Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Eglise et la corrida.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: L'Eglise et la corrida.   Sam 13 Juin - 17:51

Etonnante cette histoire de la corrida en Espagne, ou l'on voit que malgré la condamnation sans appel de Saint Pie V, l'Eglise resta impuissante à faire interdire ces pratiques et dût même, sous la pression, "récupérer" en quelque sorte, le mouvement:

"Le temps de la corrida, celui de la féria, c’est-à-dire de la « fête », que cette dernière soit cause des corridas ou la corrida cause de la fête, est indissociable et toujours lié au domaine religieux de par les saints ou le temps liturgique auxquels sont associées les grandes réunions taurines : San Isidro à Madrid, Semaine Sainte à Séville, San Firmin à Pampelune, le Toro de la Vega à Tordesillas en l’honneur de la Vierge de la Peña, le Corpus Christi à Tolède, Pentecôte à Nîmes, etc., ceci, alors que paradoxalement, l’Eglise s’est parfois opposée aux jeux taurins qu’elle considérait comme des réminiscences directes des antiques jeux du cirque, sachant que ces dites « férias » étaient souvent l’occasion de débordements en divers domaines (alcool, sexualité, argent, etc.), dans un climat d’immense liesse populaire qui rappelait très clairement le monde du paganisme. C’est d’ailleurs l’un des rares domaines où, au-delà des Pyrénées, la pourtant si écoutée et révérée Eglise catholique espagnole, resta absolument impuissante à imposer certaines de ses volontés.

Rappel historique.

Un rapide examen des données historiques nous fournit des renseignements intéressants, puisqu’en l’absence de sources fiables, de nombreuses thèses perdurent s’agissant de l’origine de la corrida. Ce que l’on peut affirmer, c’est que les premiers jeux taurins, sont sans doute une survivance des sacrifices d'animaux pratiqués dans les cultures primitives, et apparaissent tout d’abord probablement à Rome, puis ne resurgissent vraiment dans le sud de l’Europe que vers les XIe ou XIIe siècles, dans un contexte précis : la noblesse guerroyant à cheval y voyait une excellente possibilité de s'entraîner. Le Comte de Las Navas (1855-1935) considérait que l’origine de la corrida était intimement liée avec les premiers temps de l'humanité, faisant référence aux chasses préhistoriques de l'aurochs pour expliquer la survivance des jeux taurins en Espagne. Ces jeux, en ce pays, s’imposèrent d’ailleurs peu à peu en divers lieux et en de nombreuses occasions (fêtes pour célébrer la venue d'un personnage important, canonisation d'un saint, consécration d’un évêque, etc.). On aménageait, pour la circonstance la plaza del toro avec des gradins de bois et la population s’y retrouvait pour communier au spectacle de bravoure de quelques téméraires audacieux, qui venaient défier des bêtes sauvages possédant une énergie exceptionnelle.

La bénédiction de l’Eglise catholique.

Le clergé catholique espagnol, qui constatera l’engouement pour ces fêtes et qui s’interrogea sur la manière d’en circonscrire les tendances excessives, fera mieux à l’époque que soutenir les traditions taurines, il ira jusqu’à les bénir et leur conférer, intelligemment, un caractère religieux qu’elles ont encore conservé. On trouve, par exemple, dans un livre de la Société du Saint Sacrement de l’église paroissiale de Saint Pierre de Valladolid, un texte expliquant que cette Société offrira régulièrement « des jeux taurins ». Des Tiers Ordres, pour marquer les réjouissances liées à leur fondation, organisèrent des fêtes où l’on se livrait à la corrida ; certaines Confréries, comme Notre Dame de Sabor à Caceres, n’admettaient en leur sein que des « chevaliers courant les taureaux ». Lors de la béatification de sainte Thérèse d’Avila, en 1614, on organise trente courses lors desquelles cent taureaux sont mis à mort. Il en va de même lors de la canonisation de saint Ignace de Loyola, de saint François Xavier, de saint Isidore le Laboureur en 1622, de saint Thomas de Villeneuve en 1654.

Les liens entre l’Eglise et la corrida vont donc se resserrer étroitement, et l’on verra même éclore ce que l’on pourrait appeler « les miracles taurins » : Baltasar de Fuensalida en 1612 à Tolède, désarçonné par un taureau lors d’une corrida, invoque Notre Dame de l’Espérance pendant qu’il est encorné et guérit de ses blessures. Saint Pierre Regalado, patron de Valladolid, arrête un taureau furieux par son regard. Sainte Thérèse d’Avila elle-même, apaise deux taureaux qui viennent à ses pieds et qu’elle caresse.

De leur côté, les très catholiques monarques espagnols n’étaient pas reste, et semblaient eux aussi apprécier ces pratiques. C'est ainsi que l'Empereur Charles-Quint (1500-1558) fut si heureux de la naissance de son premier enfant qu'il descendit dans l'arène de Valladolid pour y combattre et tuer un taureau sauvage. De ce fait, les corridas sous Charles II, au XVIIe siècle, deviendront un vrai phénomène de société. Les conquérants espagnols introduisirent même les jeux taurins en Amérique Centrale et du Sud. En 1529 le conquistador Cortes y importe les taureaux, et plus encore qu'en Espagne, la tauromachie aura le soutien de l'Eglise. Les Indiens l'appréciaient et considéraient qu’il y avait là un équivalent de leurs rites. Et même en Italie, séduit par cette vogue, César Borgia, fils du pape Alexandre VI, introduit la corrida pour la mettre au programme de ses divertissements favoris. Seule l’accession au trône d’Espagne d’un français, Philippe d'Anjou, le petit fils de Louis XIV, fera que l’on interdise un court temps aux seigneurs d'y participer, d'autant que les corridas de l'époque étaient bien plus dangereuses pour les hommes que celles d'aujourd'hui, et n’étaient pas sans danger pour les spectateurs, Francisco Goya, ayant représenté un accident survenu au cours d’une de ces fêtes, et entraîné la mort de l’alcalade de Torrejón.

L’Eglise et le développement de l’art taurin.

C’est d’ailleurs à un ecclésiastique, Don Gregorio de Tapia y Salcedo, que se codifie avec en 1643, la publication du Traité d’équitation et diverses règles pour toréer, la tauromachie à cheval réservée à la noblesse.
Par ailleurs, le célèbre taureau de Miura, aux caractéristiques exceptionnelles, qui est encore de nos jours le prince des arènes, fut formé au départ par un prêtre, Marcelino Bernaldo de Quiros, curé de Rota, qui croisa les vaches andalouses des pères dominicains du couvent de San Jacinto, avec des toros navarais, race qui provient elle-même des moines de la Très Sainte Trinité de Carmona.
Les spectacles taurins vont donc devenir un élément central des festivités en Espagne, et se dérouleront de plus en plus sur les places publiques afin de célébrer victoires, fêtes patronales ou événements religieux. Ceci fera émerger une tauromachie pédestre et populaire, très peu réglementée, pratiquée lors des fêtes religieuses, avant que, de 1730 à 1750, la corrida ne se codifie, faisant apparaître les trois « tercios » et surtout les passes à l'aide de la muleta. Les premières arènes permanentes sont édifiées, et de semi-sauvage, le taureau devient domestique et connaît les premières sélections génétiques pour en faire un combattant adéquat, sachant que les élevages sont tenus par des religieux (Dominicains, Chartreux), même si à terme, les élevages laïcs imposeront la suprématie du taureau andalou.


Saint Pie V et la bulle « De Salute Gregi Dominici ».

Toutefois, devant l’engouement excessif du peuple pour l’art taurin, en 1567, Saint Pie V promulguait la bulle « De Salute Gregi Dominici » qui condamnait sans appel les jeux taurins. Il était même question de les abolir et de priver de sépulture chrétienne ceux qui trouveraient la mort dans les combats contre les taureaux.

Les termes de la bulle papale étaient extrêmement clairs :

« 1-En de nombreuses villes et autres lieux, on ne cesse d'organiser des spectacles privés ou publics consistant en courses de taureaux ou d'autres animaux sauvages, destinés à faire exhibition de force et d'audace, courses qui occasionnent fréquemment des accidents mortels, des mutilations et sont un danger pour les âmes.
2- Pour Nous, donc, considérant que ces spectacles où taureaux et bêtes sauvages sont poursuivis au cirque ou sur la place publique sont contraires à la piété et à la charité chrétienne, et désireux d'abolir ces sanglants et honteux spectacles dignes des démons et non des hommes et d'assurer avec l'aide divine, dans la mesure du possible, le salut des âmes, à tous et à chacun des princes chrétiens, revêtus de n'importe quelle dignité, aussi bien ecclésiastiques que profane, même impériale ou royale, quels que soient leurs titres et quelles que soient la communauté ou la république auxquelles ils appartiennent, Nous défendons et interdisons, en vertu de la présente Constitution à jamais valable, sous peine d'excommunication et d'anathème encourus ipso facto, de permettre qu'aient lieu dans leurs provinces, cités, terres, châteaux forts et localités des spectacles de ce genre où l'on donne la chasse à des taureaux et à d'autres bêtes sauvages. Nous interdisons également aux soldats et aux autres personnes de se mesurer, à pied ou à cheval, dans ce genre de spectacle, avec les taureaux et les bêtes sauvages.
3- Si quelqu'un vient à y trouver la mort, que la sépulture ecclésiastique lui soit refusée.
4- Nous interdisons également sous peine d'excommunication aux clercs, aussi bien réguliers que séculiers, pourvus de bénéfices ecclésiastiques ou engagés dans les Ordres sacrés, d'assister à ces spectacle.
5- Quant aux obligations, serments et voeux, sans exception, faits jusqu'à présent ou promis pour l'avenir par n'importe quelles personnes, par l'Université ou le Collège, concernant ces sortes de chasse de taureaux, même lorsqu'elles ont lieu, par suite d'une fausse piété, en l'honneur des saints ou à l'occasion d'une solennité ou fête ecclésiastique quelconque, qu'il faut au contraire honorer et célébrer par des louanges, des réjouissances spirituelles et des oeuvres pies et non par ce genre de spectacles, Nous les interdisons absolument, les cassons et les annulons et, suivant les cas, jugeons et proclamons à jamais qu'on doit les considérer comme sans effet et non avenus.
6- Nous ordonnons à tous les princes, comtes et barons feudataires de la Sainte Eglise Romaine, sous peine de la privation de leurs fiefs qu'ils ont reçus de l'Eglise elle-même, et Nous exhortons dans le Seigneur les autres princes et seigneurs chrétiens et leur ordonnons en vertu de la sainte obéissance par respect et pour l'honneur du saint Nom de Dieu, d'observer strictement toutes les choses prescrites ci-dessus, en leur promettant une magnifique récompense de Dieu en retour d'une si bonne oeuvre.
7- Nous ordonnons, en outre, à tous nos vénérables frères, patriarches, primats, archevêques et évêques, et aux autres ordinaires des lieux, en vertu de la sainte obéissance, sous peine de jugement divin et de la condamnation à l'éternelle malédiction, de publier suffisamment dans leurs villes et diocèses respectifs la présente lettre et de faire observer les dites prescriptions également sous les peines et censures ecclésiastiques. »
[Bullarium Romanum, Titre VII, La Documentation catholique, 1935].

Philippe II, conscient de la passion de son peuple pour la tauromachie, ne fera ni enregistrer ni publier cette bulle en Espagne, et négociera avec le successeur de saint Pie V, Grégoire XIII, qui décida finalement de lever l’interdiction pour les laïcs, bien qu ‘en 1583, Sixte V rétablira les sanctions, que lèvera de nouveau définitivement le pape Clément VII en 1596. Ainsi en Espagne, comme en France, la religion catholique et la tauromachie, même si en 1489 Tomàs de Torquemada avait condamné la corrida comme « spectacle immoral et barbare, inique et cruel », opéraient une rencontre originale, qui allait faire que l’art taurin et les pratiques de l’Eglise deviendraient indissociables. On vit donc s’adjoindre de façon permanente aux arènes, des chapelles, où des messes étaient célébrées avant les corridas, les toreros revêtus de leur habit de lumière, effectuant leurs dévotions, priant leurs saints tutélaires, et faisant plusieurs fois sur eux le signe de la Croix avant de pénétrer dans l'amphithéâtre, alors même que des prêtres étaient affectés aux lieux de cultes construits à l’intérieur des arènes."

(…)


Source : http://isabelledescharbinieres.hautetfort.com/archive/2009/06/03/l-eglise-catholique-et-la-corrida.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: L'Eglise et la corrida.   Sam 13 Juin - 23:17

Ce qu'il faut savoir d'une corrida c'est que d'une part cela ne sert en rien la Gloire de Dieu, c'est -on peut le constater auprès de certains toréros- un nid d'orgueilleux qui se pavanent devant un public pour lequel ils défient la bête au risque de graves bleussures ou de mort parfois.
D'autant que quand les gars sont mauvais ils loupent leur coup et le taureau deguste. Fantastique Rolling Eyes

Cependant hormis cela, la propagande des zanticorrida, est claffie de mensonges, elle montre toujours des images ultra sanguinolantes qui ne reflètent pas l'intégralité des corridas, seulement de certaines ...

Sous couvert d'anti corrida, ces plaies sont en réalité contre toute idée de tradition, bonne ou mauvaise. Et quand bien même ils obtiendraient la peau de la corrida -ce qui n'est en soi pas bien grave- ils n'en resteraient pas là et tenteraient de faire interdire les bious (c'est a dire des courses camarguaises)

La course camarguaise ques aco ? C'est mettre des bouts de tissu sur un fil entre les cornes du taureau. Les raseteurs doivent approcher le taureau avec une sorte de crochet et attraper les tissus puis vite planquer ses miches derrière l'estrade.

Ca casse pas trois pattes à un petit veau mais le taureau est moins gros (moins dangereux) et reste entier. Et bien ça ils voudraient surement l'interdire, sans compter les abbrivados, où ils lachent le taureau dans les rues et les manadiers (cow boy de chez nous) doivent les diriger et les faire rentrer dans les arènes. Bien évidement le public est dans la rue derrière des grilles et si il est bien sage il risque rien.

Et un jour ils voudront interdire la chasse.

la corrida c'est nul tu en vois une tu en vois, c'est du fric, et les toréros, des vedettes aux gros cachets qui viennent faire le spectacle et prendre leur pognon. Sans compter que le directeur des arènes est de la famille de nos frères ainés dans la foi Rolling Eyes vu le prix des places.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: L'Eglise et la corrida.   Dim 14 Juin - 16:51

Citation:
"...le directeur des arènes est de la famille de nos frères ainés dans la foi ..."


Ah le voilà, l'argument massue! lol!


En ce qui concerne les "défenseurs" des zanimos, ils sont très dangereux; vous verrez qu'un jour, ils finiront par nous interdire de manger de la viande, voire même du poisson! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: L'Eglise et la corrida.   Dim 14 Juin - 17:16

Ar-Ka. a écrit:
Citation:
"...le directeur des arènes est de la famille de nos frères ainés dans la foi ..."


Ah le voilà, l'argument massue! lol!

A lui seul il justifie tout ...
Il faut voir la clique municipale, une vraie maffia tout plein de ces "frères"
affairiste, clanique, et magouilleur.

Lorsque la ville sera à nouveau engloutie par une innondation, je me demande s'ils auront le même "réflexe" que jadis le maire de l'époque.
quoi que là il sera trop tard Twisted Evil
Citation :

En ce qui concerne les "défenseurs" des zanimos, ils sont très dangereux; vous verrez qu'un jour, ils finiront par nous interdire de manger de la viande, voire même du poisson! Twisted Evil

préparons nous à manger des pissenlits par le haut ... Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalmonte
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 352
Localisation : Youkali
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: L'Eglise et la corrida.   Lun 15 Juin - 15:27

Ah bon? je croyais que c'étaient les gitans qui cornaquaient les férias...

En ce qui concerne les toreros, ils ont perdu leur ferveur religieuse et sont aujourd'hui dépravés, à l'instar des footeux. Ce sont des stars, et ils font partie du système qui a corrompu la corrida.

Pour ceux des aficionados qui ne connaitraient pas encore, voilà la quintessence de l'art taurin, le rejoneo, i.e la corrida à cheval. Les rejoneadores sont plus consciencieux, et moins connus, ils ne se gobergent pas de vaine gloire. Regardez ceci, c'est magnifique.

http://www.youtube.com/watch?v=O4glo6LBmyI&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: L'Eglise et la corrida.   Lun 15 Juin - 18:55

Citation:
"je croyais que c'étaient les gitans qui cornaquaient les férias"




Il n'y a pas de contradiction... Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Eglise et la corrida.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Eglise et la corrida.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La corrida
» Voie de l'Eglise
» Communiqués de l'Eglise de la Lumière
» Les personnalités de l'Eglise d'Altamira
» Eglise de Dax

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Divers : culture, sports, loisirs, ...-
Sauter vers: