Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Pélérinage a Lourdes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
irascimini
Page
avatar

Nombre de messages : 114
Localisation : Califat des 3 frontières / desert d'Alsace
Date d'inscription : 12/07/2008

MessageSujet: Re: Pélérinage a Lourdes   Mer 1 Oct - 23:58

Citation :
En tous les cas, en regardant autour de moi la façon dont vivent les gens qui vivent comme si Dieu n'existait pas, dans un quartier semi-populaire de Paris tout à fait ordinaire ou au travail de mon époux, je constate que dans l'ensemble, les gens sont des braves gens, et sans en être conscients et malgré le lavage de cerveau dont ils ont été victimes

Je constate la même chose. Et cela me terrorise...
Ce qui me fait le plus peur, à l'heure actuelle, c'est que le monde réussise à évincer Dieu de sa création, sans que cela ne dérange nullement le fonctionnement de notre planète et de nos sociétés, sans que la terre ne sombre dans le chaos antéchristique. Quelle drame plus affreux pour nous chrétiens, que de ne plus avoir Dieu avec nous, au travers de ses ministres.

Que demain advienne la fin des temps, la fin du monde ou je ne sais quoi d'autre, je m'en fiche.... J'ai bonne espoir de mourrir en amitié avec Dieu.

Que la situation ne perdure, et là je perd tout mes appuis... De génération en génération la quantité de prêtre et la ferveur des fidèles diminu rapidement. Dans 40 ans (la durée qui nous sépare du concile) il n'y aura probablement plus de prêtre sur terre.

De vous j'espère tout, j'attend tout, Seigneur, mais je crains tout de ma malice et de ma faiblesse...

Citation :
ils ont une existence qui reste dans l'ensemble assez soumise à la morale naturelle. ils divorcent très peu (dans mon immeuble de 16 appartements, une séparation momentanée,et un divorce seulement en vingt ans. Et pas 50% comme on nous le répète), se soucient de l'éducation de leurs enfants, sont serviables et polis, travailleurs, de bonne volonté en général...


C'est vrai et là encore je constate la même chose. Mais ce n'est pas parce que l'homme est naturelement bon, c'est parce qu'il a compris les avantage de la Charité, mais en a évincé Dieu.
Dites "Bonjour, André, c'est une belle journée aujourd'hui" avec un grand sourire à votre voisin qui vous détestez, et il finira par vous détester moins. Faites un compliment, sur son habilement, à une dame, ou offrez lui des fleurs parce qu'elle vous a rendu un gros service, elle aura les yeux qui clignotent.
Que se soit avec l'intention de la convertir ou d'en profité une nuit, la cause(bouquet) produira le même effect (les yeux). L'homme a quelque chose de très mécanique. (Et là, désolé mesdames, mais vous êtes probablement aussi mécaniques et réactives que nous les hommes; les stimulis qui vous font décoler sont seulement un peu plus "évolué" que pour nous les hommes)

La "charité naturelle", c'est elle qui fait, en majeur parti, du bien au nécéssiteux de par le monde. Combien de nos compatriotes ont envis de faire de l'humanitaire ???

De plus, rendez vous compte, que pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, on pratique des sacrifices humains efficaces, et ceux, à grande echelle...
Avant, on tuait deux, trois cent prisonniers pour que le soleil trouve la force de faire son looping quotidien, ou-bien un nouveau né comme gage d'un pacte satanique bien aléatoire...
Aujourd'hui, on sacrifie des avortons sur les autels de la tranquilité, de la beauté, de la sécurité, ou de la richesse. Et ces sacrifices sont efficaces, parce qu'ils contiennent en eux même, les conséquences naturelle de leur causes (j'utlise peut être pas les bons mots mais je pense que vous m'avez compris)

Citation :
Un exemple est parlant. Lorsque Martine Aubry a instauré les 35 heures dans l'espoir de flinguer la productivité française et provoquer une crise. Eh bien, rien n'a changé. Les français ont mis les bouchées doubles et fait en 35h ce qu'il faisaint avant en 39! Aujourd'hui, nous sommes reconnu le pays le plus productif du monde... C'est peut-être pour cela qu'on veut nous faire payer notre zèle et que les haineux qui nous gouvernent ont supprimé de fait les 35 heures!

Là encore, je reste terre à terre: il y a des races de chiens qui sont tranquilles, travailleur, joueur, chasseur.....
Il y a des races d'homme qui court vite, qui ont beaucoups d'argent, qui sont resistante au froid, qui sont travailleur

Citation :
Mais plus j'observe le "milieu tradi" et plus je me persuade que rien ne peut en sortir de réellement catholique.

Je ne serai pas aussi catégorique, mais souvant, j'ai remarqué la façon très froide, dont sont recu les nouveaux arrivant et les gens qui passent parce qu'ils ont vu de la lumière.
Le pharisianisme nous guète tous. Tous les Poldèves n'étaient pas pharisiens mais tous les pharisiens étaient Poldèves. Pourtant le salut nous est venu uniquement des Poldèves, pas des pharisiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dhuoda
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 749
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Pélérinage a Lourdes   Ven 3 Oct - 11:49

Citation :
Je constate la même chose. Et cela me terrorise...
Ce qui me fait le plus peur, à l'heure actuelle, c'est que le monde réussise à évincer Dieu de sa création, sans que cela ne dérange nullement le fonctionnement de notre planète et de nos sociétés, sans que la terre ne sombre dans le chaos antéchristique. Quelle drame plus affreux pour nous chrétiens, que de ne plus avoir Dieu avec nous, au travers de ses ministres.

On peut vivre comme si Dieu n'existait pas mais en aucun cas l'évincer.

Et bien sûr que cela affecte le monde. Notre société est bien malade. L'homme est livré à lui même et ça se sent.

Mais tout reste sous contrôle, car Dieu a permis et permet. Mais il sera avec nous jusqu'à la fin des temps. Il nous l'a promis. De quelque façon que nous devions entendre cela, nous devons rester emplis de confiance et d'espérance. Tout pessimisme est un péché car notre Maître a déjà vaincu le monde.

Citation :
Que demain advienne la fin des temps, la fin du monde ou je ne sais quoi d'autre, je m'en fiche.... J'ai bonne espoir de mourrir en amitié avec Dieu.

Je lis souvent ça et là le désir que cela se termine au plus vite. Comme si la survenue de la fin devait régler nos problèmes. Je pense au contraire qu'il faut profiter du temps de la miséricorde pour affiner encore notre relation avec Dieu et nous préparer à l'abandon à la divine Providence qui devra être notre règle le jour venu, qui promet d'être rude.

Citation :
Que la situation ne perdure, et là je perd tout mes appuis... De génération en génération la quantité de prêtre et la ferveur des fidèles diminu rapidement. Dans 40 ans (la durée qui nous sépare du concile) il n'y aura probablement plus de prêtre sur terre.

Dieu permet. Et comme il ne fait jamais naître n'importe qui, n'importe où, n'importe quand, soyons assurés qu'il nous a placé là où nous serons le plus à même de faire notre salut. Comme le saint qui disait avant le bûcher : "Merci Seigneur de m'avoir jugé digne du martyr", peut-être devons nous dire de même : "Merci Seigneur de nous avoir jugés dignes de naître à cette époque" ?

Citation :
C'est vrai et là encore je constate la même chose. Mais ce n'est pas parce que l'homme est naturelement bon, c'est parce qu'il a compris les avantage de la Charité, mais en a évincé Dieu.

Il y a très certainement une part de vrai dans ce que vous dites. J'ai pensé comme vous longtemps. Ce qui me faisait compter pour nul ou presque, les mérites de mes contemporains, qui restent mes frères.

L'expérience aidant, je pense qu'il y a un biais occidentalocentriste dans cette façon de voir. Je m'explique. Pour nous, fils et filles de l'Occident chrétien, la charité semble aller de soi et être conaturelle à la nature humaine.

Grave erreur. Nous pensons comme cela parce que nous sommes immergés dans ce reliquat de charité.

Moi qui suis une habituée de longue date du quartier chinois par exemple, j'y vois de plus en plus d'asiatiques de toutes sortes dans leurs mode relationnel habituel. Plus ils sont nombreux et plus les visages pâles désertent la place.

Pourquoi? Parce que plus ils sont entre eux, plus le climat devient froid et agressif. Alors le bobo qui trouvait si pittoresque et sympathique, et le prol' qui venait chercher des denrées à moindre coût, ne se sentent plus à leur place. Pourquoi? Parce que la charité est absente des rapports humains. Ni bienveillance, ni courtoisie, rien. Pas un sourire, un geste d'entraide. Des visages fermés, souvent hostiles. Un différent intervient-il? C'est une brusque altercation d'une rare violence verbale en idiomes asiates.

Rien à voir avec les engueulades hautes en couleurs de nos amis africains, mais au fond la même raison. La charité telle que nous la connaissions et qui demeure un peu, pour mettre de l'huile dans nos relations n'existe pas hors de notre religion.

Et comme me l'a expliqué un jour mon dentiste vietnamien : "Mais quand est-ce que vous aller vous réveiller, vous les français! C'est quoi cette histoire de racisme. Nous en Asie on est tous racistes. On se déteste tous. C'est normal. Et c'est très bien comme ça!"

Au delà de la question du racisme (qui d'ailleurs n'a pas du tout le même sens chez nous), il exprimait une vérité. Le monde non catholique ignore totalement les rapports humains basés sur la charité. Partout, lois sociales, us, coutumes mais pas charité. "Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu'on te fasse" n'a aucun sens ailleurs que dans la sphère occidentale. Autrui n'existe même pas. Il n'existe que des rouages dans des sociétés plus ou moins policées. C'est tout.

Je cite aussi cette anecdote dont A A Upinsky illustrait ses conférences :

"Un religieux dans une mission est trompé par son serviteur autochtone. Charitablement, il le reprend et lui explique que ce qui est grave c'est de lui avoir menti. Et l'autre de lui rétorquer : "Mais au nom de quoi est-ce que je vous aurait dit la vérité?"

Nous avons me semble t-il l'esprit déformé par l'universalisme droitdelhommiste qui est un ersatz de charité et dans lequel nous baignons malgré tout. Et nous accordons peu de prix à cette façon d'être à la fois courtois, honnêtes et bienveillant en société.

Nous pensons qu'il s'agit d'une aménité naturelle ou intéressée qui préside dans tous les rapports humains sur toute la surface du globe. Je crois que nous commettons une lourde erreur. Partout ailleurs, il y a des conventions sociales strictes qui peuvent occasionnellement prendre les apparences de la chaleur humaine.

Mais demain nous verrons bien, quand nous serons minoritaires, que nous étions victimes des apparences. Gros malentendu dû à notre vision d'occidentaux pour qui, la charité va de soi alors que c'est tout le contraire.

Citation :
Dites "Bonjour, André, c'est une belle journée aujourd'hui" avec un grand sourire à votre voisin qui vous détestez, et il finira par vous détester moins. Faites un compliment, sur son habilement, à une dame, ou offrez lui des fleurs parce qu'elle vous a rendu un gros service, elle aura les yeux qui clignotent.
Que se soit avec l'intention de la convertir ou d'en profité une nuit, la cause(bouquet) produira le même effect (les yeux). L'homme a quelque chose de très mécanique. (Et là, désolé mesdames, mais vous êtes probablement aussi mécaniques et réactives que nous les hommes; les stimulis qui vous font décoler sont seulement un peu plus "évolué" que pour nous les hommes)

Pour les raisons que je viens de donner, je ne peux être entièrement d'accord avec vous. Même si je suis consciente du côté mécanique de la nature humaine. Souvent, c'est malgré tout la charité qui s'exprime et non les âpres lois sociales qui président aux relations sous d'autres cieux.

Citation :
La "charité naturelle", c'est elle qui fait, en majeur parti, du bien au nécéssiteux de par le monde. Combien de nos compatriotes ont envis de faire de l'humanitaire ???

Mais c'est parce que nos compatriotes sont encore pétris de charité que l'ennemi lui donne un dérivatif pour canaliser à son profit ces bons sentiments et éviter qu'elle ne trouve à s'exprimer dans un objet plus prochain, comme nos semblables.

A contrario, ailleurs il y a entraide et solidarité, mais toujours inter-ethnique ou religieuse.

La preuve, lorsque l'état encourage les entreprises humanitaires chez les jeunes français, les souchiens s'engagent pour soulager ceux qui leurs semblent leurs prochains d'une autre couleur, alors que les autres issus de minorités visible, retournent dans leur pays ou sur leur continent pour soulager leurs frères avec l'argent des français toujours pitoyables à la détresse des hommes.

Le français semble adhérer à cette belle parole de Louis le quinzième :

"Le sang de l'ennemi, mais c'est toujours le sang des hommes."

Pour notre malheur, nous sommes seuls à pouvoir nous hisser à un tel degré de véritable bonté. Et quand Louis XV parlait de la sorte, l'ennemi était chrétien. Il n'aurais pas eu la même parole en envisageant un ennemi extra occidental.

Citation :
Aujourd'hui, on sacrifie des avortons sur les autels de la tranquilité, de la beauté, de la sécurité, ou de la richesse. Et ces sacrifices sont efficaces, parce qu'ils contiennent en eux même, les conséquences naturelle de leur causes

Les véritables sacrificateurs ne sont pas les parents (ce qui n'exonère pas leur responsabilité), mais ceux qui les persuadent que cela n'a pas d'importance. Dans leur nature, ces sacrifice ont la même finalité magique ou plutôt démoniaque que tous les anciens cultes sacrificiels qui à juste titre ont horrifié les conquistadors et qu'il ne faut pas minimiser pour autant. Mais aujourd'hui, ces enfants sont vraiment tuer par haine de Dieu.

Citation :
Là encore, je reste terre à terre: il y a des races de chiens qui sont tranquilles, travailleur, joueur, chasseur.....
Il y a des races d'homme qui court vite, qui ont beaucoups d'argent, qui sont resistante au froid, qui sont travailleur

Ce sont les 95% dont le rôle social est de se ranger sous la coupe d'un chef. C'est la trahison des élites qui est cause de cela. Ayant moins reçu, ils auront moins de comptes à rendre.

Et quoiqu'il en soit, et malgré tout l'affection que j'ai pour mon chien, un homme n'est pas un animal. L'animal à l'instinct. Son rôle lui est départi une fois pour toute et dans son genre, il est parfait. Etant soumis inconditionnellement à l'instinct, sa responsabilité n'est pas engagé.

L'homme, conscient et adaptable dans des proportions importantes, corolaire de sa liberté de choix, est une créature responsable. Mais ce qu'il peut y avoir de commun entre mon chien et moi, c'est la possibilité d'être éduqués.

Par un dressage approprié, mon chien est devenu une créature bien douce et bien fidèle, alors que sa race en faisait un killer né (surtout pour les rats...).

Mon voisin, lui le dressage en a fait une créature craintive et désorientée, pleutre et potentiellement dangereuse malgré tout. Sa responsabilité est engagée, mais dans quelle mesure, puisque c'est la trahison des élites qui l'induit en erreur.

L'homme moyen est fait pour prendre sa place dans la chaîne de commandement. Obéir pour le plus grand nombre, est une orientation de sa nature. Son rôle est de se tourner vers l'autorité et de se mettre à sa disposition.

Il est donc normal que l'homme de la rue suive avec autant de docilité les mots d'ordre de l'élite. Il est fait pour ça.

La démonocratie ne s'y est pas trompé. En instaurant le suffrage universel, elle a évacué de la vie publique, toute élite naturelle dont la fonction était de servir d'armature à la société. Et l'a remplacé par une élite de psychopathes (au sens propre), à sa botte.

50,01% vs 49,99%. Que vaut la voix des meilleurs dans tout ça?

Comme disait Céline :

"Les cons sont les plus nombreux. C'est normal qu'il gagnent toujours".

Les dés sont pipés. Ne soyons pas dupes des apparences.

Nos contemporains ne sont peut-être pas les salauds que l'on se plait souvent à nous présenter.

Cela étant, je reste une misanthrope convaincue...

Citation :
Je ne serai pas aussi catégorique, mais souvant, j'ai remarqué la façon très froide, dont sont recu les nouveaux arrivant et les gens qui passent parce qu'ils ont vu de la lumière.

Je ne pense pas que l'on puisse arriver là parce qu'on a vu de la lumière. Mais poussés par une nécessité vitale pour nos âmes.

Alors comment expliquer une telle froideur chez les fils de la lumière (les vrais, pas les franc-macs), le sel de la terre ???

Citation :
Le pharisianisme nous guète tous. Tous les Poldèves n'étaient pas pharisiens mais tous les pharisiens étaient Poldèves.

C'est sans doute la grande tentation de notre époque, car les esprits étant livrés à eux mêmes en grande partie, il est bien difficile de ne pas laisser parler l'orgueil. Quand on a retrouvé le chemin de la maison du Père, la dernière tentation sur la route est de s'en glorifier tout en devenant méprisant.
Citation :

Pourtant le salut nous est venu uniquement des Poldèves, pas des pharisiens.

Justement!

N'y aurait-il pas péril pour nos âmes de confondre les uns et les autres, à partir du moment où nous sommes conscient que le problème se pose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Pélérinage a Lourdes   Sam 4 Oct - 0:15

Citation :
Mais c'est parce que nos compatriotes sont encore pétris de charité que l'ennemi lui donne un dérivatif pour canaliser à son profit ces bons sentiments et éviter qu'elle ne trouve à s'exprimer dans un objet plus prochain, comme nos semblables.

Oui, il faut plus de deux ou trois siècles pour modifier le subconscient européen chrétien, informé par la charité chrétienne.
Cette remarque complète celle qu'on peut faire au sujet de la révolution de 1789 qui n'a été possible que parce que les européens avaient simplement détournés contre Dieu et contre eux-même la noblesse, l'héroîsme et le sens de la rébellion intérieure contre l'injustice.
Comme vous le notez au sujet des Asiatiques, l'absence de cette éducation, de la confiance sociale, entraine la barbarie privée et l'arriération de la civilisation et de la technique.

Le mondialisme actuel est donc l'avilissement général sur cette barbarie
Sachant que les religions sont le noyau dur des mentalités et donc de l'organisation des civilisations, (c'est pourquoi sur GDPF nous accordons une place aussi immense à la Sainte Religion) , on peut remercier les mitrés démitrés qui oeuvrent avec opiniâtreté dans les esprits pour noachiser les masses......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pélérinage a Lourdes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pélérinage a Lourdes
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Clergé de Lourdes
» Demande de bpatême Azilize (Lourdes)
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Clergé de Pau
» épées lourde forger main du 11e siecles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Actualité de la «Tradition»-
Sauter vers: