Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'herméneutique de la continuité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
etienne
Ecuyer
avatar

Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: L'herméneutique de la continuité...   Sam 19 Avr - 0:50

L’herméneutique de la continuité… entre la foi catholique et les « Droits de l’Homme » !

**

Discours de Benoît XVI aux Nations-Unies

**

- herméneutique de la continuité :

« Le religieux dominicain Francisco De Vitoria, considéré à juste titre comme un précurseur de l'idée des Nations unies »

« C’était une intuition exprimée, dès le Ve siècle après Jésus Christ, par l’un des maîtres de notre héritage intellectuel, Augustin d’Hippone »

« … la Déclaration universelle des Droits de l'homme. Ce document était le fruit d'une convergence de différentes traditions culturelles et religieuses, toutes motivées par le désir commun de mettre la personne humaine au centre des institutions, des lois et de l'action des sociétés»

« Ces droits [de l’Homme] trouvent leur fondement dans la loi naturelleinscrite au cœur de l'homme et présente dans les diverses cultures et civilisations »

« Ces droits [de l’Homme] trouvent leur fondement et leur forme dans la nature transcendante de la personne, qui permet aux hommes et aux femmes d’avancer sur le chemin de la foi et de la recherche de Dieu dans ce monde »

« Le mérite de la Déclaration universelle a été d’ouvrir à des cultures, à des expressions juridiques et à des modèles institutionnels divers la possibilité de converger autour d’un noyau fondamental de valeurs »


- déification des Droits de l’Homme :

« La Déclaration universelle a en effet réaffirmé avec force la conviction que le respect des droits de l’homme s’enracine avant tout sur une justice immuable »

« Les droits de l’homme exigent alors d’être respectés parce qu’ils sont l’expression de la justice »

« La promotion des droits de l’homme demeure la stratégie la plus efficace quand il s’agit de combler les inégalités entre des pays et des groupes sociaux, quand il s’agit aussi de renforcer la sécurité »


- acceptation du totalitarisme des Droits de l’Homme :

« Tout État a le devoir primordial de protéger sa population contre les violations graves et répétées des droits de l'homme (…) S'il arrive que les États ne soient pas en mesure d'assurer une telle protection, il revient à la communauté internationale d'intervenir (…) C'est l'indifférence ou la non-intervention qui causent de réels dommages »


- éloge de la liberté religieuse… (et promotion de la Babel religieuse) :

« Les droits de l’homme doivent évidemment inclure le droit à la liberté religieuse »

« Il est de la nature des religions librement pratiquées de pouvoir mener de manière autonome un dialogue de la pensée et de la vie (…) D’autre part, les Nations unies peuvent compter sur les fruits du dialogue entre les religions et tirer des bénéfices de la volonté des croyants de mettre leur expérience au service du bien commun. Leur tâche est de proposer une vision de la foi non pas en termes d’intolérance, de discrimination ou de conflit, mais en terme de respect absolu de la vérité [sic] de la coexistence, des droits et de la réconciliation »

« Il est d’autant plus nécessaire de protéger les droits liés à la religion s’ils sont considérés comme opposés à une idéologie séculière dominante ou à des positions religieuses majoritaires, de nature exclusive. La pleine garantie de la liberté religieuse ne peut pas être limitée au libre exercice du culte, mais doit prendre en considération la dimension publique de la religion et donc la possibilité pour les croyants de participer à la construction de l’ordre social »

« Une vision de la vie solidement ancrée dans la dimension religieuse peut permettre d’y parvenir, car la reconnaissance de la valeur transcendante de tout homme et de toute femme favorise la conversion du cœur, ce qui conduit alors à un engagement contre la violence, le terrorisme ou la guerre, et à la promotion de la justice et de la paix. Cela favorise aussi un milieu propice au dialogue interreligieux que les Nations unies sont appelées à soutenir »

« Les Nations unies demeurent un lieu privilégié où l'Église s’efforce de partager son expérience “en humanité” (…) Cette expérience et cette activité, qui visent à obtenir la liberté pour tout croyant, cherchent aussi à assurer une protection plus grande aux droits de la personne »


- éloge final… :

« Ma présence au sein de cette Assemblée est le signe de mon estime pour les Nations unies (…) L’Église est heureuse d’être associée aux activités de cette honorable Organisation qui a la responsabilité de promouvoir la paix et la bonne volonté sur toute la terre (…) je vous promets le soutien de mes prières pour que vous poursuiviez votre noble tâche »


- vœu final :

« Avant de prendre congé de cette illustre Assemblée, je voudrais adresser mes souhaits (…) : Paix et prospérité, avec l’aide de Dieu ! »


**

A noter : le Très Saint Nom de Notre Seigneur n’a été prononcé que deux fois :

- la première de manière totalement artificielle… :

« C’était une intuition exprimée, dès le Ve siècle après Jésus Christ, par l’un des maîtres de notre héritage intellectuel, Augustin d’Hippone »

- la deuxième de manière très restrictive :

« Pour les chrétiens, cette tâche trouve sa justification dans l’espérance qui jaillit de l’œuvre salvifique de Jésus Christ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: L'herméneutique de la continuité...   Sam 19 Avr - 23:52

Citation :
Déclaration universelle des Droits de l’homme. Ce document était le fruit d’une convergence de différentes traditions culturelles et religieuses, toutes motivées par le désir commun de mettre la personne humaine au centre des institutions, des lois et de l’action des sociétés, et de la considérer comme essentielle pour le monde de la culture, de la religion et de la science

Citation :
les droits reconnus et exposés dans la Déclaration s’appliquent à tout homme, cela en vertu de l’origine commune des personnes, qui demeure le point central du dessein créateur de Dieu pour le monde et pour l’histoire. Ces droits trouvent leur fondement dans la loi naturelle inscrite au cœur de l’homme et présente dans les diverses cultures et civilisations




Citation :
Parce que les droits et les devoirs qui leur sont liés découlent naturellement de l’interaction entre les hommes, il est facile d’oublier qu’ils sont le fruit du sens commun de la justice, fondé avant tout sur la solidarité entre les membres du corps social et donc valable dans tous les temps et pour tous les peuples. C’était une intuition exprimée, dès le Ve siècle après Jésus Christ, par l’un des maîtres de notre héritage intellectuel, Augustin d’Hippone

Citation :
Par ailleurs, une vision de la vie solidement ancrée dans la dimension religieuse peut permettre d’y parvenir, car la reconnaissance de la valeur transcendante de tout homme et de toute femme favorise la conversion du cœur, ce qui conduit alors à un engagement contre la violence, le terrorisme ou la guerre, et à la promotion de la justice et de la paix. Cela favorise aussi un milieu propice au dialogue interreligieux que les Nations unies sont appelées à soutenir comme elles soutiennent le dialogue dans d’autres domaines de l’activité humaine. Le dialogue doit être reconnu comme le moyen par lequel les diverses composantes de la société peuvent confronter leurs points de vue et réaliser un consensus autour de la vérité concernant des valeurs ou des fins particulières.
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Citation :
pratiquées de pouvoir mener de manière autonome un dialogue de la pensée et de la vie. Si, à ce niveau là aussi, la sphère religieuse est séparée de l’action politique, il en ressort également de grands bénéfices pour les personnes individuelles et pour les communautés. D’autre part, les Nations unies peuvent compter sur les fruits du dialogue entre les religions et tirer des bénéfices de la volonté des croyants de mettre leur expérience au service du bien commun. Leur tâche est de proposer une vision de la foi non pas en termes d’intolérance, de discrimination ou de conflit, mais en terme de respect absolu de la vérité, de la coexistence, des droits et de la réconciliation
.


RABICIFER A LE DESIR DE METTRE LA TRANSCENDANCE (c'est à dire, qui existe en soi, sans la nécessite d'une cause ) DE L HOMME, AU COEUR DU MONDE DES RELIGIONS, et parmi celles-ci , DANS SA RELIGION HYPERMODERNISTE ET BABELIENNE

Laughing


Dernière édition par luernos le Dim 20 Avr - 0:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: L'herméneutique de la continuité...   Dim 20 Avr - 0:05

[quote]Les Nations unies demeurent un lieu privilégié où l'Église s’efforce de partager son expérience « en humanité », qui a mûri tout au long des siècles parmi les peuples de toute race et de toute culture, et de la mettre à la disposition de tous les membres de la Communauté internationale. Cette expérience et cette activité, qui visent à obtenir la liberté pour tout croyant, cherchent aussi à assurer une protection plus grande aux droits de la personne. Ces droits trouvent leur fondement et leur forme dans la nature transcendante de la personne[/quote]



Citation :
quipermet aux hommes et aux femmes d’avancer sur le chemin de la foi et de la recherche de Dieu dans ce monde. Il faut renforcer la reconnaissance de cette dimension si nous voulons soutenir l’espérance de l’humanité en un monde meilleur et si nous voulons créer les conditions pour la paix, le développement, la coopération et la garantie des droits pour les générations à venir
.


Tout cela est très beau, c'est du déisme naturaliste au mieux, c'est le discours de la philosophie naturaliste des Lumières déistes, c'est surtout la preuve absolue que ratzinger est un secrétaire politique de la BUSH INC , - dans son agence du Vatican. Cela aurait pu être le discours d'un ministre des affaires étrangères de droite conservatrice.




Ce n'est pas chrétien, car le recours à la raison suffit, il n y a aucune allusion même voilée à une Révélation d'origine historique,
la raison vise l'unité, d'où le concept d'l'un" maçonnique (Et c'est pourquoi Ratzi méprise l'intelligence thomiste qui vise l'être )

La nature transcendante de la "personne "'humaine est une idée anti chrétienne .


a fortiori, ce n'est pas catholique, aucune allusion au christianisme. Augustin d'Hippone est une philosophe "occidental" qui est convoqué ici comme un philosophe séculier

Bien plus, c'est l'anti thèse d'un discours de Pape rigoureux, compétent, et capable !
sauf pour les traditionnalistes , qui n'ont réussi qu'à apprendre et de travers une seule idée "l Obéissance à l'autorité légale"

De quels loups parlait le bon petit berger ratzinger, quand il a été élu demandant qu'il ait le courage de les affronter ???


Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'herméneutique de la continuité...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'herméneutique de la continuité...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La continuité des choses!
» Le Président Préval appelle la population à voter « continuité et stabilité »
» Regime de Preval dans la continuité du cataclysme des Duvalier et du 12 janvier
» Divide et impera
» Continuité des RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Crise de l'Eglise-
Sauter vers: