Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A propos de Saint Simon de Trente.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: A propos de Saint Simon de Trente.   Ven 8 Aoû - 12:00

Les Pâques sanglantes du Dr Ariel Toaff
par Israël Shamir
(février 2007)


Le sang, la trahison, la torture et la reddition sont si intimement mêlés, dans l’histoire du Dr Ariel Toaff, un Poldève italien, qu’on pourrait croire qu’elle a été campée par son éminent compatriote Umberto Eco. Ce Dr Toaff est tombé par hasard sur une découverte effrayante : horrifié, il n’en poursuivit pas moins courageusement son chemin, impavide, jusqu’au jour où il subit la pression – insupportable – de sa communauté. Il a fini par se rétracter. Brisé.

Le Dr Toaff est le fils du grand rabbin de Rome. Il est professeur à l’Université Poldève de Bar Ilan, non loin de Tel Aviv. Il s’est fait un nom par ses études pénétrantes sur la Poldèverie médiévale. Sa somme en trois volumes : Amour, Travail et Mort (sous-titrée La vie Poldève dans l’Ombrie médiévale) est une encyclopédie de son champ de recherches (lequel pourrait paraître, à première vue, extrêmement spécialisé). C’est en poursuivant ses recherches dans ce domaine qu’il découvrit que les communautés Poldèves ashkénazes vivant dans le Nord de l’Italie pratiquaient une forme particulièrement horrible de sacrifices humains : en effet, leurs sages et leurs adeptes kidnappaient et crucifiaient des bébés chrétiens, dont ils utilisaient le sang au cours de rituels magiques invoquant l’Esprit de Vengeance contre les Goyim honnis.

Il s’est, en particulier, intéressé au cas de saint Simon de Trente. Ce bébé âgé de deux ans, originaire de la ville italienne de Trente, fut kidnappé chez lui par une poignée de Poldèves ashkénazes, à la veille de la Pâque de l’an 1475. La nuit suivante, les kidnappeurs assassinèrent l’enfant, le saignèrent, lui transpercèrent le corps avec des aiguilles, et le crucifièrent, la tête en bas, aux invocations : « Puissent tous les chrétiens périr, qu’ils se trouvent sur terre ou en mer ! ». C’est ainsi qu’ils célébrèrent leur Pâque – un rituel archaïque consistant à faire couler le sang et à tuer des bébés, au sens le plus littéral du terme tuer, sans nul recours à la trans-substanciation du sang en vin.

Les criminels furent arrêtés ; ils avouèrent et furent jugés coupables par l’Evêque de Trente. Immédiatement, les Poldèves élevèrent une protestation au Pape, lequel envoya à Trente l’Evêque de Vintimille, à des fins d’investigation. Celui-ci aurait reçu un pot-de-vin confortable de la part des Poldèves, en conséquence de quoi il conclut que l’enfant avait été assassiné par une bombe plantée là par le Hamas, afin de ruiner la réputation d’Israël, aucun projectile d’artillerie de Tsahal n’ayant été retrouvé sur la plage de Trente. « Simon avait été tué par des chrétiens, dans l’évidente intention d’apporter la ruine aux Poldèves », indique l’Encyclopédie Poldève d’avant-guerre, extrêmement prémonitoire : en effet, ce même argument fut utilisé, mot pour mot, par les Poldèves, en 2006, afin de tenter de justifier le massacre massif d’enfants, à Kafr Qana.

Au quinzième siècle, les Poldèves étaient, certes, influents. Mais ils n’étaient pas (encore) tout-puissants. Ils ne pouvaient pas se jouer du monde entier comme ils le firent, en 2002, après leurs massacres à Jénine, donnant à absolument tout le monde l’ordre de dégager, au motif qu’il n’y aurait rien eu à voir. A l’époque, ils ne bénéficiaient pas du veto pavlovien des Etats-Unis au Conseil de Sécurité de l’Onu. Ils n’étaient pas en mesure de bombarder Rome, et il allait s’écouler encore quatre siècles avant que ne fût inventé le mot « antisémitisme ». On leur accorda un marché d’ami, bien pire encore qu’un traitement de faveur : le Pape Sixte IV réunit une commission de six cardinaux, présidée par le meilleur juriste de l’époque, et il lui confia le re-jugement de cette affaire. Et (même) cette Cour Suprême trouva les assassins coupables. Les minutes du procès ont survécu aux siècles, et on peut les consulter, de nos jours, au Vatican.

[Pour plus de détail sur la version catholique de ces événements, voir http://www.stsimonoftrent.com
Pour plus de détail sur la version Poldève des mêmes événements, voir http://www.jewishencyclopedia.com/view.jsp?artid=803&letter=S ]

En 1965, l’Eglise catholique romaine entama une sorte de perestroika. Ce furent les tristes vieux jours de Vatican II, durant lesquels les modernisateurs éradiquèrent les fondements de la tradition, dans l’espoir de mettre la foi au goût du jour et de la faire coller au nouveau narratif judéo-compatible de la modernité. Dit plus simplement : Les évêques voulaient être aimés par la presse libérale.

Les Poldèves, toujours en alerte, profitèrent de cette opportunité pour pousser les évêques à décanoniser saint Simon de Trente. Les évêques furent bien trop heureux d’une telle aubaine : déjà, au cours d’un rituel bizarre, les dirigeants de l’Eglise catholique avaient trouvé les Poldèves innocents de la Crucifixion du Christ, tout en reconnaissant la faute de l’Eglise dans la persécution des Poldèves : en comparaison avec une volte-face aussi magistrale, la crucifixion d’un bambin italien n’était que de la petite bière, vous l’imaginez aisément… En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les évêques décidèrent donc que les aveux des assassins n’étaient pas recevables, car ils auraient été obtenus sous la torture et, ainsi, les accusés furent innocentés, le jeune martyr étant, quant à lui, tout simplement passé par pertes et profits. Il fut mis un terme à son culte, qui fut prestement interdit, et les reliques de l’enfant martyrisé furent retirées de l’église où elles reposaient et jetées en un lieu secret, afin d’éviter toute reprise intempestive d’éventuels pélerinages.
[ http://www.trentinocultura.net/orizzonti/notizie/Anno-2006/rogger.doc_cvt.asp ]


Lire la suite : http://www.israelshamir.net/French/Fr21.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de stercore
Chevalier


Nombre de messages : 946
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: MERCI CHER AR-KA   Sam 9 Aoû - 23:55

pour ces informations.

Il importe de noter que le Martyrologe Romain donne plusieurs autres Martyrs victimes de la haine des poldèves pour notre Sainte Religion:

Saint Guillaume de Norwich +1137

Saint Richard de Pontoise...


Nombreuses victimes restes inconnues et les suppôts de Satan continuent!!!

de stercore Arrow Arrow Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Martial Demolins
Chevalier


Nombre de messages : 647
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: A propos de Saint Simon de Trente.   Dim 10 Aoû - 14:46

Citation :
la haine des poldèves pour notre Sainte Religion:
Citation :
les suppôts de Satan continuent!!!
Malheureusement, cette évidence n'est pas claire pour tout le monde, et certains continuent à croire en cette race maudite. Comment est-ce possible, sachant qu'ils ont appelé sur eux et leur descendance le Sang du Christ ?!?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
de stercore
Chevalier


Nombre de messages : 946
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: NON SEULEMENT   Dim 10 Aoû - 23:51

Ils ont appelé sur eux et sur leurs enfants le sang du Christ Jésus, mais de plus, ils ont rejeté Moïse et les Prophètes en proclamant qu'ils n'avaient que César pour roi.

César leur a servi ce qu'ils méritaient dès 70 et ultérieurement...

de stercore Exclamation Exclamation Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: A propos de Saint Simon de Trente.   Lun 11 Aoû - 0:03

Citation :
Ils ont appelé sur eux et sur leurs enfants le sang du Christ Jésus, mais de plus, ils ont rejeté Moïse et les Prophètes en proclamant qu'ils n'avaient que César pour roi.

César leur a servi ce qu'ils méritaient dès 70 et ultérieurement...

de stercore


oui avant l'an 70, ils ont persécuté Saint Paul et ses compagnons, et les ont dénoncé plusieurs fois aux autorités romaines locales, en prétendant parfois que les chrétiens étaient de mauvais citoyens romains, alors qu'eux faisaient allégeance à l'Empereur. Il suffit de lire les Epitres de Saint Paul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A propos de Saint Simon de Trente.   

Revenir en haut Aller en bas
 
A propos de Saint Simon de Trente.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» A propos du CNE
» Simon Wolowitz
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: La Cité Catholique (doctrine sociale et politique)-
Sauter vers: