Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une historienne poldève ridiculise le modernisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Une historienne poldève ridiculise le modernisme   Jeu 29 Jan - 1:58

http://bertrand.meheust.free.fr/documents/interview-GB.pdf

Cette historienne poldève agnostique aujourd'hui décédée il y a 5 ou 6 ans, règle ses comptes avec beaucoup de monde. Les poldèves, les ashénazim, à la fin de sa vie elle a fait des recherches sur le judaîsme d'origine kazar d'Europe de l'Est, les exégètes cathos-modernos, les cathos, les intellectuels.
En lisant cet entretien j'ai compris ce que je n'avais jamais compris jusque là.
Depuis un siècle, les professeurs d'Ecriture Sainte et les théologiens officiels pratiquent le négationnisme et le révisionnisme au sujet de la vérité historique du Christ, et des premiers débuts de la vraie Eglise primitive. Ils pratiquent la censure, le boycot.
Entre parenthèse je n'ai jamais lu la moindre ligne sérieuse d'un traditionnaliste sur ce sujet primordial.
Le livre de Ratz sur Jésus de Nazareth légitime et entérine perdidement ce révisionnisme: qui le remarque parmi les pseudos cathos plus blancs que blancs?
Je savais que ce révisionnisme était associé à l'idée développée par Ratzinger selon laqelle la raison philosophique grecque au 2ième siècle aurait purifié la croyance "grossièrement poldève" des origines palestiniennes. Alors que la Foi catholique doit purifier la raison ! je pensais que c'est à cause de l'agnosticisme allemand, qu'il fallait que la vie du Jésus de l'histoire aurait été une légende enjolivée dans le premier siècle de l'Eglise naissante.

Mais Jacqueline Genot Bismuth explique la raison véritable! :
Pour que la thèse, devenue le propre magistère de la pseudo église de rome avec Montin-Wojtyla-ratzi, puisse paraître crédible: la "communauté église primitive" a façonné avec la philosophie des Pères apostoliques le christianisme, qui aurait été inventé par Saint Paul, il faut qu'il y ait eu un siècle d'émergence évolutionniste, de fabrication "d'esprit conciliaire" avant la lettre, pour qu'un mythe du Jésus de Nazareth, le gentil prophète sauveur des hommes puisse se fabriquer.

Or cette thèse des savants hypocrites de l'institut catholique, des dominicains et des Jésuites, perroquest des Allemands des 19 et 20 ° s, tombe par terre. Car les découvertes historiques archéologiques et philologiques démontrent que les évangiles révèlent une histoire apparamment totalement poldève. En se trompant elle dit que Jésus est un essénien. Mais elle et d'autres montrent que les évangiles sont des documents poldèves. Donc il ne reste plus que deux alternatives, si la thèse allemande tradtionnelle s'effondre: qu'une longue légende chrétienne se serait formée etqui aurait été transfigurée par la philosphie grecque des Pères platoniciens de d'Eglise.

1° - soit on doit admettre que Jésus est un poldève: ce qui explique que Ratzi devient plus poldève que poldève en faisant de Jésus est un disciple parfait de Moïse (cf entretien du rabbin au sujet de son livre) Et on fait l'amalgame ensuite entre ce poldévisme et le platonisme, à la suite de Philon et des talmudistes de la nouvelle religion poldève à compter de l'an 70.
C'est à dire que les protestants, les conciliaires, seront contraints de professer intellectuellement et théologiquement religieusement le noachisme ! dans chacune de leur sectes actuelles. Y compris celle de l'erreur écônienne.

2° - soit on doit admettre que Jésus est un judéen mais que sa religion est SURNATURELLE, et que son surnaturel ne doit rien à la philosphie grecque qui est venue deux siècles après, et qui s'est contentée, elle, d'expliquer en termes rationnels (dogmes) le surnaturel qui était enfoui comme un germe dans la matière poldève. Et le petit reste restera dans les catacombes.


Dernière édition par luernos le Jeu 29 Jan - 2:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Une historienne poldève ridiculise le modernisme   Jeu 29 Jan - 2:02

une citation page 8 de l'entretien
Citation :
B.M. J'ai relu récemment le Jésus de Bultmann, qui pousse à ses conséquences
extrêmes cette façon de comprendre les textes fondateurs que vous dénoncez. Ce
livre est préfacé par un texte de Ricoeur, qui présente la démarche de Bultmann
comme " l'aboutissement irréversible de notre modernité". Ainsi tout un courant
qui se veut, ou se voulait, à la pointe de l'exégèse, présente cette façon de
comprendre la naissance et le développement des évangiles comme un "acquis
irréversible", il se met dans le sens de l'histoire. Si vous avez raison, quand on
pense à tout ces travaux inspirés de Bultmann, et étant donné l'importance de ce
philosophe, cela jette une lumière cruelle sur les limites de l'érudition, et sur la
fragilité de ce que l'on croit être le sens de l'histoire.
J.GB. Ce que je pense de l'érudition, c'est qu'elle peut être un écran de fumée pour
masquer les vrais problèmes ; l'érudition est une sorte de vertige; vous
commencez avec deux ou trois mots, vous construisez à partir de là une sorte de
fantasme de réalité; ce fantasme de réalité amène encore à creuser. On creuse de
plus en plus et on débouche sur des scénari-fiction qui deviennent de vrais
vertiges.
B.M. Et qui deviennent incontournables, car enseignés aux étudiants. Mais c'est
surtout cette idée d'un acquis irréversible qui est surprenante.
J.G.B. Je crois que Ricoeur a un problème fondamental parce qu'il est engagé
religieusement. C'est un Protestant engagé, qui croit en ce qu'il écrit; d'autre part
c'est un intellectuel. Alors, que va-t-il faire? Il fait comme tout le mode, il triche,
il se fabrique une fausse catégorie intellectuelle et se persuade que les acquis de
l'exégèse auquel il tient sont irréversibles. Eh bien non, ce n'est pas irréversible. Il
n' y aurait plus de science, à ce moment-là, car la science est dialectique. On aurait
pu aussi dire à Galilée: " Vous avez tort, car le modèle de Ptolémée est
irréversible". C'est absurde. Ce que signifie en réalité ce jugement de Ricoeur, c'est
l'appréhension que les choses lui échappent. Mais ce n'est pas notre problème, s'il
doit tirer comme conséquence que tout ce qu'il a pensé est faux
.

Les sales chiens du modernisme seront punis par là où ils pèchent depuis deux siècles: par la science historique qui condamne radicalement aujurd'hui leur rationnalisme fourbe et sournois ("moderniste") Ils haissent le surnaturel ? Eh bien l'histoire démontre que leur Jésus non surnaturel n'existe pas, c'était un simple poldève!
C'est pourquoi Rabbi Ratzi, après Rabbi Wojtyla, ne sont que les premiers de l'inéluctable série des sous-rabbis noachides de la secte babélo-noachide post conciliaire,
puisqu'ils sont apostasié le surnaturel catholique depuis deux siècles.

+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Une historienne poldève ridiculise le modernisme   Jeu 29 Jan - 23:32

Je corrige et précise mon premier post, compte-tenu de l'importance du sujet:

Premier point.
Sous le prétexte de V2, la Secte des Occupants Romains s'est ralliée à l'idéologie protestante allemande.

a) Celle-ci enseigne que le christianisme serait une religion fabriquée par la philosophie grecque, (cf exemple mon post, sur Ratzi déformant St Justin) idéalisme, dualisme corps-âme. Cette philosophie grecque donnerait une doctrine (logos, dixit Ratz) à la religion qui aurait été inventée par un St Paul, prétendûment assis enter la chaise pré-talmudique et une chaise idéaliste grecque. Depuis Luther, il est enseigné que la raison européenne aurait donc fabriqué une religion pure rationnelle, qu'il faudrait purifier sans cesse de ses origines sémitiques fétides et abjectes (cf de Luther, à Ernest Renan, à Bultmann) d'un Saint Paul primitif, puis d'un Constantin opportuniste, puis d'un d'un Charlemagne superstitieux, etc...
Pourquoi ? Parce que la réalité surnaturelle n'existerait pas , au sens où st Thomas l'a expliqué. v2 est l'assassinat du surnaturel dévoilé doctrinalement par St Thomas, donc assassinat du Christ tout court ! assassinat dans la ligne millénaire poldève depuis Kaïphe.

b) Cette idéologie - qui s'inscrit dans les grandes hérésies des origines, qui est motivée par Lucifer, et qui a des raisons sociales et politiques, etc, - oblige et impose que la vie de Jésus et des premiers chrétiens soient un récit légendaire. Ce récit aurait été élaboré sur une durée d'un siècle. L'idéologie "greco-allemande" aurait donné corps à des mots, des rites, des coutumes poldèves, (en eux même vides et insignifiants) à une mythologie populaire poldève et "messianique" du Premier siècle.



Deuxième point l'historienne que je cite, ainsi que d'autres qui ont aussi démasqué la prétention "au progrès irréversible" de cette idéologie qui a fait le lit du mondialisme noachide actuel démontre qu'en réalité :
a- le récit du Nouveau Testament est un récit historique (mais au sens d'une genèse profane d'une religion hérétique par rapport au poldévisme de l'époque)
b- qu'il est un récit poldève (certes "hérétique" J. G.B. est l'auteur du livre "un homme nommé Salut (Jésus) genèse d'une hérésie à Jérusalem" )
c- que St Paul est sur le plan profane, un hérétique poldève ("essénien")


Troisième point. trois conclusions inéluctables

a) la religion hypermoderniste des occupants romains, ultra protestante, est démasquée. Elle ne peut plus prétendre être un sentiment religieux universel qui aurait étérefondé sur la raison grecque. Comme le prétend apparemment toujours Ratzi, et qui prétend en faire le dogme nouveau de sa religion, qu'il prétend vouloir refonder sur la philosphie moderne (modernisation de la doctrine, et non modernisation des preuves de la doctrine) Car pour qu'il y ait "purification" il faudrait qu'il y ait une matière première grossière et magique, ou une mixture de croyances orientales de plusierus religions païennes.

Or cette matière n'existe pas! elle est une matière poldève de a à z !

b) Elle doit alors admettre que Jésus est un poldève historique. Mais alors ce poldève historique n'est plus qu'un hérétique parmi cent autres de son temps. Il faut donc en faire un poldève ayant réellement vécu donc en rabbin pharisien, un sage, un essénien, ou un mer-kabba-liste, etc... (un "chrétien" doit être "pharisien" enseigne aujourd'hui cantalamessa le chapelain de Ratz..) donc la secte des occupants romains tombe comme une masse dans le piège du noachisme théologique doctrinal et pastoral. D'où le poldévo-christianisme de Wojtyla et Ratzi aujourd'hui enseigné et pratiqué par tout le clergé, et laïcs de la secte.

c) Où alors seule alternative à ce destin poldève, ce destin de la Bête de la terre qui monte lentement, il faut compredre avec une joie indicible que -NSJC était un personnage historique réel
-qu'il était un poldève,
-mais qu'il était un poldève ayant au contraire anéanti par sa seule naissance, le poldévisme pour l'avenir, en tant que religion légitime, pour demeure une secte témoin de sa turpitude enseignée par ses propres prophèes. Pourquoi ? Parce que le surnaturel peut exister et parce que ce surnaturel nous a été révélé par lui.
Cette Porte étroite vaut bien le prix à payer pour comprendre cela: c'est d'être traité de détrac, par les modernistes tradis ou progros, traité comme l'a été notre Divin Maître, qui a été affublé du manteau rouge de la folie par Kaïphe, leur ancêtre dans le serpent.


+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une historienne poldève ridiculise le modernisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une historienne poldève ridiculise le modernisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Crise de l'Eglise-
Sauter vers: