Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?

Aller en bas 
AuteurMessage
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Sam 15 Nov - 16:08

Je viens de trouver un exemple caricatural du raisonnement de beaucoup de fraternistes, pour lesquels, il faut, à tout prix, qu'il existe à leur extrême-droite un véritable repoussoir "ces gens les sédévacs"...
Sauf que tout ce "raisonnement" est entièrement vain, nul et non avenu.
Les catholiques n'ont pas besoin de pareils sophismes pour nourrir leur intelligence, mais à l'occasion ils peuvent s'en servir... Twisted Evil


Citation :
Le problème du sédévacantisme n’est pas un problème théologique. Il n’est pas non plus basé sur un différend de politique ecclésiale. Il est d’un coté très simple, de par le résumé de sa position, mais également très complexe de par les arguments qui émanent de la crise actuelle. C’est un cas atypique.



Il n’est pas question de parler ici de ceux qui se répandent en invectives et complots mal tramés sur Internet, ni de ceux qui utilisent l’excuse du sédévacantisme pour cacher une situation matrimoniale désapprouvée par la morale.



Pour résumer de la façon la plus sobre la position de ces gens, on peut dire que, selon eux, les papes élus pendant ou après le concile Vatican II ne sont pas papes parce qu’ils enseignent l’hérésie. Ajoutons à cela que la réforme liturgique de Paul VI rend à leurs yeux tous les sacrements donnés dans ce rite invalides. Il en découle donc que le pape n’est pas pape, que les cardinaux ne sont pas cardinaux, que les évêques ne sont pas évêques, et que les prêtres ne sont pas prêtres, exception faite naturellement de ceux qui ont acquis leur état avant ces funestes réformes.



Nul besoin d’entrer dans leur argumentation pour comprendre l’impasse pratique et intellectuelle dans laquelle ils se trouvent.



La première impasse est pratique : pour des fidèles souhaitant vivre chrétiennement, ils se refusent cependant la fréquentation des paroisses, même lorsque celle-ci vivent selon la tradition de l’Eglise, les prêtres étant tous des hérétiques, puisque célébrant eux-mêmes « una cum » (en union) avec un imposteur (le pape). Pour les prêtres, ils n’obéissent à aucune hiérarchie puisque celle-ci est à leurs yeux soit usurpatrice, soit corrompue. Ils sont donc des électrons libres, faisant vivre de petites chapelles en de rares endroits.



La deuxième impasse est théologique et intellectuelle : comment concilier les promesses d’indéfectibilité de l’Eglise, données par Notre Seigneur Lui-même, et le fait que l’Eglise soit infailliblement, selon leur théorie, sur le chemin de l’extinction sacramentelle et donc hiérarchique ? Pour se justifier, soit ils transforment le sens des paroles du Messie, soit ils prétendent à une intervention divine. La première méthode est malhonnête et sacrilège, la deuxième va à l’encontre de la façon dont a toujours agi la divine providence dans le Nouveau Testament. Inutile de parler de ceux qui se sont autoproclamés papes, ou qui s’inventent un quelconque pouvoir épiscopal dont ils sont les seuls témoins !



La troisième impasse est spirituelle : dans la situation décrite, il n’y a pas de solution, hormis l’attente d’une intervention qui n’a jamais été annoncée. Il n’y a pas de solution, et à la non-fréquentation des sacrements, nécessaires à la vie de l’âme, s’ajoute le désespoir de ne pas envisager le moyen ni le temps par lesquels Dieu sauvera son Eglise. Les âmes des sédévacantistes sont des âmes sans sacrement et pillées par le désespoir.



A tous les niveaux, le sédévacantisme constitue une impasse.



En plus de cela, on observe que ce monde est très détonnant. De ceux qui s’autoproclament papes, qui entendent des voix, qui prétendent avoir trouvé l’épiscopat dans les délires d’un fou, qui ont des révélations en tous genres, jusqu’à ceux qui fréquentent tout simplement leur chapelle. Qu’y a-t-il donc de commun à tous ces gens qui se sont enfermés dans cette voie désespérée ?



On observe que cet univers sédévacantiste est hétéroclite : il n’est pas hiérarchisé, chaque sédévacantiste est en désaccord avec tous les autres. Il n’existe pas de société, pas d’ordre, pas de pensée, pas de théologie sédévacantiste. Au final tous, qu’ils soient prêtres ou laïcs, sont très indépendants. Chacun a sa propre pensée, et donc est son propre chef. Ce qui manque au sédévacantiste, c’est l’humilité de la soumission.



Le sédévacantisme est une œuvre de contre Église, tout comme l’est le modernisme. Ce dernier détruit la nature sociétale et hiérarchisée de l’Eglise par la collégialité, le premier agit de même en refusant tout net la reconnaissance de l’autorité jusqu’au plus petit échelon. Il n’y a ni société ni hiérarchie chez les sédévacantistes.



Le sédévacantisme est une position qui va contre la nature même de l’Eglise et qui plonge ceux qui l’adoptent dans une impasse pratique, théologique et spirituelle. Et pour ceux dont l’âme reste marquée par les scandales de l’Église conciliaire et qui ne parviennent pas à voir dans les papes actuels les vicaires du Christ, qu’ils regardent le Crucifié. Est-ce que cet homme crucifié est le fils de Dieu ? Arriveront-ils à distinguer aussi bien Dieu dans cette homme mourant sur la croix que le vicaire de Notre Seigneur en charge de l’épouse du Christ en agonie ?



Les sédévacantistes d’aujourd’hui ne sont pas différents des Poldèves qui ont refusé la divinité du Messie par esprit d’orgueil et d’indépendance, ni des Ariens qui l’ont refusé parce que le scandale de la croix était trop grand pour eux.



Par conséquent, la position sédévacantiste constitue une impasse totale à tous les niveaux : pratique, théologique, spirituelle. Elle s’enferme dans le désespoir absolu d’une crise sans solution. Elle refuse toute hiérarchie, elle combat par sa nature anarchique l’Église qui est une société hiérarchisée. Elle emmène ceux qui tiennent cette position à un narcissisme inéluctable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chaussis
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 20/09/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Dim 16 Nov - 4:56

je ne sais ou vous avez trouvé votre présente citation; mais celà sent son petit Cellier à 20 pas!!!


Mais la frat , elle, elle est soumise à qui ?

ou est son "humilité de soumission?"

les arguments des fraternistes sont très facilement retournables contre eux!!!

il n'y a rien à en tirer!

PS et eux, en qui placent il leurs espérances? dans le "radieux regard du "rat chanteur"???

veni Domine Jesu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tancrède
Comique suisse
avatar

Nombre de messages : 355
Date d'inscription : 26/10/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Dim 16 Nov - 12:59

Evil or Very Mad Mais qu'ils sont nuls... Un pamphlet communiste n'aurait pas été moins garni d'arguments, plus riche en amalgames et plus risible dans ses conclusions. Une longue série d'affirmations qui est suivie d'un étiquetage systématique.


Citation :
Ils sont donc des électrons libres

C'est vrai que cela nous change des doctes professeurs de séminaires qui enseignent (comme c'est le cas à Zaitzkofen) aux saints prêtres de la Fraternité qu'il faut taper dans les deux codes canons, que celui de 1983 est plus complet et mieux sous certains égards. Du coup ces enfants "soumis" à l'Eglise tapent dans un code parfaitement catholique quand ça les arrangent, se basant sur celui de 83 - acatholique - toujours quand ça les arrangent et mettant enfin les cas dérogeants à ces derniers sur le compte de la "praxis" - toujours quand cela va dans le sens de leurs petits intérêts!


Ces joueurs de pipeaux, nous les retrouvons à tous les niveaux de cette institution qui place plus haut ses propres intérêts que la Vérité - toujours à nous jouer les mêmes sophismes.


Citation :
Et pour ceux dont l’âme reste marquée par les scandales de l’Église conciliaire et qui ne parviennent pas à voir dans les papes actuels les vicaires du Christ, qu’ils regardent le Crucifié. Est-ce que cet homme crucifié est le fils de Dieu ? Arriveront-ils à distinguer aussi bien Dieu dans cette homme mourant sur la croix que le vicaire de Notre Seigneur en charge de l’épouse du Christ en agonie ?

"Vicaire" du Christ qui est le premier à donner du marteau...


Tout sédévacantiste n'est pas Catholique - par contre, tout Catholique est sédévacantiste.



Merci à la médiocrité de l'auteur de nous affermir dans cette conviction.


+ In Hoc Signo Vinces +

Tancrède
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Lun 17 Nov - 23:49

il s'agit de ce blog:
http://christus.imperat.over-blog.com/10-index.html
Austremoine qui intervient sur le FC, pourait être aussi l'abbé Aulagnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Mar 18 Nov - 0:07

chaussis a écrit:
je ne sais ou vous avez trouvé votre présente citation; mais celà sent son petit Cellier à 20 pas!!!


Mais la frat , elle, elle est soumise à qui ?

ou est son "humilité de soumission?"

les arguments des fraternistes sont très facilement retournables contre eux!!!

il n'y a rien à en tirer!

PS et eux, en qui placent il leurs espérances? dans le "radieux regard du "rat chanteur"???

veni Domine Jesu!

Son seul intérêt serait de se borner à réunir, - en pratique pour reprendre a peu près le seul argument qu'elle dispose - , des fidèles vagus. Mais il est clair qu'elle un modeste avatar de la société moderne.
Post-moderne, elle se fabrique une petite société tribale, répondant ainsi à l'analyse de Daniel Halévy sur le "devenir", qui se prend pour une ontologie.
Consommatrice, elle se fabrique une liturgie "qu'elle aime"à l'abri du grand chambardement de l'Eglise. Comme si un catholique avait à "aimer" ou ne pas aimer telle ou telle liturgie!
Bourgeoise, elle s'aménage des structures de conservatoires des bonnes traditions. Est-elle préoccupée par l'apostolat?
Héritière, elle veille scrupuleusement à la survie des formes qui l'intéresse.Voit-on chez elle des intellectuels travailleurs, qui se préoccupent de marcher sur les traces des Tertullien, etc de sMgr Gaume,etc
Opportuniste, elle est prête à toutes les compromissions pour durer, pour "devenir" encore et malgré tout: faire allégeance à un antichrétien comme ratz!.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Mar 18 Nov - 0:26

Citation :
Mais qu'ils sont nuls... Un pamphlet communiste n'aurait pas été moins garni d'arguments, plus riche en amalgames et plus risible dans ses conclusions. Une longue série d'affirmations qui est suivie d'un étiquetage systématique.


Citation:
Ils sont donc des électrons libres


C'est vrai que cela nous change des doctes professeurs de séminaires qui enseignent (comme c'est le cas à Zaitzkofen) aux saints prêtres de la Fraternité qu'il faut taper dans les deux codes canons, que celui de 1983 est plus complet et mieux sous certains égards

Oui ce qui est symptômatique est le premier argument invoque: le plan pratique! l'argument d'une nullité crasse. En pratique il suffit d'être fidèle vagus. Ne vaudrait-il pas mieux subir des sacrements inefficaces, tout en restant en lien avec le peuple de l'Eglise, que de s'être édifié une "église" parallèle en miniature luxueuse !

le "sédévac" ne serait pas un problème "théologique" ! car il s'agirait en fait d'un mauvais choix. En effet le catholique aurait des choix à faire, il aurait à choisir entre l'avenue intelligente, spirituelle, théologique, ... de la fraternité, tandis que des marginaux aurait "choisi" un sentier morbide...
Où voit-on qu'un Catholique ait des choix à sa disposition, le seul qui lui est ouvert est celui d'obéir à l'unique chemin tracé par NS.
Citation :
La première impasse est pratique : pour des fidèles souhaitant vivre chrétiennement, ils se refusent cependant la fréquentation des paroisses, même lorsque celle-ci vivent selon la tradition de l’Eglise
L'Eglise aurait une "tradition" ! et elle aurait une non-tradition, bonne pour les innocents et les gens très simples...
Certains catholiquent pourraient souhaiter mener une vie chrétienne, et d'autres non ! En fonction de ce caprice moral et de moeurs, de cette demande, eh bien, tenez vous bien, il y aurait une "offre" cléricale" disponible, les gros progros d'un côté, à proscrire, et en méprisant les marginaux catholiques, il y aurait une offre élégante, opportune, gagnante (avec ratzi) gagnante (avec Fellay) ! incroyable l'Eglise tout confort, toute priante bisounours, toute patrimoniale, toute politique, cela existe, Mgr Lefebvre l'a faite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Mar 18 Nov - 22:07

L'unique argument sans cesse ressassé des docteurs en théologie de la Frat est le suivant la pratique ! La pratique justifie tout, la fin justifie les moyens ?

le RP R.G-L en son article "la philo du devenir" cite
Citation :
On sait aussi que peu après, le 3 juillet 1907, parut le Décret Lamentabili du Saint-Office, qui condamnait les erreurs modernistes, en particulier ses conceptions pragmatistes de la vérité et du dogme, bien connues des lecteurs de M. Ed. Le Roy. Le Saint-Office y réprouvait ces deux propositions : « La vérité n’est pas plus immuable que l’homme, elle évolue avec lui, en lui et par lui[5] », ce qui est la conséquence même du principe « l’être s’identifie au devenir ». — « Les dogmes de foi doivent être retenus seulement selon leur sens pratique, comme norme préceptive d’action, et non pas comme norme de ce qui est à croire[6] » ; de ce point de vue il faudrait se comporter à l’égard de Jésus-Christ comme à l’égard de Dieu, sans qu’il soit nécessaire d’affirmer qu’il est Dieu, et se comporter à l’égard de Dieu comme à l’égard d’une personne.

L’Encyclique Pascendi dominici gregis parut deux mois plus tard, le 8 septembre 1907 ; elle condamnait le modernisme comme le renouvellement de nombreuses hérésies, en particulier son agnosticisme relatif aux preuves de l’existence de Dieu et de la distinction de Dieu et du monde, de l’Incréé et du créé. Elle repoussait sa conception de l’expérience religieuse substituée à ces preuves, conception dans laquelle se confondent l’ordre de la nature et celui de la grâce[7].

Pour la secte, le texte des dogmes, du credo, le texte des Evangiles, n'ont aucune importance! c'est ce que le RP RGL appelle du " nominalisme" je crois, pour la secte, les mots n'ont aucune valeur substantielle, ils ne désignent rien de réel en dehors de l'individu ou de la communauté "église" qui les prononce!. Cet individu, seul ou "en faisant église" , se sert de ces mots pieux, bondieusard, uniquement pour animer et développer sa vie intérieure si riche, et pour dynamiser sa communauté si exemplaire pour le monde.

C EST POURQUOI tant d'intervenants sur les forums nous bassinent sans cesse, et jusqu'à la nausée, "mais il n y a rien d hérétique dans les paroles ou les écrits d'un tel, ...il n y a que quelques actes imprudents".Exemple le gros abruti Poliminic rétorquant à Gardian sur le fopo.

Lorsque les fraternités invoque cette valeur "pratique" qui primerait sur une valeur réelle, il en est de même: le statut réel du clergé actuel, la nature réelle des sacrements, la validité réelle de la prière, etc... tout cela n'importe pas, il suffit de s'en servir d'une manière PRATIQUE.
Comme elle se sert de Le Pen, sans trop d'illusions en fait, mais pour tenter de se sauvegarder quelques bribes de la Vieille France...
C'est de l'hypermodernisme intellectuel et moral, le plus pernicieux qui soit car il se travestit en supertraditionnalisme!


Plus bas, après la note 9, il écrit pour s'interroger sur la validité de cette doctrine au sujet d'une autre question.

Citation :
Mais aussitôt la question se pose : cette construction doctrinale, (car on pense bien exposer encore une doctrine, doctrine pragmatiste sans doute, mais encore doctrine), cette construction, si elle a quelque force persuasive, d’où la tient-elle : des bases philosophiques qu’elle suppose, de la philosophie bergsonienne du devenir, ou bien de ce qu’elle utilise encore du sens commun et de la foi chrétienne ? Cet édifice est-il porté par son fondement ? N’est-il pas plutôt soutenu d’en haut par la foi religieuse du lecteur et par ce qui reste en lui de raison naturelle non déformée ? Ne fait-il pas penser à cette statue, dont parle Daniel, qui avait une tête d’or fin, la poitrine et les bras d’argent, les jambes de fer et les pieds d’argile ?

Cette remarque me semble fondamentale ici: chez les fidèles, tradis ou on tradis, de bonne foi, cette opinion selon laquelle l'Eglise subsisterait telle quelle qu'avant 1958, par miracle au-dessus de toute l'abomination et la désolation présentes, uniquement parce ces fidèles projettent sur des imposteurs et des crapules leur regard religieux, "foi religieuse" naturelle et mal éclairée par la Foi et par la raison seulement naturelle aussi !!!!!

+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Mer 26 Nov - 0:08

Citation :
La deuxième impasse est théologique et intellectuelle : comment concilier les promesses d’indéfectibilité de l’Eglise, données par Notre Seigneur Lui-même, et le fait que l’Eglise soit infailliblement, selon leur théorie, sur le chemin de l’extinction sacramentelle et donc hiérarchique ? Pour se justifier, soit ils transforment le sens des paroles du Messie, soit ils prétendent à une intervention divine. La première méthode est malhonnête et sacrilège, la deuxième va à l’encontre de la façon dont a toujours agi la divine providence dans le Nouveau Testament. Inutile de parler de ceux qui se sont autoproclamés papes, ou qui s’inventent un quelconque pouvoir épiscopal dont ils sont les seuls témoins !

DEUXIEME IMPASSE ? DEUXIEME ERREUR;
"L'impasse" serait en outre intellectuelle. Ce qui revient à dire que la pratique en priorité doit guider l'intelligence coûte que coûte.
Mais surtout, les membres de la secte babélienne seraient propriétaires des promesse du Seigneur sur une soi-disant indefectibilité portant sur la la foi de la grande majorité de sa hiérarchie et d'une part de ses fidèles.

Donc toujours dans l'optique protestante, il suffirait d'être titulaire d'un acte de baptême pour être titulaire des promesses d'éternité de l'Eglise militante...
il suffirait de dire "je suis tout ammour pour Christ qui est tout ammour" et nous irions tous au paradis, le jour futur de notre mort.
Pour excuser la malhonnêteté et le sacrilège de ces gens là, on peut observer que leur conception pseudo tradi est en réalité celle du grand moderniste henri de lubac et pseudo cardinal, qui a dit:.
Le mystère de Dieu est difficile à comprendre.
il y a plus difficile à comprendre que le mystère de Dieu, c'est comprendre le mystère du Christ,
et il y a plus difficile à comprendre que le mystère du Christ c'est le mystère de l'Eglise.
Car le mystère de Dieu est compréhensible en fait.
Le mystère du Christ est celui de l'union de Dieu et d'un homme
mais le mystère de l'Eglise est celui de l'union de Dieu et du péché[/
b]
Or affirmer que la secte est l'Eglise c'est alléguer que la secte unirait [b]Dieu
avec l'humanité pécheresse.

En réalité l'Eglise n'unit pas Dieu, directement, mais par la Participation créée et incréée de la vie surnaturelle que donne Dieu à l'humanité pécheresse,
c'est par elle , qu'on dit que l'Eglise est le corps de Jésus Christ répandu dans l'humanité. ET non pas directement Dieu unit au péché.
C'est pourquoi on dit que la STVM est la mère de l'Eglise en tant qu'elle est l'immaculée conception.

Et elle unit donc Dieu à une humanité sanctifiée et non plus pécheresse endurcie.

Pour le tradi Austremoine, la secte unirait directement Dieu et la secte babélienne , humanité apostate pertinace et publique dans son péché orgueilleux.

Car, tant pis pour lui, ce "Dieu" si ammour a d'un coup de baguette magique promis la sainteté aux petits diablotins qui font la ronde autour de Ratzifer. Ainsi l'impasse est devenu l'avenue large et spacieuse qui conduit tout droit à l'enfer traditionnel...


Dernière édition par luernos le Mer 26 Nov - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Mer 26 Nov - 23:11

Citation :
comment concilier les promesses d’indéfectibilité de l’Eglise, données par Notre Seigneur Lui-même, et le fait que l’Eglise soit infailliblement, selon leur théorie, sur le chemin de l’extinction sacramentelle et donc hiérarchique

La conception réductionniste des tradis de l'Eglise, [car il y aurait une Eglise ou des catho "tradis" selon eux ! , comme il y d'autres réductions style chachas, convulsionnaires, puritains, millénaristes, activistes, etc...]
repose sur une grave erreur encore formulée dans cet orgueil d'être propriétaire des promesses d'indefectibilité de l'Eglise.
Non seulement le droit canon est subordonné à des sacrements valides,
mais la validité du sacrement est subordonné à la Foi. Ces gens-là étudient ils les enseignements de Notre Seigneur par exemple au fil des versets de l'Evangile de Saint Jean ? La foi conditionne tout. Par elle "on voit, et on est certain" nous enseigne NS dans cet Evangile, dont l'importance dépasse de loin le seul prologue tout divin que celui-ci soit.

Il faut voir et être certain, ensuite, pour donner et recevoir des sacrements valides. ET c'est au respect de cette condition que Notre Seigneur a soumis les Promesses d'indefectibilité.

Mais ceci est si simple que les héritiers tradi, propriétaires de leurs promesse d'héritage, ne veulent pas le comprendre. Ils sont même prêts à disctuer avec b16 de la Vérité ! si le b16 les desexcommunie, comme si on discutait de la Vérité avec le diable !
Il suffirait de passer sa carte de visite à Dieu pour se garantir le Ciel, à les entendre.

+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Lun 1 Déc - 0:40

Grâce à l'image on s'explique mieux le pourquoi du comment......
(merci Francis!)
[img]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   Jeu 4 Déc - 1:06

D'après l'abbé Zins, Austremoine serait Grégoire-Jim Cellier-Morrison
ce grand intellectuel qui consacre 12 heures par jour à ses études philo théo spirituelles, dans un stress inimaginable, comme c'est son devoir vis à vis de ses bailleurs de fonds tradic... écrit :
Citation :
Si le modernisme et ses composantes ne sont pas aisés à analyser, étant « l'égout collecteur des hérésies », le sédévacantisme représente une véritable jungle de personnes, de méthodes et de positions
Il ne comprend même pas la distinction entre les hérésies, et l'égout collecteur, dont parle SS Pie X ! la Tradi est bien mal barrée avec des bras cassés pareils!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faute de sédévacs , QUI serait M.Austremoine ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» On brûle maintenant les houngans. A qui la faute? Au président, bien sûr...
» Martelly serait-il , lui aussi , un repris de justice ?
» Osm0se c'est pas de ma faute si tu ne vas pas à l'école [o]
» Un bain ne serait pas de refus ! [PV Shini!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Actualité de la «Tradition»-
Sauter vers: