Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A QUI NOUS AVONS AFFAIRE:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
luernos
Sénéchal


Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: A QUI NOUS AVONS AFFAIRE:   Lun 24 Mai - 23:37

Citation :
1.Il entra une autre fois dans la synagogue, et là se trouvait un homme qui avait la main desséchée.
2.Et on l’épiait (pour voir) s’il le guérirait le jour du sabbat, pour pouvoir l’accuser.3.Et il dit à l’homme qui avait la main sèche : « Lève-toi ! au milieu ! »
4.Puis il leur dit : « Est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver une vie ou de tuer ? » Et ils se taisaient.
5.Et après avoir promené son regard sur eux avec colère, contristé de l’endurcissement de leur cœur, il dit à l’homme : « Etends la main. » Il l’étendit, et sa main redevint saine.
6.Les Pharisiens, étant sortis, prirent aussitôt une délibération contre lui avec les Hérodiens sur les moyens de le perdre.

Heureuse Annonce sur la bouche de Saint MArc (3, 1à 6)

Précision de traduction: Notre Seigneur n'est pas mollement triste de la méchanceté niaise des "instruits" rebelles à Sa Révélation, non en français ce qu'il dit c'est que:
Notre-Seigneur est en colère à cause
de l'abrutissement d' l'"épaisseur", (""poros" l'endurcissement")
'doublé de mauvaise foi...),
de l'intelligence ("kardia" en grec correspond à "l'intelligence" chez les hébreux, et surtout pas la compasssion qui est à l'étage au-dessous...)
des Maîtres Séparés .(paroushim).

Or pourquoi est il en colère ?
Car la mauvaise foi est la suivante :

le très grand principe Poldève qui dit “pikuah nefesh doheh Shabbat”—sauver une vie a préséance sur l'observance du Shabbat; il est inscrit dans la Norme: le Lévitique.

Uniquement, pour revendiquer, assoir et pérennser leur autorité sur les autres, les Maîtres Séparés enseignaient que le shabbat ne souffrait aucune exception.
Or ils connaissaient plus que quiconque le principe supérieur qui veut que le salut d'une seule vie justifie toutes les exceptions à la Règle orale qu'ils enseignaient.
C'est ce que fait Notre-Seigneur en guérissant la main du paralytique.

Israël avait l'intelligence de ce principe (non explicité discursivement, mais ce qui a été réalisé ensuite, par exemple dans le droit, qui distinguera les principes généraux, et les règles de droit positif qui doivent s'inspirer de ces principes supérieurs à tout moment).
Notre-Seigneur n'avait même pas à leur apprendre.

Le problème n'est pas là.
Il est en amont.
Sous tous les prétextes, c'est :
Le refus de Dieu.

Que cela nous serve d'avertissement:


Quelle plus absolue préséance, la Vie Divine Communiquée aux âmes à l'agonie, ne peut-elle posséder en ce jour ?



+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A QUI NOUS AVONS AFFAIRE:
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reparlons de ce dont nous avons parlé... [PV]
» Nous avons été éduqués pour détruire le projet de 1804
» Nous avons besoin de vous !
» Jessica † « Nous devons être prêts à abandonner la vie que nous avons planifiée, afin de vivre la vie qui nous attend. »
» [Post GS] - Nous avons perdu une bataille mais pas la Guerre. [Spectres/Prisonniers de Guerre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Religion, doctrine, apologétique-
Sauter vers: