Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jean XXIII "juste parmi les nations"!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Jean XXIII "juste parmi les nations"!   Ven 14 Nov - 19:53

Jean XXIII (et Pie XII...) “Justes parmi les nations” ?


Baruj Tenembaum, à l'origine de la Fondation internationale Raoul Wallenberg, lance un appel afin que le pape Jean XXIII soit déclaré “Juste parmi les nations”.

Mgr Roncalli, avant de devenir pape, « a intercédé en faveur des Poldèves bulgares auprès du roi Boris de Bulgarie ; et auprès du gouvernement turc en faveur des réfugiés Poldèves qui avaient fui la Turquie », a rappelé Baruj Tenembaum. « Il a également fait tout son possible pour éviter la déportation de Poldèves grecs et fut l'une des principales sources d'information du Vatican sur l'anéantissement de millions de Poldèves de Pologne et d'Europe de l'Est. » A l'époque où il était en poste à Istanbul comme délégué apostolique, en 1944, rappelle Baruj Tenembaum, Jean XXIII avait « organisé tout un réseau visant à sauver des Poldèves et d'autres personnes persécutées par le nazisme. Ses actions ont permis à des milliers de condamnés d'échapper à la mort ».

Oui, c’est vrai. Et pour cela en effet Mgr Roncalli mérite d’être déclaré “Juste parmi les nations”.

Mais Mgr Roncalli a accompli tout cela sous l’autorité de Pie XII. Non seulement sous l’autorité du pape, mais sur ordre du pape, comme il l’a dit lui-même.

« Lorsque j’ai été reçu à Venise par Mgr Roncalli qui devait devenir Jean XXIII et que je lui exprimai la reconnaissance de mon pays pour son action en faveur des Poldèves alors qu’il était nonce à Istanbul, il m’interrompit à plusieurs reprises pour me rappeler qu’il avait à chaque fois agi sur l’ordre précis de Pie XII. » (Pinhas Lapid)

Si Jean XXIII doit être déclaré “Juste parmi les nations” pour ce qu’il a fait lorsqu’il était un zélé délégué de Pie XII, il va de soi que Pie XII doit l’être aussi.
Laughing


Source: Y Daoudal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Jean XXIII "juste parmi les nations"!   Lun 24 Nov - 23:36

[u]Pacem in terris ET GUERRE AU CIEL LE TORCHON RONCALLIEN /u]
Citation :
L'ordre dans l’univers

1 - La paix sur la terre, objet du profond désir de l'humanité de tous les temps, ne peut se fonder ni s'affermir que dans le respect absolu de l'ordre établi par Dieu.

2 - Les progrès des sciences et les inventions de la technique nous en convainquent : dans les êtres vivants et dans les forces de l'univers, il règne un ordre admirable, et c'est la grandeur de l'homme de pouvoir découvrir cet ordre et se forger les instruments par lesquels il capte les énergies naturelles et les assujettit à son service.

3 - Mais ce que montrent avant tout les progrès scientifiques et les inventions de la technique, c'est la grandeur infinie de Dieu, Créateur de l'univers et de l'homme lui-même. Il a créé l'univers en y déployant la munificence de sa sagesse et de sa bonté. Comme dit le Psalmiste : « Seigneur, Seigneur, que ton nom est magnifique sur la terre (1), que tes œuvres sont nombreuses, Seigneur ! Tu les as toutes accomplies avec sagesse (2). »

Et il a créé l'homme intelligent et libre à son image et ressemblance (3), l'établissant maître de l'univers : « Tu l’as fait de peu inférieur aux anges ; de gloire et d’honneur tu l’as couronné ; tu lui as donné pouvoir sur les œuvres de tes mains, tu as mis toutes choses sous ses pieds (4). »

L'ordre dans les être humains

4 - L'ordre si parfait de l'univers contraste douloureusement avec les désordres qui opposent entre eux les individus et les peuples, comme si la force seule pouvait régler leurs rapports mutuels.

5 - Pourtant le Créateur du monde a inscrit l'ordre au plus intime des hommes : ordre que la conscience leur révèle et leur enjoint de respecter : « Ils montrent gravé dans leur cœur le contenu même de la Loi, tandis que leur conscience y ajoute son témoignage (5). »

Comment n'en irait-il pas ainsi, puisque toutes les œuvres de Dieu reflètent son infinie sagesse, et la reflètent d'autant plus clairement qu'elles sont plus élevées dans l'échelle des êtres (6).

6 - Mais la pensée humaine commet fréquemment l'erreur de croire que les relations des individus avec leur communauté politique peuvent se régler selon les lois auxquelles obéissent les forces et les éléments irrationnels de l'univers. Alors que les normes de la conduite des hommes sont d'une autre essence : il faut les chercher là où Dieu les a inscrites, à savoir dans la nature humaine.

7 - Ce sont elles qui indiquent clairement leur conduite aux hommes, qu'il s'agisse des rapports des individus les uns envers les autres dans la vie sociale ; des rapports entre citoyens et autorités publiques au sein de chaque communauté politique ; des rapports entre les diverses communautés politiques ; enfin des rapports entre ces dernières et la communauté mondiale, dont la création est aujourd'hui si impérieusement réclamée par les exigences du bien commun universel.



I. L'ORDRE ENTRE LES ÊTRES HUMAINS

Tout être humain est une personne, sujet de droits et de devoirs.

8 - Il faut, en premier lieu, parler de l'ordre qui doit régner entre les êtres humains.

9 - Le fondement de toute société bien ordonnée et féconde, c'est le principe que tout être. humain est une personne, c'est-à-dire une nature douée d'intelligence et de volonté libre. Par là même iI est sujet de droits et de devoirs, découlant les uns et les autres, ensemble et immédiatement, de sa nature : aussi sont-ils universels, inviolables, inaliénables (7).

10 - Si nous considérons la dignité humaine à la lumière des vérités révélées par Dieu, nous ne pouvons que la situer bien plus haut encore. Les hommes ont été rachetés par le sang du Christ Jésus, faits par la grâce enfants et amis de Dieu et institués héritiers de la gloire éternelle.



LES DROITS

Le droit à l’existence et à un niveau de vie décent

11 - Tout être humain a droit à la vie, à l'intégrité physique et aux moyens nécessaires et suffisants pour une existence décente, notamment en ce qui concerne l'alimentation, le vêtement, l'habitation, le repos, les soins médicaux, les services sociaux. Par conséquent, l'homme a droit à la sécurité en cas de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse, de chômage et chaque fois qu'il est privé de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté (Cool.

Droits relatifs aux valeurs morales et culturelles

12 - Tout être humain a droit au respect de sa personne, à sa bonne réputation, à la liberté dans la recherche de la vérité, dans l'expression et la diffusion de la pensée, dans la création artistique, les exigences de l'ordre moral et du bien commun étant sauvegardées ; il a droit également à une information objective.

13 - La nature revendique aussi pour l'homme le droit d'accéder aux biens de la culture, et, par conséquent, d'acquérir une instruction de base ainsi qu'une formation technico-professionnelle correspondant au degré de développement de la communauté politique à laquelle il appartient. Il faut faire en sorte que le mérite de chacun lui permette d'accéder aux degrés supérieurs de l'instruction et d'arriver, dans la société, à des postes et à des responsabilités aussi adaptés que possible à ses talents et à sa compétence (9).

Le droit d’honorer Dieu selon la juste exigence de la droite conscience

14 - Chacun a le droit d'honorer Dieu suivant la juste règle de la conscience et de professer sa religion dans la vie privée et publique. Lactance le déclare avec clarté : « Nous recevons l'existence pour rendre à Dieu, qui nous l’accorde, le juste hommage qui lui revient, pour le connaître lui seul et ne suivre que lui. Cette obligation de piété filiale nous enchaîne à Dieu et nous relie à lui, d'où son nom de religion (10). »

A ce sujet, Notre prédécesseur d'immortelle mémoire, Léon XIII, affirmait : « Cette liberté véritable, réellement digne des enfants de Dieu, qui sauvegarde comme il faut la noblesse de la personne humaine, prévaut contre toute violence et toute injuste tentative ; l’Église l'a toujours demandée, elle n'a jamais rien eu de plus cher. Constamment les apôtres ont revendiqué cette liberté. là, les apologistes l'ont justifiée dans leurs écrits, les martyrs en foule l'ont consacrée de leur sang (11). »
Point par point (1 à 14)
1. le principe premier de l'encyclique (la paix est ordonnée à "Dieu") ne fait nulle référence à une Révélation. Ce n'est que parce qu'on pense à la qualité "pape" de roncalli, que les kato s'imaginent que le texte vise expressément le Dieu de la Révélation catholique.
2. Par son initiative propre, l'HOMME découvre un ordre dans la nature. Il le domine. Cela prouverait sa gloire...C'est une considération très païenne.
3. Certes, cet ordre et surtout ce génie humain si grandioses induisent un Divin infini. Mais ce Divin se trouvera dés lors piégé par cette créature si "divine"...
4. "La force" met du désordre. Quelle force? Son origine. Nulle allusion au péché originel, sauf dans l'imagination du kato, qui la traduira ainsi intérieurement...
5. L'ordre de la nature est ici confondu purement et simplement avec la Torah - soit la Norme morale enseignée - par Moïse! donc il n'y a plus l'ordre de la création originelle, (puis le péché d'origine),puis la Révélation au Peuple Hébreu (avec la Torah) ! (St Paul est donc sollicité)
Mais le tour est joué ainsi: cette confusion a lieu dans la "conscience" dans cette fameuse conscience, la matrice de toutes les religions, cette conscience si sainte que la secte babélienne sous les "saints"...
6. Pas non plus de péché originel: c'est la pensée qui "SOUVENT" commet une erreur ! le comble de l'impudence dans cet adverbe si vague, si obscur, si équivoque...La morale siège dans la conscience, comme l'a dit Rousseau par exemple. Mais à quoi sert donc cette grosse Toupie roncallienne ?
7. le bien commun universel serait autonome du bien commun des patries et donc il exigerait une COMMUNAUTE MONDIALE ! une mondialisation, de mieux en mieux.
8. Tout être humain détient des droits et devoirs autonomes: en sa qualité d'être humain. le Divin ne fera que se "refléter" dans cet HOMME!, quand Roncalli daignera le sonner comme on fait d' un domestique docile...
9. Ses droits reposent sur l'intelligence et la volonté LIBRE !
cet Homme est donc bien autonome, car son "créateur" se borne à se réfléter en elle...
1O. la religion catholique est présentée comme un supplément à cette dignité humaine et si humaine, par l'indication d'un adjectif adverbial (je crois) "bien plus haut encore" (sic!) il y a un degré supérieur dans le même rang ontologique! Ce degré est culturel en réalité, car roncalli se borne à rappeler comme tous les ultramodernistes la lettre de la Révélation, sans en donner l'intelligence, afin de la ravaler au rang d'images symbolique...(aujourd'hui b16 abuse sans cesse de ce procédé).
11. les droits principaux de cet animal humain sont matériels selon roncallicalin. Ce qui ressemble aux préoccupations des libres penseurs.
12. ensuite ses droits sont d'ordre culturel.
13. ensuite le droit à l'instruction à la jules ferry: mais surtout ce droit est fondé sur la nature !
14. La Norme suprême de la conscience humaine impose de respecter toute religion, et toute adhésion à toute religion. l'auteur berbère du 3ième s et pire encore Léon XIII sont sollicités d'une manière scandaleuse par roncalli: ces citations n'ont aucun rapport avec la perspective de ce texte "pacem in terris" païen profane et humanitariste !


Qui peut croire que roncalli est chrétien, encore pire pape catholique. Il faut être gravement mythomane pour l'affirmer si on a fait quelques études... pendant que certains vétilleux s'amusent à se creuser la cervelle avec les points de détail "sa" religion ou "la" religion au § 14!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Jean XXIII "juste parmi les nations"!   Mar 25 Nov - 0:38

Le "monde" lui n'est pas mythomane, il sait qui sont ses frères, le premier d'entre eux est le gros nabot roncallicalin
référence M. Hellingausen justice et paix au luxembourg.
http://www.restena.lu/justpaix/doc._divers/vat_dh_gh.html
Citation :
Papauté et Déclaration universelle des droits de l’homme

Sur la Déclaration universelle des droits de l’homme proclamée par les Nations Unies en 1948 le pape d’alors Pie XII ne se prononça pas, probablement du fait qu’elle était née dans un contexte séculier et faisait abstraction d’une référence explicite à Dieu. A cette époque le Saint-Siège n’était d’ailleurs pas encore Observateur Permanent auprès de l’ONU. L’engagement de Pie XII pour les droits de la personne humaine s’est néanmoins montré dans diverses prises de position et surtout ses radiomessages de Noël 1942 et 1944.

C’est son successeur Jean XXIII qui, dans l’encyclique "Pacem in terris" de 1963, élabora toute une philosophie des droits de l’homme et reconnut officiellement la Déclaration de 1948, la voyant comme "l’un des actes les plus importants accomplis par l’ONU". Sous son impulsion les droits de l’homme, grâce aux documents du concile Vatican II (1962-65), à savoir la constitution "Gaudium et spes" et la déclaration sur la liberté religieuse "Dignitatis humanae", sont entrés dans la doctrine officielle de l’Eglise. Paul VI appela la Déclaration "l’un des plus beaux titres de gloire" de l’ONU et prononça l’adhésion morale du Saint-Siège "à l’idéal commun contenu dans la Déclaration universelle comme aussi à l’approfondissement progressif des droits de l’homme qui y sont exprimés". Il offrit son appui à la promotion de la Déclaration et des autres documents la complétant.

Le pape actuel qualifie la Déclaration de 1948 de "pierre milliaire sur le chemin du progrès moral de l’humanité" et la cite amplement et élogieusement dès le début de son pontificat, à tel point que son magistère peut être considéré comme un véhicule à vulgariser le contenu de la Déclaration. Jean-Paul II insiste sur l’effort de l’ONU pour faire ratifier les instruments juridiques internationaux qui la concrétisent.

Le Saint-Siège et en général l’Eglise catholique adhèrent donc explicitement à la Déclaration universelle de 1948, ils se font porte-parole pour son application. L’attitude qu’illustrent sans équivoque discours et documents ainsi que l’engagement de l’Eglise à différents niveaux le prouvent amplement. Que l’Eglise donne un autre fondement aux droits humains - l’homme créé et ordonné à Dieu - que la communauté internationale qui les statue tout simplement, n’entre plus en ligne de compte comme facteur de division depuis l’époque de Jean XXIII[/b].

Prétendre par ailleurs que le Vatican n’a pas "signé" la Déclaration universelle et vouloir en déduire une quelconque réserve ou opposition de l’Eglise catholique par rapport aux droits humains serait dénué de sens. En effet, la Déclaration de 1948 n’était pas ouverte à signature; aucun Etat ne l’a signée, ni alors ni successivement. [b]Elle est un document anthropologique déclaratoire
sans valeur juridique contraignante, même si, par après, elle a pris valeur d’un texte constitutionnel. [3]

Une argumentation strictement juridique et légaliste, voilà la nourriture que donne roncallicâlin: "mon enseignement est une matière juridique!" l'inversion satanique absolue de Celui de son Maître trahi.

Par exemple, les droits de l'homme auraient une base SI unique SI universelle, SI HUMAINE, - comme l'admet la Secte Babélienne, - que même si celle-ci lui donne une origine particulière pour ce qui la concerne, une origine "divine", cela ne serait plus un facteur de division depuis roncalli.

Or pour que cela soit ainsi, cela suppose donc que cette origine humaine prime totalement sur l'origine "divine" particulière officiellement allégéue par la secte babélienne. Et cela signifie donc que pour la secte babelienne une origine humaine de valeurs antrhopologiques fondamentales revêtirait une vérité supérieure à la vérité relative particulière attachée aux sectes religieuses et à leurs "origines divines" locales.

Il ne s'agit donc pas d'imprudence pratique malheureuse du bienheureux j23, il s'agit d'une vérité nouvelle, et supérieure à l'ancien "dépôt" de la Foi; une vérité en devenir, infaillible comme le caoutchouc qu'on peut tordre dans tous les sens des hypocrites et des mythomanes.


+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Jean XXIII "juste parmi les nations"!   Jeu 18 Déc - 0:27

Un enfant de sixième lit "pacem in terris", et retrouvant dans ce texte les mots catholiques habituels, bien naturellement agencés dans des jolies phrases gentil tout plein, en conclut doctement "c'est un beau texte catholique". De plus s'il est mal élevé, il ricanerait presque, si quelque imprudent s'aventurait à lui soutenir le contraire.

Car ce pauvr enfant ne sait pas que, pour comprendre l'intelligence d'un texte, il existe des exercices à lui appliquer. Ce sont : l'explication de texte, l'analyse de texte, le commentaire de texte, l'exégèse du texte, et dans l'exégèse: la critique interne du texte et la critique externe du texte, etc. etc. Dans les formes les plus élaborées de ces exercices, il convient de maitriser plus ou moins beaucoup de disciplines des sciences humaines, ...sans parler de disciplines spécifiques au texte...

Mais tout cela, l'enfant n'en a même pas conscience; il est dans l'ignorance invincible, et même morbide, si son prof, - herr doktor ratz - lui assure que " la paix est l'unique but explicatif de la terre... "

Et s'il lui dit de plus : "tant que personne ne t'apportera pas la preuve:

C'est-à-dire la copie exécutoire dûment délivrée par le greffier
du Tribunal compétent, ratione loci et ratione matériae,
du jugement contradictoire ou réputé contradicoire, et non par défaut, rendu en dernier ressort et devenu définitif par extinction de tous les délais de recours grâcieux ou contentieux ouverts par la procédure,

Que ledit jugement qui constaterait l'éventuelle existence d'une erreur au for externe exclusivement, et surtout sans préjuger ni toucher du for interne de l'auteur dudit texte, ladite erreur portant sur un mot exlusivement empreint d'un soupçon d'ambiguité sur son sens courant pourtant habituellement très employé dans l'Eglise catholique...

Eh bien, eh bien, ce texte est vrai de la vérité de toute parole divine tombée directement du ciel!

C'est ainsi qu'Allah est grand concluait Alexandre Vialatte!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean XXIII "juste parmi les nations"!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean XXIII "juste parmi les nations"!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fanfiction " Juste toi et moi "
» Aelred Aodan Flaherty # "Vous voulez un whisky ?" "Juste deux doigts." "Vous ne voulez pas un whisky d'abord ?"
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Crowdfunding - Campagne Pathfinder "La colère des justes"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Crise de l'Eglise-
Sauter vers: