Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ernest Hello

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Ernest Hello   Ven 26 Jan - 18:19

Ernest Hello est le fils d'un haut magistrat incroyant; jeune, lui-même perd la foi. En 1846, à 18 ans, il commence à aller écouter les sermons de Lacordaire à Notre-Dame. Plus tard, il prendra ses distances avec la pensée libérale de Lacordaire, mais son influence fut certaine. Il participe aux réunions organisées le vendredi à Saint-Sulpice par le P. Baudry, qui l'initie à la spiritualité de l'Ecole française et de l'Oratoire (Bérulle, Ollier...). Ses lectures sont nombreuses (Mgr Charles-Louis Gay, partisant de l'infaillibilité pontificale, Görres...) et il est en contact avec le mystique tourangeau Léon Dupont. Sa femme Zoé joue un grand rôle dans sa vie, le déchargeant des soucis matériels, écrivant des nouvelles prisées du public sous le pseudonyme de Jean Lander.

En 1858, il publie son premier livre : M. Renan, l'Allemagne et l'athéisme au XIXème siècle. Né la même année qu'Hyppolyte Taine, il sera dans sa génération un défenseur du catholicisme et un adversaire de l'influence de la philosophie allemande qu'il juge nocive. De 1859 à 1861, avec Georges Seigneur, il lance le Croisé où il est " inspirateur, autorité spirituelle " (Patrick Kéchichian). Virulente, cette revue à l'opposée de l'Univers, dont elle partage l'inspiration intransigeante, délaisse le terrain politique. Durant la résurrection du Croisé (1866-1869), Hello s'éloignera d'un Seigneur devenu plus politique.

Auteur de nombreux articles, collaborant à de nombreux périodiques, dont la Revue du monde catholique animée par Eugène Veuillot, où il publie ses principaux textes, Hello ne parvint jamais de son vivant à la notoriété. Il fut seulement reconnu par Barbey d'Aurevilly et Léon Bloy, dont il a été l'un des inspirateurs. Il a traduit les mystiques, Angèle de Foligno en 1868, Ruysbroeck l'Admirable en 1869, a publié des ouvrages consacrés à l'art, Le style (1861) et Les plateaux de la balance. Son chef-d'oeuvre est L'Homme (1872), somme de sa pensée religieuse.

Intransigeant, prophétique de style, Hello, dans ses livres sur l'art, refuse de juger celui-ci à l'aune de l'homme, ou selon des critères purement artistiques ou même réalistes ("L'homme qui ne voit pas Dieu dans la nature communie à une hostie non consacrée"), et prend pour critère le catholicisme. " Hello écrit (Les plateaux de la balance) au moment où le scientisme dans le domaine de la pensée et l'école parnassienne dans le domaine de la poésie avaient réagi contre l'inquiétude romantique; ses pages sur le romantisme ressemblent à une oraison funèbre dans laquelle l'orateur, en traits sévères et inattendus, qualifiera le mauvais usage que fit le défunt de ses bons désirs, et même de ses bonnes intentions " (Georges Goyau).

Dans sa grande oeuvre, L'Homme (1872), Hello livre le coeur anthropologique de sa réflexion. Au scientisme, il oppose la conscience de la finitude humaine. " Nous sommes tellement finis que, pour exprimer l'Infini, nous nous servons d'un mot négatif : infini, non fini." Raymond Christoflour a surnommé Hello " prophète des abîmes " : l'homme " médiocre " (Voltaire par exemple pour Hello) ne connaît pas l'abîme. Or " il faut que l'homme descende dans le dernier fond de son abîme " pour se réfugier en Dieu.

" M. Hello, disait de lui Louis Veuillot, est un homme de génie que la foule ne suit pas (...). Il va très haut en l'air, et c'est très beau; cependant le peuple reste en bas à brouter les mêmes herbes, et notre homme se voyant seul connaît la force du vae soli ".


Bibliographie : G. Goyau, " Foi religieuse et critique littéraire " Les Plateaux de la balance d'Ernest Hello, La vie des livres et des âmes, Paris, 1923, p. 225-232; Raymond Christoflour, " Ernest Hello (1828-1885), prophète des abîmes ", Prophètes du XIXe siècle, Paris, 1954, p. 157-189; Patrick Kéchichian, Les usages de l'éternité. Essai sur Ernest Hello, Paris, 1993; DHGE, 23, col. 933-934; DSp col. 166-169.


Jérôme GRONDEUX

Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine
Jean-Marie Mayeur et Yves-Marie Hilaire
9. Les Sciences religieuses
Le XIXe siècle 1800-1914
sous la direction de François LAPLANCHE
Paris, Beauchesne, 1996.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
 
Ernest Hello
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Ernest Pierre : « La situation est pire qu'en 2004»
» Fouille de la tombe d'Ernest Chausson.
» « La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini. » - Ernest Renan
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» L'expérimentation archéologique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Religion, doctrine, apologétique-
Sauter vers: