Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Etat des lieux

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Rosalmonte
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 352
Localisation : Youkali
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 25 Mar - 21:49

Citation :
Si vous connaissiez vos classiques zinsiens...

Et si vous connaissiez vos classiques guérardiens, vous sauriez, vous que:

Citation :
Dans ces conditions, voici l'alternative que doivent décider les fidèles attachés à la Tradition :

A) Ou bien ne pas poursuivre la MISSIO. Parce que celle-ci, en état de privation puisque désertée par la SESSIO, se trouve ipso facto anormée, vouée à de multiples périls, à commencer par l'hérésie et par le schisme. Le seul Sacrement possible, et certainement valide, serait le Baptême. Il suffit pour que Dieu donne la Foi et la grâce sanctifiante. Ce parti n'est donc pas EN DROIT impossible. C'est celui que prennent de TRES RARES fidèles. (...)

C'est ty qui qu'a dit ça?

horresco referens!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 25 Mar - 22:07

Rosalmonte, il faut vraiment "raisonner" comme une valise sans manche pour confondre péril et réalité effectivement advenue, constatable et constatée.

Et entre parenthèses, si vous saviez un peu mieux lire, vous verriez que c'est la Missio qui selon le Révérend Père est exposée au péril d'hérésie et de schisme. Et si vous lisiez le Révérend Père dans le texte, et non dans les collages de deuxième ou troisième main, vous sauriez que l'auteur en question appelle Missio la mission de sanctification et d'enseignement, et Sessio l'office hiérarchique. C'est-à-dire que le morceau de texte incriminé signifie tout le contraire de ce que vous voulez lui faire dire !

De grâce, quand on prétend juger de quelque chose et de quelqu'un, il faut se donner la peine élémentaire d'étudier - de première main - ce quelque chose et ce quelqu'un.

Quand votre cerveau sera rebranché, faites-nous signe !

Mais avez-vous jamais lu le Père Guérard des Lauriers autrement que dans les citations raccourcies, tronquées et jamais replacées dans le contexte ?

Comme disait Fouquier-Tinville, "donnez-moi une ligne de quiconque et je me charge de le faire condamner"...

Dans le même document d'où est tirée cette citation, le Père Guérard des Lauriers exclut qu'il y ait certitude au sujet de l'hérésie de Paul VI et successeurs.

Rosalmonte, vous êtes vraiment très très lourd... Avez-vous été élevé à l'eau lourde ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalmonte
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 352
Localisation : Youkali
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 25 Mar - 22:20

Silonce, silonce!

Rabbi Jacob, el va parley!


Et mes Ordinaires du lieu alors?

Et mes titulaires?

Yen a 60, non?

On va en éliminer un, à cause de la marque de ses chaussures: Mgr Gaillot.

Il en reste 59.

Juste un nom, un tout petit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 25 Mar - 22:40

J'ai demandé à Rosalmonte :

Citation :
Mais depuis quand a-t-elle cessé l'erreur commune ? Cette question vous a déjà été posée et nous attendons que vous nous donniez la date (au moins approximativement) !

Rosalmonte a répondu :

Citation :
Bon, je suis sympa, je vous donne un petit indice:

Aux ASSISES de la Foi, chacun trouve son bonheur.

Donc, selon Rosalmonte, plus d'erreur commune possible après la réunion interreligieuse d'Assise en 1986.

Le grand hic à cela c'est que l'on n'a pas attendu Jean-Paul II et Assise pour avoir les "assises de la foi".

En effet, la première cérémonie interreligieuse eut lieu à Rome, en la basilique Saint Paul-hors-les-Murs, le 4 décembre 1965, et fut présidée par Paul VI :

Citation :
"Paul VI désirait tout spécialement que, avant la fin du concile, les pères conciliaires et les observateurs-délégués assistassent à un office du soir destiné àpromouvoir l'unité des chrétiens. Il fut décidé que cet office aurait lieu le 4 décembre 1965, en la basilique Saint Paul-hors-les-Murs. Le pape présidait ; des psaumes furent chantés, puis des passages de l'Ecriture furent lus par un catholique français, un méthodiste américain et un Grec orthodoxe."

Ralph M. Wiltgen, s.v.d., Le Rhin se jette dans le Tibre, rééd. Dominique Martin Morin, 1992, p.278.

Donc selon le critère apparemment choisi par Rosalmonte - réunion interreligieuse - toute erreur commune aurait dû cesser non pas en 1986, mais dès le mois de décembre 1965 !

On objectera peut-être que dans le cas d'Assise il s'agit d'une prière commune non seulement avec des hérétiques et des schismatiques, mais avec des infidèles et des païens. Mais il semble bien qu'à Assise il y a eu non pas prière commune - comme c'est le cas avec les hérétiques et les schismatiques depuis 1965 - mais une réunion de chacun priant sa propre prière et célébrant son propre culte. Du point de vue de la prière commune, il n'y a donc pas apparemment d'innovation fondamentale par rapport à l'acte du 4 décembre 1965.

Donc, toujours selon les critères Rosalmontiens, plus d'erreur commune possible après le 4 décembre 1965.

Par conséquent, toujours selon les critères Rosalmontiens, ils doivent être regardés comme hérétiques publics tous ceux qui ont apparemment continué à adhérer à Paul VI après le 4 décembre 1965, faute de déclarer publiquement la vacance du Siège Apostolique...

A savoir non pas seulement Mgr Lefebvre ou les évêques catholiques orientaux (objets de détestation atavique pour tout apprenti sectaire qui se respecte), mais encore...

- Soeur Lucie qui s'agenouille devant Paul VI lors du pèlerinage de ce dernier à Fatima, le 13 mai 1967 ;

- Padre Pio, qui le 12 septembre 1968 écrit à Paul VI une lettre très déférante où il donne à ce dernier du "Très Saint-Père ;

- Et bien sûr le R.P. Saenz qui attend 1972 pour déclarer publiquement que Paul VI n'est pas pape !

- Et à propos... les prêtres de la CAM... qu'ont-il fait le 4 décembre 1965 et les jours suivants ?

Voilà nombre d'hérétiques publics selon les critères Rosalmontiens !

Heureusement que les critères Rosalmontiens sont un tissu de sornettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 25 Mar - 22:50

Rosalmonte dixit :

Citation :
Et mes Ordinaires du lieu alors?

Et mes titulaires?

Yen a 60, non?

On va en éliminer un, à cause de la marque de ses chaussures: Mgr Gaillot.

Il en reste 59.

Juste un nom, un tout petit.

On a les références cinématographiques que l'on peut. En l'espèce (comme en d'autres) j'observe que ça ne vole pas bien haut ! Enfin, tous les goûts (et les égouts) sont dans la nature...

Juste un nom ?

Mgr Antoine Nguyên Van Thien, par exemple.

Né en 1906, ordonné prêtre en 1932, sacré évêque en 1961, évêque de Vinh Long de 1960 à 1968, évêque titulaire de Hispellum.

Et devinez quoi ? Son principal consécrateur n'est autre que Mgr Pierre Martin Ngô Dinh Thuc. Tout pour vous plaire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalmonte
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 352
Localisation : Youkali
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 25 Mar - 23:20

Et allez!!!

Deux portions de Nems et un canard aux Cinq Parfum pour la 10!

Mon cher NM, vous commencez à dérailler...

En deux pages, bientôt trois, à part la première question, il n'y a eu qu'un échange intéressant, dont voici l'argument principal:

Citation :
J'ai tendence à penser que la seule réponse qui tient compte à la fois du cathéchisme qui ne saurait dire faux et des faits qui sont irréfragables, c'est que nous sommes si près de la fin des siècles qu'on y est quasiment entré.

Or, sachant

-qu'il n'y a plus d'ordinaire du lieu,
-que S. Pie X dit vrai dans son cathéchisme
-que deux des trois signes de la fin du monde sont réalisés sous nos yeux,
-que le troisième est déjà, dans son (anti)corps mystique, fortement avancé,

quelle conclusion s'impose automatiquement?

Allez, sortez vos (CENSURE....Et en plein Carême!!!Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsard Hardcore
avatar

Nombre de messages : 1796
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 25 Mar - 23:36

La deuxième demande du pater n'étant pas exaucée, il n'est bien évidement pas question de parler de possibilité de fin du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pluchon
Ecuyer


Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 10/05/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Jeu 25 Mar - 23:47

 
N.M. a écrit:
Au passage, j'exprime ici mon désaccord avec mon ami Pluchon lorsqu'il écrit :

Citation :
En m’en tenant aux actes, comme je l’ai expliqué, il n’y a apparemment plus d’évêques fidèles ; même ceux qui ont été incontestablement nommés évêques (suivant l’ancien rite, et par des personnes qui en avaient le droit) ont tous fait allégeance à de faux papes, et donc sont en ce moment aussi défaillants que l’étaient par exemple les évêques signataires au concile de Rimini.

Je maintiens pour ma part ceci :

- Les évêques qui ont fait allégeance à de faux papes et à Vatican II peuvent être dits infidèles au sens où objectivement ils manquent à leur devoir ;

- Mais de là à dire qu'ils sont infidèles au sens où cette allégeance implique nécessairement le péché de l'hérésie et donc : 1. la perte de leur office s'ils sont ordinaires, 2. leur qualité d'évêque catholique s'ils sont ordinaires ou titulaires, je nie absolument ;
Je suis tout à fait d’accord avec vous pour nier cette implication. Je me suis sans doute mal exprimé, mais c’est bien ce que j’ai voulu signifier, en comparant la situation de ces évêques à celles de ceux qui avaient signé le formulaire arien à Rimini : défaillants mais sans perdre nécessairement leur office. Seuls les chefs et défenseurs de l’hérésie seront en fin de compte réduits à l’état laïc, dans la solution adoptée, avec l’accord du pape, par saint Athanase et ses confrères : solution fort éloignée, on le voit, d’une expulsion ipso facto et tous azimuts.

Pour montrer le comportement qu’un catholique fidèle pouvait avoir vis-à-vis de ces évêques, j’avais donné l’exemple de l’attitude de saint Basile face à son évêque défaillant : http://gestadei.bb-fr.com/actualite-de-la-tradition-f8/un-pretre-sedevacantiste-aux-philippines-t3223-30.htm#18726 (parmi les évêques défaillants, il s’en trouvait au moins un que l’Eglise a canonisé : mon “compatriote” saint Servais).

N.M. a écrit:
- Par ailleurs, il faut évidemment se rappeler qu'un évêque n'est pas infaillible, et que donc leur adhésion à Vatican II n'implique pas nécessairement la perte de leur autorité (si l'on voulait faire une analogie avec le raisonnement relatif à Paul VI et à la promulgation de Dignitatis humanae, par exemple ;
Même remarque : c’est ce que j’avais précisément souligné à Rosalmonte, exemples de Rimini et de Constance à l’appui. Ce à quoi je n’avais pas pensé et qui est effectivement bon à noter, c’est la distinction que vous faites ensuite à propos du rite :

N.M. a écrit:
- En revanche, il me semble que l'imposition pratique de rites au moins douteux revient à une espèce de démission chez l'évêque diocésain, car toute autorité, même si elle n'est pas infaillible, est ordonnée à la réalisation du Bien commun de ladite société, et l'imposition de rites au moins douteux est radicalement incompatible avec le Bien commun d'une église particulière, et donc avec l'autorité épiscopale sur icelle ;

- Je remarque que la plupart des églises catholiques orientales (à l'exception au moins des Maronites) ont conservé leurs rites traditionnels ; je ne vois donc pas - sauf péché de schisme ou d'hérésie - que l'on puisse appliquer le raisonnement précédent à ces évêques orientaux.
Bon, ceci dit, à voir la dernière réplique de Rosalmonte, je suis de plus en plus convaincu que nous nous adressons à un mur. Monsieur veut à tout prix sa solution finale, et j’imagine qu’il serait aussi déçu que les amis de Rockefeller si le Bon Dieu décidait de changer le scénario...

Là-dessus, en ce qui me concerne, le marchand de sable vient de passer Wink ... Bonsoir à tous !
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 0:30

L'apprenti sectaire et maniaque du Code qui a pour nom Carolus me demande :

Citation :
Existe-t-il un canon qui stipule que l'imposition pratique de rites au moins douteux revient à une espèce de démission chez l'évêque diocésain !?

Ce à quoi je réponds : existe-t-il dans le code un canon stipulant que ledit Code est exhaustif et tient lieu en tout et pour tout de philosophie de l'autorité et de théologie de l'Eglise ?

Quant à Mgr Mamie, puisqu'on me somme (au nom de quelle autorité ô Carolus ?) de répondre à la question suivante :

Citation :
quand Mgr Pierre Mamie a-t-il cessé d'être évêque catholique du diocèse de Fribourg !?

Je réponds à nouveau ceci :

Citation :
il me semble que l'imposition pratique de rites au moins douteux revient à une espèce de démission chez l'évêque diocésain, car toute autorité, même si elle n'est pas infaillible, est ordonnée à la réalisation du Bien commun de ladite société, et l'imposition de rites au moins douteux est radicalement incompatible avec le Bien commun d'une église particulière, et donc avec l'autorité épiscopale sur icelle ;

Et donc je pense que Mgr Mamie, succédant à Mgr Charrière le 29 décembre 1970, n'a jamais été, formaliter, évêque de Fribourg, étant donné que l'introduction et le maintien des nouveaux rites date d'avant même son entrée en fonction (si l'on peut dire).

J'ajoute également ceci à l'adresse des lecteurs exclusifs du Code (et des autres)...

"Si donc il est dans la nature de l'homme qu'il vive en société d'un grand nombre de semblables, il est nécessaire qu'il y ait chez les hommes de quoi gouverner la multitude."

"Mais il arrive qu'en certaines choses qui sont ordonnées à une fin, on procède avec rectitude ou sans rectitude. C'est pourquoi l'on trouve aussi dans le gouvernement de la multitude ce qui est droit et ce qui ne l'est pas. Un être, quel qu'il soit, est dirigé avec rectitude quand il est conduit vers la fin qui lui convient, et il est dirigé sans rectitude quand il est conduit vers une fin qui ne lui convient pas."

"Si donc une multitude d'hommes libres est ordonnée par celui qui gouverne au bien commun de la multitude, nous aurons un gouvernement droit et juste, tel qu'il convient à des hommes libres. Mais si un gouvernement est ordonné, non au bien commun de la multitude, mais au bien privé de celui qui gouverne, ce gouvernement sera injuste et pervers."

Extraits du De Regimine Principum de saint Thomas d'Aquin, livre Ier, chapitre Ier.

- Soit une société qui a pour nom diocèse, ou église particulière.

- Soit l'autorité qui est ordonnée à la réalisation du bien commun de cette société et qui a pour nom l'ordinaire diocésain.

- Soit enfin le bien commun de cette société qui est à considérer selon le triple pouvoir d'enseignement, de sanctification et de gouvernement.

Ici, nous envisageons uniquement le bien commun de cette société sous le rapport du pouvoir de sanctification.

Sous le rapport de ce pouvoir de sanctification, ce bien commun n'est pas un bien à réaliser comme c'est le cas du bien commun temporel, mais un bien commun spirituel donné qui est à communiquer et ce bien est avant tout Jésus-Christ sous les espèces consacrées...

Un bien commun à réaliser peut être plus ou moins réalisé : voilà pourquoi l'autorité qui est ordonnée à la réalisation de ce bien commun ne cesse pas nécessairement d'être légitime par le fait que le bien commun n'est pas encore complètement réalisé ou mal réalisé.

Un bien commun déjà donné (à l'autorité) et qui est à communiquer (aux membres de la société) ne peut pas être ni réalisé (plus ou moins) ni partiellement communiqué seulement : il est tout entier ou n'est pas.

Et donc, étant donné que l'autorité est ordonnée au bien commun, l'autorité qui est ordonnée à la communication d'un bien commun (déjà) donné ne subsiste pas là où le bien commun donné n'est pas entier et donc n'est pas du tout.

De la même façon que le bien commun donné est entier ou n'est pas, l'autorité ordonnée à la communication de ce bien commun donné le communique tout entier ou n'est pas du tout (l'autorité).

Dans l'ordre sacramentel, le bien à communiquer qui est commis à l'autorité (l'évêque) pour son diocèse c'est ultimement Jésus-Christ sous les espèces consacrées.

Par l'adoption et l'imposition d'un rite invalide, l'autorité - qu'elle en soit ou non consciente - non seulement ne communique plus le bien commun donné, mais empêche autant qu'elle le peut la communication du bien commun donné : ce faisant, elle n'est plus l'autorité, car l'autorité ordonnée à la communication de ce bien commun donné le communique tout entier ou n'est pas du tout (l'autorité).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalmonte
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 352
Localisation : Youkali
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 0:39

Citation :
Bon, ceci dit, à voir la dernière réplique de Rosalmonte, je suis de plus en plus convaincu que nous nous adressons à un mur. Monsieur veut à tout prix sa solution finale, et j’imagine qu’il serait aussi déçu que les amis de Rockefeller si le Bon Dieu décidait de changer le scénario...

Mais non, Pluchon, vous ne vous adressez pas à un mur. Et au fond de vous-même, vous le savez.

Je crois simplement que c'est la seule réponse qui fait coïncider et les faits et la Révélation, qui ne fait mentir ni les données de la Foi ni la sordide réalité trop évidente...

Mais je ne veux pas m'obstiner, cherchons ensemble une solution meilleure...

Vous-même êtes d'accord pour dire qu'il n'y a plus d'Ordinaire. Alors comment envisager par principe une prepétuation du sacerdoce catholique valide et licite pour, disons, les cent prochaines années?

Je suis certain qu'il existe encore de vrais Prêtres catholiques sur terre, ayant une foi orthodoxe et légitimement envoyés par la Puissance ecclésiastique. Mais où et qui sont-ils? Dans des campagnes reculées de la Chine? Sur quelque île perdue de l'archipel nippon, connu pour ses centenaires vaillants? Au Mexique? Dans une Mission oubliée de tous dans la jungle équatoriale?

Souvent on fait le grief à Ratzouille de retourner à la religion noachide. Et à juste titre. Mais on oublie de dire que tout le monde se moquait de Noé lorsqu'il construisait sur ordre de Dieu l'Arche. Pour moi, je préfère ne pas le faire, car le Seigneur viendra comme un voleur, et dans cette attente, il nous est dit de veiller et de prier. Quel veilleur est-il celui qui ne veut voir au loin?

Tout le monde est d'accord pour dire que l'évangélisation du globe a été faite, et que l'apostasie générale a eu lieu. Et de fait, il n'y a plus aucune nation catholique.

La bête a les deux cornes comme l'Agneu, mais parle comme le dragon. De jour en jour, le règne antisocial et l'anticorps mystique de l'Antéchrist étendent leur dominations. On veut interdire les crucifix en Italie, signe assez parlant. Sous peu, il y a fort à parier, les Saints Evangiles seront interdits à la vente pour cause d'antisémitisme. En voyant tout cela, on ne peut pas se dire que tout ne va pas si mal...

Ma théorie toute personnelle est de dire que tant qu'il y a une seule Messe agréable à Dieu sur la surface de la terre, l'Antéchrist en tant qu'être personnel ne paraîtra pas. Et ces Messes, je suis fermement convaincu qu'il en existe encore, mais je ne saurais dire où, ni pour combien de temps. Est-ce donc si insensé et débile?

Et vous Gardian, qui récitez le Pater, ne souhaitez-vous pas de toutes vos forces, comme tout catholique, que "votre Règne vienne"?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 0:45

Rosalmonte :

Citation :
Et allez!!!

Deux portions de Nems et un canard aux Cinq Parfum pour la 10!

Mon cher NM, vous commencez à dérailler...

Doit-on conclure de votre mépris ainsi affiché pour des Vietnamiens que vous êtes raciste ? Intéressant pour qui prétend laver plus blanc...

Je prends note.

Rosalmonte dixit :

Citation :
En deux pages, bientôt trois, à part la première question, il n'y a eu qu'un échange intéressant, dont voici l'argument principal:

Citation:
J'ai tendence à penser que la seule réponse qui tient compte à la fois du cathéchisme qui ne saurait dire faux et des faits qui sont irréfragables, c'est que nous sommes si près de la fin des siècles qu'on y est quasiment entré.


Or, sachant

-qu'il n'y a plus d'ordinaire du lieu,
-que S. Pie X dit vrai dans son cathéchisme
-que deux des trois signes de la fin du monde sont réalisés sous nos yeux,
-que le troisième est déjà, dans son (anti)corps mystique, fortement avancé,

quelle conclusion s'impose automatiquement?

Allez, sortez vos cojones, hombre!

Que c'est élégant !

Pour ce qui regarde ce qui vous tient lieu d'argument (je passe sur la grossièreté de votre propos), j'observe ceci :

- Etant donné qu'il est de foi que l'Eglise est apostolique et que la succession apostolique est essentielle à l'Eglise ;

- Etant donné qu'il est de foi que l'Eglise ne peut disparaître : les Portes de l'Enfer ne prévaudront pas contre elle, n'est-ce pas ?

- Il est aberrant tant du point de vue de la raison que du point de vue de la foi que de remettre en cause ces deux principes d'un point de vue qui se veut un point de vue catholique !

La conclusion qui s'impose automatiquement à qui ne veut pas faire litière des deux principes en question est donc de réviser ses appréciations sur les supposés présents "signes des temps"...

Mais non, Rosalmonte préfère ses vues à celles de l'Eglise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Credo
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1347
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 0:50

N.M a écrit:
Doit-on conclure de votre mépris ainsi affiché pour des Vietnamiens que vous êtes raciste ?
N'exagérons pas...Cela rappelle le terrorisme intellectuel subi dernièrement sur Gesta de la part de certain. Vous vous éloignez du sujet et c'est un coups bas qui n'a pas sa place sur gesta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.a-c-r-f.com/
Rosalmonte
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 352
Localisation : Youkali
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 0:55

Citation :
- Etant donné qu'il est de foi que l'Eglise est apostolique et que la succession apostolique est essentielle à l'Eglise ;

Euhh... Seriez pas en train de dire que l'Apostolicité est l'identité avec l'Église des Apôtres sous le rapport de la JURIDICTION?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalmonte
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 352
Localisation : Youkali
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 0:57

Citation :
Mais non, Rosalmonte préfère ses vues à celles de l'Eglise !

Elle est copieuse, celle-là!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 1:05

Rosalmonte dixit :

Citation :
Euhh... Seriez pas en train de dire que l'Apostolicité est l'identité avec l'Église des Apôtres sous le rapport de la JURIDICTION?

Moi y en a en train de dire vous que la succession apostolique, c'est-à-dire les successeurs des apôtres qui sont les évêques, sont essentiels à l'Eglise.

Rosalmonte dixit :

Citation :
Citation:
Mais non, Rosalmonte préfère ses vues à celles de l'Eglise !

Elle est copieuse, celle-là!

Et celle-ci, est-elle suffisamment "copieuse" ? :

Citation :
Le sacrement de l'Ordre est "d'une nécessité rigoureuse"... "à l'Eglise en général".

Ce qui est d'une "nécessité rigoureuse" à l'Eglise aurait-il donc disparu en ces derniers temps censément nôtres ?

Ce qui est d'une nécessité rigoureuse relativement à une chose est essentiel à cette même chose.

Et en l'espèce il s'agit de l'Eglise.

L'Eglise une, sainte, catholique et apostolique aurait-elle donc disparu selon Rosalmonte et ses inspirateurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 1:10

Je me permets de poster à nouveau ceci, car Rosalmonte oublie d'y répondre :

J'ai demandé à Rosalmonte :

Citation :
Mais depuis quand a-t-elle cessé l'erreur commune ? Cette question vous a déjà été posée et nous attendons que vous nous donniez la date (au moins approximativement) !



Rosalmonte a répondu :

Citation :
Bon, je suis sympa, je vous donne un petit indice:

Aux ASSISES de la Foi, chacun trouve son bonheur.


Donc, selon Rosalmonte, plus d'erreur commune possible après la réunion interreligieuse d'Assise en 1986.

Le grand hic à cela c'est que l'on n'a pas attendu Jean-Paul II et Assise pour avoir les "assises de la foi".

En effet, la première cérémonie interreligieuse eut lieu à Rome, en la basilique Saint Paul-hors-les-Murs, le 4 décembre 1965, et fut présidée par Paul VI :

Citation :
"Paul VI désirait tout spécialement que, avant la fin du concile, les pères conciliaires et les observateurs-délégués assistassent à un office du soir destiné àpromouvoir l'unité des chrétiens. Il fut décidé que cet office aurait lieu le 4 décembre 1965, en la basilique Saint Paul-hors-les-Murs. Le pape présidait ; des psaumes furent chantés, puis des passages de l'Ecriture furent lus par un catholique français, un méthodiste américain et un Grec orthodoxe."

Ralph M. Wiltgen, s.v.d., Le Rhin se jette dans le Tibre, rééd. Dominique Martin Morin, 1992, p.278.

Donc selon le critère apparemment choisi par Rosalmonte - réunion interreligieuse - toute erreur commune aurait dû cesser non pas en 1986, mais dès le mois de décembre 1965 !

On objectera peut-être que dans le cas d'Assise il s'agit d'une prière commune non seulement avec des hérétiques et des schismatiques, mais avec des infidèles et des païens. Mais il semble bien qu'à Assise il y a eu non pas prière commune - comme c'est le cas avec les hérétiques et les schismatiques depuis 1965 - mais une réunion de chacun priant sa propre prière et célébrant son propre culte. Du point de vue de la prière commune, il n'y a donc pas apparemment d'innovation fondamentale par rapport à l'acte du 4 décembre 1965.

Donc, toujours selon les critères Rosalmontiens, plus d'erreur commune possible après le 4 décembre 1965.

Par conséquent, toujours selon les critères Rosalmontiens, ils doivent être regardés comme hérétiques publics tous ceux qui ont apparemment continué à adhérer à Paul VI après le 4 décembre 1965, faute de déclarer publiquement la vacance du Siège Apostolique...

A savoir non pas seulement Mgr Lefebvre ou les évêques catholiques orientaux (objets de détestation atavique pour tout apprenti sectaire qui se respecte), mais encore...

- Soeur Lucie qui s'agenouille devant Paul VI lors du pèlerinage de ce dernier à Fatima, le 13 mai 1967 ;

- Padre Pio, qui le 12 septembre 1968 écrit à Paul VI une lettre très déférante où il donne à ce dernier du "Très Saint-Père ;

- Et bien sûr le R.P. Saenz qui attend 1972 pour déclarer publiquement que Paul VI n'est pas pape !

- Et à propos... les prêtres de la CAM... qu'ont-il fait le 4 décembre 1965 et les jours suivants ?

Voilà nombre d'hérétiques publics selon les critères Rosalmontiens !

Heureusement que les critères Rosalmontiens sont un tissu de sornettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsard Hardcore
avatar

Nombre de messages : 1796
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 1:17

Rosalmonte a écrit:

Je crois simplement que c'est la seule réponse qui fait coïncider et les faits et la Révélation, qui ne fait mentir ni les données de la Foi ni la sordide réalité trop évidente...

Mais je ne veux pas m'obstiner, cherchons ensemble une solution meilleure...

Négocions, en somme, une solution qui arrangera tout le monde.
Ce n'est évidement pas catholique du tout.

Citation :

Vous-même êtes d'accord pour dire qu'il n'y a plus d'Ordinaire. Alors comment envisager par principe une prepétuation du sacerdoce catholique valide et licite pour, disons, les cent prochaines années?

Peut être parce que par "principe" le sacerdoce doit perdurer, fusse d'une manière qui vous déplait ?

Mais peut être aussi qu'ils se cachent exprès pour que le fidèle n'ait pas accès aux sacrements, histoire d'avancer un peu la météo findumondiste ... C'est vrai quoi, on se sanctifie mieux sans sacrements n'est ce pas ?

Citation :

Souvent on fait le grief à Ratzouille de retourner à la religion noachide. Et à juste titre. Mais on oublie de dire que tout le monde se moquait de Noé lorsqu'il construisait sur ordre de Dieu l'Arche. Pour moi, je préfère ne pas le faire, car le Seigneur viendra comme un voleur, et dans cette attente, il nous est dit de veiller et de prier. Quel veilleur est-il celui qui ne veut voir au loin?

Quel rapport ?
Vous dénoncez " à juste titre" que ratzinger retourne à la religion noachide, tout en mettant la nuance, avec uen analogie pourrie, comme si il y avait un lien entre ratzinger et le noachisme, et noé avec l'arche. ( Noé qui lui est saint tout de même).

Quand au Seigneur qui vient "comme un voleur" c'est me semble t-il surtout pour exprimer la mort qu'Il envois à tout moment.
Qui serait assez inconscient pour veiller sur l'approche des évènements alors qu'il n'est pas assuré de mourir en ayant eu le temps de se mettre en ordre avec le Bon Dieu.

Quel milkshake !!


Citation :
Ma théorie toute personnelle est de dire que tant qu'il y a une seule Messe agréable à Dieu sur la surface de la terre, l'Antéchrist en tant qu'être personnel ne paraîtra pas. Et ces Messes, je suis fermement convaincu qu'il en existe encore, mais je ne saurais dire où, ni pour combien de temps. Est-ce donc si insensé et débile?

Pour être convaincu il faut des preuves, vous en avez ?
Persuadé peut être ? Un peu comme les guérardiens qui sont persuadé que la thèse qui n'est jamais qu'une théorie, est valable.
Pourquoi leur refuser une démarche qui est la vôtre aussi ?

Citation :
Et vous Gardian, qui récitez le Pater, ne souhaitez-vous pas de toutes vos forces, comme tout catholique, que "votre Règne vienne"?

En écoutant la sainte Vierge à Fatima et en récitant le Pater on sait ce qu'il doit y avoir, qui ne peut être occulté avant la fin du Monde.
Et cela n'a pas eu lieu.

Son Règne doit se faire ici et au Ciel, d'abord ici, ensuite au Ciel. Pourquoi compliquer ?
Désolé c'est un recette simple, sans droit canon, sans juridiction, cela va incommoder les accrocs à ces trucs là mais le catholique y trouvera son content.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tancrède
Comique suisse
avatar

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 26/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 1:21

[color=red]MESSAGE CENSURE - Propos déplacés et vulgaires. Pour mémoire nous sommes en temps de Carême. /color]

Bonne et sainte fin de Careme.

Tancrede
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pluchon
Ecuyer


Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 10/05/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 8:50

 
Rosalmonte a écrit:
Vous-même êtes d'accord pour dire qu'il n'y a plus d'Ordinaire. Alors comment envisager par principe une perpétuation du sacerdoce catholique valide et licite pour, disons, les cent prochaines années ?
Le problème n’est pas qu’il n’y ait plus d’Ordinaire, mais que, par suite de leur défaillance, nous devons en ce moment nous passer d’eux. Et dans cent ans ? Eh bien, si la terre tourne toujours après tout ce temps, il faudra en conclure que les portes de l’enfer n’auront pas réussi à abattre le sacerdoce, puisqu’il est indispensable à la survie de l’Eglise. Ce qui réhabiliterait par la même occasion tout ou partie des moyens “extraordinaires” utilisés pour sa survie. Est-ce vraiment si compliqué à comprendre ?

Rosalmonte a écrit:
Je suis certain qu'il existe encore de vrais Prêtres catholiques sur terre, ayant une foi orthodoxe et légitimement envoyés par la Puissance ecclésiastique. Mais où et qui sont-ils ? Dans des campagnes reculées de la Chine ? Sur quelque île perdue de l'archipel nippon, connu pour ses centenaires vaillants ? Au Mexique ? Dans une Mission oubliée de tous dans la jungle équatoriale ?
On vous en a cités quelques-uns, qui vivent dans votre pays. Nous n’allons pas passer notre vie à discuter là-dessus.

Rosalmonte a écrit:
Ma théorie toute personnelle est de dire que tant qu'il y a une seule Messe agréable à Dieu sur la surface de la terre, l'Antéchrist en tant qu'être personnel ne paraîtra pas.
C’est possible. Qui vivra verra.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de stercore
Chevalier


Nombre de messages : 946
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 10:50

Cher Rosalmonte,

Vous avez écrit: Ma théorie toute personnelle est de dire que tant qu'il y a une seule Messe agréable à Dieu sur la surface de la terre, l'Antéchrist en tant qu'être personnel ne paraîtra pas.

Il est certain que l'on peut écrire une multitude de théories hypothétiques et parfaitement gratuites; elles n' apportent rien de sérieux !

de stercore Smile Smile Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalmonte
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 352
Localisation : Youkali
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 12:00

Gardian, vous commencez à me soufflez sérieusement dans les bronches.

Citation :
Négocions, en somme, une solution qui arrangera tout le monde.
Ce n'est évidement pas catholique du tout.

Faut-il vraiment répondre à cela?

Citation :
C'est vrai quoi, on se sanctifie mieux sans sacrements n'est ce pas ?

Non, visiblement on se sanctifie pas mal aussi avec des sacrements sacrilèges, mais valides.

Citation :
Quel rapport ?
Vous dénoncez " à juste titre" que ratzinger retourne à la religion noachide, tout en mettant la nuance, avec uen analogie pourrie, comme si il y avait un lien entre ratzinger et le noachisme, et noé avec l'arche. ( Noé qui lui est saint tout de même).

En effet, aucun rapport avec la religion noachide et Noé, ni entre Noé et l'Arche. C'est par abus de langage qu'on parle de L'Arche de Noé.

Citation :
Noé qui lui est saint tout de même

Est-ce qu'il communiait chaque dimanche? Comment est-il saint, s'il n'a pas pu se sanctifier grâce aux sacrements?

Citation :
Pour être convaincu il faut des preuves, vous en avez ?
Persuadé peut être ? Un peu comme les guérardiens qui sont persuadé que la thèse qui n'est jamais qu'une théorie, est valable.
Pourquoi leur refuser une démarche qui est la vôtre aussi ?

Les preuves, c'est le grand monarque qui me les donnera le jour où il entrera à l'Elysée.

Quant au thésistes, même GdL a dit que sa thèse est vouée à disparaître dans le temps. Ce qui était, à l'extrème limite envisageable sous P6 ne l'est vraiment plus maintenant. Sans parler de la réfutation zinsienne de la thèse, car vous allez sortir des gousses d'ail.

Citation :
En écoutant la sainte Vierge à Fatima et en récitant le Pater on sait ce qu'il doit y avoir, qui ne peut être occulté avant la fin du Monde.
Et cela n'a pas eu lieu.

Ah non? "Soeur" Lucie n'a-t-elle pas dit que la consécration a bien été faite?

Et en écoutant NSJC dans S. Matthieu, on sait aussi pas mal ce qui doit se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 13:21

Quant à savoir s'il existe

Citation :
dans le code un canon stipulant que ledit Code est exhaustif et tient lieu en tout et pour tout de philosophie de l'autorité et de théologie de l'Eglise

Le très chrétien charitable et élégantissime Carolus répond :

Citation :
Non certes, mais le petit Niais Maladif ne connaît-il pas le canon 6 ?

La réponse est donc NON.

Dont acte.

Mais très vite le NON devient cependant oui :

Citation :
Ainsi, je redemande encore à Notre Macrocéphale du Guérardisme quel canon du Code de Droit Canonique de 1917 mentionne que l'évêque perd sa juridiction ipso facto - sans jugement - et sans sentence déclaratoire - par l'imposition pratique de rites au moins douteux !????

Question simple ...

Question à laquelle - du propre aveu de Carolus l'Oublieux - il n'est point absolument nécessaire de répondre puisqu'à l'autre question :

Citation :
Existe-t-il dans le code un canon stipulant que ledit Code est exhaustif et tient lieu en tout et pour tout de philosophie de l'autorité et de théologie de l'Eglise ?

Carolus répond NON.

Mais la philosophie de l'autorité ou la théologie de l'Eglise, bref la nature des choses, cela n'intéresse nullement Carolus, tout ce qui intéresse Carolus c'est le droit... Le droit sans la philosophie du droit, c'est typique de l'approche positiviste de la chose, mais bon cela doit échapper au guignol en question...

Ce que recherche ledit guignol c'est une peine dûment mentionnée dans le Code, sinon il lui est impossible d'arriver à considérer qu'une autorité qui n'est plus - radicalement - ordonnée au Bien commun ne peut plus être l'autorité, quoi qu'il en soit de peines et de perte d'office ispo facto prévues ou non par le Code.

Considérons par exemple ceci :

Citation :
"Il est vrai que le peuple doit discerner le vrai prophète du faux, mais non par une autre règle que celle-ci : observer attentivement si celui qui prêche dit le contraire de ce que disaient ses prédécesseurs, ou de ce qui est dit par les autres pasteurs ordinaires, et principalement par le Siège apostolique et l'Eglise principale ; car il est commandé au peuple d'écouter les pasteurs. Luc X, Qui vous écoute m'écoute. Et Matthieu XXIII, faites ce qu'ils vous disent. Le peuple ne doit donc pas juger son pasteur sauf s'il entend des choses nouvelles et étrangères à la doctrine des autres pasteurs. [...]

"Il faut observer en outre que le peuple peut certes, par la règle que nous avons posée, discerner le vrai prophète du faux, mais qu'il ne peut pas pour autant déposer le faux pasteur s'il est évêque, et en substituer un autre à sa place. Car le Seigneur et l'apôtre ordonnent seulement que les faux prophètes ne soient pas écoutés par le peuple : mais non pas que le peuple les dépose. Et il est certain que l'usage de l'Eglise a toujours été que les évêques hérétiques soient déposés par des conciles d'évêques ou par les souverains pontifes."

Saint Robert Bellarmin, De Membris Ecclesiae, lib. I, cap. VII.

- L'évêque considéré y est qualifié de "faux pasteur" : un faux pasteur c'est quelqu'un qui n'a pas ou plus l'autorité, sinon il serait vrai pasteur ;

- Le peuple peut discerner par les moyens signalés que l'évêque est un faux pasteur, et pourtant...

- Ce n'est pas au peuple de déposer le faux pasteur ;

- Et cette déposition, dans le cas en question, est réservée aux "conciles d'évêques" et aux "souverains pontifes".

Serait-ce à dire que saint Robert Bellarmin envisage un cas où, sans être juridiquement déposé, ni en raison de l'intervention des "conciles d'évêques" ou "souverains pontifes", ni en raison du droit, l'évêque devient cependant "faux pasteur" - c'est-à-dire perd son autorité - cas nullement spécifié dans quelque canon du Code ?

Saint Robert Bellarmin serait-il adepte de quelque "délire materialiter afin de brouiller les cartes et tenter ainsi une esquive" (dxit Carolus au verbe fleuri) ?

Mais peut-être que ledit Carolus va nous trouver dans le droit antérieur au Code quelque peine correspondant "trait pour trait" à ce que nous enseigne saint Robert Bellarmin, à savoir une de ces peines qu'"il faut tenir pour abrogées" parce que "le Code n['en] fait pas mention, qu’elles soient spirituelles ou temporelles, médicinales ou vindicatives, latae ou ferendae sententiae" (cf. canon 6). Je gage qu'un canoniste aussi chevronné que Carolus doit maîtriser comme il se doit le droit antérieur au Code et nous trouver cela en deux temps trois mouvements...

A moins que saint Robert Bellarmin ne s'en tienne pas au pure et simple droit ecclésiastique mais à la nature des choses, à la divine constitution de l'Eglise, à la finalité même de l'autorité du pasteur qu'est l'évêque, ce qui semble si manifestment le sens obvie des propos cités.

Et donc je répète : serait-ce à dire que saint Robert Bellarmin envisage un cas où, sans être juridiquement déposé, ni en raison de l'intervention des "conciles d'évêques" ou "souverains pontifes", ni en raison du droit, l'évêque devient cependant "faux pasteur" - c'est-à-dire perd son autorité - cas nullement spécifié dans quelque canon du Code ?

- Ah oui, mais saint Robert Bellarmin parle d'"évêques hérétiques" et vous non !

Si saint Robert Bellarmin entendait parler ici d'hérétiques publics et manifestes, comment ces évêques - "faux pasteurs" - devraient-ils être encore à déposer, et non pas déposés ipso facto ?

L'expression "évêques hérétiques" est donc à prendre au sens large - évêque qui enseigne l'hérésie - et non pas au sens strict de l'hérétique public et manifeste.

Et donc la démarche reconnue par saint Robert Bellarmin d'implique pas (nécessairement) que l'évêque en question soit hérétique publiquement et manifestement (sauf à mettre Bellarmin en contradiction avec lui-même au sujet de l'hérésie publique et manifeste et de la déposition).

Et donc je répète à nouveau : serait-ce à dire que saint Robert Bellarmin envisage un cas où, sans être juridiquement déposé, ni en raison de l'intervention des "conciles d'évêques" ou "souverains pontifes", ni en raison du droit, l'évêque devient cependant "faux pasteur" - c'est-à-dire perd son autorité - cas nullement spécifié dans quelque canon du Code ?

Carolus exige :

Citation :
Donc Mgr Mamie n'était plus catholique depuis quand exactement !?

Je n'ai jamais écrit que Mgr Mamie avait cessé d'être catholique. J'ai écrit, pour les raisons que j'ai dites, que dans le diocèse de Fribourg Mgr Mamie ne pouvait pas être l'autorité.

Instance de Carolus :

Citation :
Et que faites-vous de l'erreur commune à présent !? cette erreur commune qui rend valable des actes de juridiction par suppléance de l'Église !?

Une suppléance pour des actes qui détruisent l'Eglise (à savoir empêcher la célébration du vrai Sacrifice de la Messe) : c'est un cercle carré !

La suppléance n'est envisageable que pour le bien de l'Eglise, et notamment la permanence de sa hiérarchie.

Ainsi à la question de savoir si les cardinaux et les évêques nommés par de faux papes durant le Grand Schisme étaient ou non cardinaux et évêques, Zapelena répond :

Citation :
"On devrait admettre une suppléance de la juridiction (fondée sur le titre coloré),non de la part de l'Eglise, qui n'a pas de suprême autorité, mais de la part du Christ lui-même, qui aurait accordé la juridiction à chacun des antipapes dans la mesure où c'était nécessaire."

Zapelena, De Ecclesia Christi, pars altera apologetico dogmatica, Universita Gregoriana, Roma, 1954, p. 115.


Non pas suppléance de juridiction pour tout et n'importe quoi - et a fortiori pour participer objectivement à détruire l'Eglise - mais bel et bien "dans la mesure où c'était nécessaire".

Est-il nécessaire à l'Eglise que soit détruit ici et là ce qui est essentiel à l'Eglise ?

Autre question :

Citation :
Voulez-vous dire que les évêques durant le Grand Schisme d'Occident n'étaient pas évêques formaliter !???

Quel rapport avec ce que j'ai dit de Mgr Mamie ? Est-ce que les évêques diocésains latins du Grand Schisme imposaient des rites invalides à leurs subordonnés ?

Plaisante finale :

Citation :
Également, nous vous demandons pas ce que vous pensez, mais ce qu'il en est ...

Il va sans dire que Carolus et sa clique présentent toujours les choses telles qu'elles sont, non pas seulement telles qu'ils les voient, et que jamais ô grand jamais ils ne font valoir une opinion qui leur est propre...

Ils doivent sans doute être infaillibles !


Dernière édition par N.M. le Ven 26 Mar - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
N.M.
Chevalier


Nombre de messages : 549
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 13:52

Rosalmonte dixit :

Citation :
Ce qui était, à l'extrème limite envisageable sous P6 ne l'est vraiment plus maintenant.

Qu'est-ce qui était "à l'extrème limite envisageable sous P6" selon Rosalmonte ?

Rien moins que la thèse de Cassiciacum !

Oyez oyez, Messieurs les inquisiteurs sans titre ni office, préparez votre bûcher pour Rosalmonte...

Ce dernier dit encore :

Citation :
Ah non? "Soeur" Lucie n'a-t-elle pas dit que la consécration a bien été faite?

Hem !

Citation :
"Cet acte [du 31 octobre 1942] n'était pas la consécration singulière de la Russie et il n'avait pas été réalisé avec tous les évêques du monde."

R.P. Joaquin Maria Alonso, c.f.m., Fatima ante la Esfinge, Madrid, 1979, p. 247, cité par Frère François de Marie des Anges, Fatima joie intime événement mondial, CRC, 1994, p. 247.

Dans ce sens, le Père Alonso (toujours cité par le Frère François de Marie des Anges) invoque notamment...

La lettre de Soeur Lucie datée du 28 février 1943 et adressée à l'évêque de Gurza :

Citation :
"Le Bon Dieu m'a déjà montré son contentement de l'acte [la consécration faite par Pie XII le 31 octobre 1942], bien qu'incomplet selon son désir, réalisé par le Saint-Père et par plusieurs évêques. Il promet, en retour, la fin de la guerre. La conversion de la Russie n'est pas pour maintenant."

Frère François de Marie des Anges, Fatima joie intime événement mondial, CRC, 1994, p. 248.

Consécration donc incomplète selon Soeur Lucie. Et donc consécration à compléter... et qui n'a jamais encore été complétée !

Mais...

Quid de Soeur Lucie selon Rosalmonte ?

Citation :
Soeur Lucie qui s'agenouille devant Paul VI lors du pèlerinage de ce dernier à Fatima, le 13 mai 1967

Sachant que...

Citation :
... selon le critère apparemment choisi par Rosalmonte - réunion interreligieuse - toute erreur commune aurait dû cesser non pas en 1986, mais dès le mois de décembre 1965 !

En effet, la première cérémonie interreligieuse eut lieu à Rome, en la basilique Saint Paul-hors-les-Murs, le 4 décembre 1965, et fut présidée par Paul VI :

Citation :
"Paul VI désirait tout spécialement que, avant la fin du concile, les pères conciliaires et les observateurs-délégués assistassent à un office du soir destiné àpromouvoir l'unité des chrétiens. Il fut décidé que cet office aurait lieu le 4 décembre 1965, en la basilique Saint Paul-hors-les-Murs. Le pape présidait ; des psaumes furent chantés, puis des passages de l'Ecriture furent lus par un catholique français, un méthodiste américain et un Grec orthodoxe."

Ralph M. Wiltgen, s.v.d., Le Rhin se jette dans le Tibre, rééd. Dominique Martin Morin, 1992, p.278.

Donc...

Citation :
... toujours selon les critères Rosalmontiens, plus d'erreur commune possible après le 4 décembre 1965.

Par conséquent, toujours selon les critères Rosalmontiens, ils doivent être regardés comme hérétiques publics tous ceux qui ont apparemment continué à adhérer à Paul VI après le 4 décembre 1965, faute de déclarer publiquement la vacance du Siège Apostolique...

Ce qui concerne Soeur Lucie, mais pas seulement :

Citation :
non pas seulement Mgr Lefebvre ou les évêques catholiques orientaux (objets de détestation atavique pour tout apprenti sectaire qui se respecte), mais encore...

- Padre Pio, qui le 12 septembre 1968 écrit à Paul VI une lettre très déférante où il donne à ce dernier du "Très Saint-Père ;

- Et bien sûr le R.P. Saenz qui attend 1972 pour déclarer publiquement que Paul VI n'est pas pape !

- Et à propos... les prêtres de la CAM... qu'ont-il fait le 4 décembre 1965 et les jours suivants ?

Voilà nombre d'hérétiques publics selon les critères Rosalmontiens !

Heureusement que les critères Rosalmontiens sont un tissu de sornettes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsard Hardcore
avatar

Nombre de messages : 1796
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 14:00

Jusque là je me suis abstenu d'intervenir dans les discussions, n'ayant en effet aucune compétences canonicos théologiques. Ce qui ne me manque pas pour comprendre et vivre la situation de manière catholique, avec les derniers sacrements, valides et licites.

Rosalmonte a écrit:
Gardian, vous commencez à me soufflez sérieusement dans les bronches.

Mais cela en arrive à un point humainement insupportable, rien qu'en ayant connaissance des propos absurdes, inimaginables et dangereux qui sont formulés par certains.

Les protestants, les témoins de jéhovah et les conciliaires lorsqu'ils parlent, ne citent pas les passages des évangiles dont ils se servent libéralement pour leurs argumentation, non ils citent les chiffres: "jean 10, 38-42 à dit que .. mais si on regarde Luc 12, 32-36"

Et bien chez les zinsinistes, c'est la même chose, mais avec le droit canon.

Tel canon m'a dit de faire ça mais si on tient compte de tel autre canon on peut considérer que c'est ainsi qu'on agit toujours compte tenu du canon 1696 a. Sans compter que ce lefebvro-guérardien thuciste et illicte ne tient pas compte du très saint canon 1975 c . Quel s**** il tombe sous le coup de 2547 d.

Où est l'intelligence catholique traduite en propos audible, expliqué et argumenté puisant dans la science de l'Eglise ? Où est la vérité ?
Je ne fais rien d'original en disant qu'il s'agit de propos d'administrations publiques, à coup de formulaires et de codes de procédure.

Si la Sainte Vierge leur apparait, la reprendront t-elle si elle ne cite pas un article du Droit Canon ?

Rosalmonte a écrit:

Citation :
Négocions, en somme, une solution qui arrangera tout le monde.
Ce n'est évidement pas catholique du tout.

Faut-il vraiment répondre à cela?


Vu la teneur de vos réponses, aussi serpentées que les routes cévenoles ou alpines, ce n'est pas la peine.

D'ailleurs:

Rosalmonte a écrit:


En effet, aucun rapport avec la religion noachide et Noé, ni entre Noé et l'Arche. C'est par abus de langage qu'on parle de L'Arche de Noé.

Trop de nœuds à démêler. Il y a un sens caché à comprendre ? Une subtilité ?

Citation :
Rosalmonte a écrit:
C'est vrai quoi, on se sanctifie mieux sans sacrements n'est ce pas ?


Non, visiblement on se sanctifie pas mal aussi avec des sacrements sacrilèges, mais valides.

Sacrilège dans votre esprit ... pas ailleurs.


Rosalmonte a écrit:

Gardian a écrit:
Noé qui lui est saint tout de même

Est-ce qu'il communiait chaque dimanche? Comment est-il saint, s'il n'a pas pu se sanctifier grâce aux sacrements?

A l'époque où Noé vivait le Sacrement de l'Eucharistie n'était pas encore institué, il serait donc bien en peine de communier, surtout le Dimanche. La sainteté n'a pas été lancée avec le Sacrement de l'Eucharistie, mais "avant" il était normal qu'ils se sanctifient avec grand zèle dans une arche pourtant vide.
Car ils avaient les grâces correspondant à leur époques ainsi, ceux qui entendaient prêcher Notre Seigneur comprenait davantage ses propos que nous, si nous les lisions maintenant.

Rosalmonte a écrit:

Citation :
Pour être convaincu il faut des preuves, vous en avez ?
Persuadé peut être ? Un peu comme les guérardiens qui sont persuadé que la thèse qui n'est jamais qu'une théorie, est valable.
Pourquoi leur refuser une démarche qui est la vôtre aussi ?

Les preuves, c'est le grand monarque qui me les donnera le jour où il entrera à l'Elysée.

Saint Thomas a cru quand il a vu, j'espère que vous en ferez de même.
En attendant je ne vous envie pas, dans ce désespoir que de ne pas croire avec confiance les promesses de tant de vénérables, en sus de celles de la Sainte Vierge.

nb: Je ne suis pas certains que l'Elysée soit le lieu exemplaires que choisirait un Catholique comme référence.

Rosalmonte a écrit:

Quant au thésistes, même GdL a dit que sa thèse est vouée à disparaître dans le temps. Ce qui était, à l'extrème limite envisageable sous P6 ne l'est vraiment plus maintenant. Sans parler de la réfutation zinsienne de la thèse, car vous allez sortir des gousses d'ail.

Ce n'est pas la question. Vous exposez vos théories comme probables et respectables, tout en décriant des thèses qui, malgré leur complexité semblent (faut demander aux guérardiens) un peu plus fournies que vos théories
.
Rosalmonte a écrit:
Citation :
En écoutant la sainte Vierge à Fatima et en récitant le Pater on sait ce qu'il doit y avoir, qui ne peut être occulté avant la fin du Monde.
Et cela n'a pas eu lieu.

Ah non? "Soeur" Lucie n'a-t-elle pas dit que la consécration a bien été faite?

Consécration ... et conversion.
1/ Pensez vous qu'une promesse faite aussi solennellement se fasse aussi discrètement (qui a vu ?)
2/ Pour la conversion de la Russie ... faut avoir de bons yeux.

La réalité ne colle pas avec ce conditionnel de soeur Lucie.

Rosalmonte a écrit:
Et en écoutant NSJC dans S. Matthieu, on sait aussi pas mal ce qui doit se passer.

Sans parler de l'Apocalypse de Saint Jean ... très bien expliqué par le Vénérable Holzhauser. Un catholique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pluchon
Ecuyer


Nombre de messages : 319
Date d'inscription : 10/05/2009

MessageSujet: Re: Etat des lieux   Ven 26 Mar - 14:15

 
N.M. a écrit:
Il va sans dire que Carolus et sa clique présentent toujours les choses tels qu'elles sont, non pas seulement telles qu'ils les voient, et que jamais ô grand jamais ils ne font valoir une opinion qui leur est propre...

Ils doivent sans doute être infaillibles !
De toute évidence, cher N.M. ! A tel point qu’un certain Eric fait de vous un défenseur inconditionnel des sacres de Mgr Lefebvre, alors que, depuis le début, vous n’avez parlé que des ordinations : là, j’ai dû me frotter les yeux pour être sûr d’avoir bien lu leur prose.

Et Carolus qui me somme de répondre à propos de Mgr Mamie, alors que c’est vous-même qui venez de m’en parler. Là, je crois qu’on atteint tout doucement la falaise...

Mais plus sérieusement, en relisant le texte de saint Robert Bellarmin que vous venez de rappeler, je me suis demandé si Paul IV lui-même n’est pas du même avis que saint Robert sur le devoir des fidèles. Certes, le pape encourage bien tous ceux qui ont compris à cesser d’obéir à l’intrus en tenant pour nulles toutes ses décisions, mais, sauf erreur de ma part, il ne censure à aucun moment ceux qui continuent à le reconnaître comme pape. D’ici à ce que Paul IV se fasse traiter de niais maladif...
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etat des lieux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etat des lieux
Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Tourisme: les joyaux de Fort-Liberte
» Haiti-Ress. naturelles:M. Pierre veut que le gvt fasse un etat des lieux
» Etat des lieux des centres carceraux au pays
» DEBAT - Etat des lieux du jeu après EoD et le cycle de Hoth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Actualité de la «Tradition»-
Sauter vers: