M Laugier
Sénéchal


Nombre de messages : 1781
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Ven 2 Fév - 23:46

Credo a écrit:
Citation :
Dire que ces Terres sont exclusivement Cathos
Pas seulement...Franques aussi!! Twisted Evil

ça en découle
par filiation de la France à l'Eglise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Credo
Sénéchal


Nombre de messages : 1347
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Sam 3 Fév - 0:03

Citation :
ça en découle
par filiation de la France à l'Eglise
Dans ce cas prècis, pas vraiment...Car c'est d'abord à St Charlemagne, que l'Ennemi donna la souveraineté sur les Lieux Saints...Et seulement après (mais les 2 étant intimement liés) que l'Eglise en a la possession spirituelle...

Donc on peut dire que ces Terres appartiennent aux Francs et ensuite à l'Eglise. Nuance. Wink


Dernière édition par le Dim 4 Fév - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.a-c-r-f.com/
E-M Laugier
Sénéchal


Nombre de messages : 1781
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Sam 3 Fév - 0:15

Credo a écrit:
Citation :
ça en découle
par filiation de la France à l'Eglise
Dans ce cas prècis, pas vraiment...Car c'est d'abord à St Charlemagne, que l'Ennemi donna la souverainneté sur les Lieux Saints...Et seulement après (mais les 2 étant intimement liés) que l'Eglise en a la possession spirituelle...

Donc on peut dire que ces Terres appartiennent aux Francs et ensuite à l'Eglise. Nuance. Wink

soit.

Donc ces terres semitiques c'est chez nous ?
stahler n'apprecierait pas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronologie des tractations Vatican-Israël   Aujourd'hui à 18:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronologie des tractations Vatican-Israël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Italian police probe Vatican bank officials
» Chronologie du Quatrième Âge !
» Problème sur la chronologie
» .:: Chronologie, histoire et esprit ::.
» Chronologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Religion, doctrine, apologétique-
Sauter vers: