Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un beau texte... Corse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Melchisédech
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 687
Localisation : Babylone sur Seine
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Un beau texte... Corse !   Mer 29 Avr - 11:38

"Le matin du battage, on attendait qu'il fasse très chaud pour amener les boeufs dans l'aghja (l'aire) au hameau d'Amagu. La chaleur est indispensable pour que l'épi sèche et que le grain se détache de son enveloppe. Les boeufs tournaient jusqu'à midi sous une chaleur torride, mon père me demandait de retourner la trida (paille écrasée). On enlevait aussi la plus grosse paille et les noeuds des ligatures de gerbes avec une palmula (fourche large). De temps en temps, on changeait le sens de rotation des boeufs pour qu'ils se fatiguent moins. A midi on s'arrêtait pour faire boire les boeufs et manger quelque chose. On reprenait une heure après pour continuer le battage des gerbes. Il fallait deux jours pour battre le blé. Quand la paille était suffisamment écrasée et que le blé s'entassait, on sortait les boeufs et on commençait à vanner avec une fourche. La paille était retirée de l'aire puis il fallait attendre le vent pour vanner le blé. Quand le vent se mettait à souffler en milieu de matinée, chacun prenait une fourche ou une pelle pour séparer la paille du blé. On lançait la paille et le blé en l'air en nous mettant face au vent pour que la paille s'envole en sens contraire hors de l'aire à blé. Je me rappelle, c'était une tâche très pénible car il faisait très chaud, on transpirait et on était recouvert de poussière qui nous collait à la peau. A la fin de la journée on avait les yeux rougis et enflés à cause des débris de paille. ça nous faisait très mal... A la fin de la tribbiera (battage), les femmes entraient en action avec les balais de bruyère pour enlever la paille et les nœuds restants puis entasser le blé. On mettait des morceaux de bois pour empêcher le blé de s'éparpiller sur le sol. C'était un travail pénible, souvent on chantait pour oublier la fatigue et la chaleur qui nous brûlait le visage, mais il fallait manger et chacun mettait du coeur à l'ouvrage pour accomplir cette tâche collective. Aujourd'hui, il est facile d'acheter un kilo de farine dans une épicerie, mais de notre temps on devait travailler toute une année pour avoir un morceau de pain..."

Témoignage de Joachim Acquaviva, extrait de Tempi fà de Pierre-Jean Luccioni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1786
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Un beau texte... Corse !   Sam 23 Mai - 22:53

Sans vouloir troller le sujet de Melchisedech, qui je l'espère ne m'en tiendra pas rigueur Wink , je me posais la questio, pour la Corse ....

Clovis il est descendu jusque là ? Non parce que j'ai eu des echos à ce propos clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un beau texte... Corse !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un beau texte sur notre société pas jolie jolie...
» UN TRES BEAU TEXTE SUR LE REGIME DE DUVALIER
» Amour secret...
» Saisons d'amour
» L'amour d'un fils pour sa mère, et inversément... (Brume)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Divers : culture, sports, loisirs, ...-
Sauter vers: