Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la philo du modernisme actuel par GdT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: la philo du modernisme actuel par GdT   Dim 13 Avr - 16:50

extrait du chapitre 7 de l'Eglise et v2 de l'abbé G de Tanouarn 2002
citation ici seulement de la seconde page du chapitre 7, de l'ouvrage qui est intégralement mis en ligne par son auteur
.

...............................
Il devient plus facile, dans le souffle de ces textes, de reconstituer la scène primitive, pour mieux évaluer le traumatisme d'où est née la modernité : c'est la liberté de l'homme qui a rencontré Dieu et qui, de rage, l'a supprimé... Toute l'histoire de la pensée allemande est l'histoire de cet affrontement entre la transcendance de Dieu et la puissance de l'homme.

“ Rien d'extérieur, rien de supérieur ! ” répétait déjà le mage Paracelse, à la fin de la Renaissance. L'effort de pensée auquel on assiste à partir de Rousseau et de Kant (dès la fin du XVIIIème siècle) consiste explicitement à installer la volonté toute puissante de l'homme au cœur de l'être même.

Pour cela, il importe d'abord de cultiver l'agnosticisme, c'est la phase kantienne. L'esprit humain ne peut rien connaître au-dessus du monde sensible ; il ne reste à l'homme que le libre élan de la croyance pour pallier les absences et les étourderies de l'Etre suprême. Cette liberté est absolue, elle renvoie à une loi que l'homme se donne à lui-même, indépendamment de toute réalité extérieure. C'est le pur sens du devoir qui le guide et qui le fait renaître dans une autre peau, comme un homme libre et non comme un esclave. Quant à son Dieu, ce n'est plus celui de la Bible, qui se révèle par des paroles de feu et entend être servi sans faiblesse. Non, le Dieu nouveau est en avant de l'homme et comme à son service, puisque tout doit être subordonné au nouveau règne des fins qui s'instaure et à la dignité inaliénable de la personne. Le Dieu, né des spéculations d'Emmanuel Kant, est un Dieu qui est personnel, au sens où il est personnel à chacun...

Mais Kant ne fait que traduire en une rhétorique rigoureuse ce qui est comme l'esprit de son temps. N'est-ce pas Madame de Staël, la fille de Necker qui déclarait à la même époque : “ II n'est aucune question ni de morale ni de politique dans laquelle il faille admettre ce que l'on appelle l'autorité. La conscience des hommes est en eux une révélation perpétuelle et leur raison un fait inaltérable. ” (cité par Lucien Jaume, L'individu effacé p. 69). L'idée de la conscience comme révélation nous mènerait d'ailleurs, si on la suivait, bien au-delà de Kant, du côté de Fichte et des théoriciens romantiques de l'intuition intellectuelle. Le Sujet absolu, libéré de l'expérience sensible, libéré du réel, fait surgir un monde moral et religieux de son propre élan et, en quelque sorte, de son propre fond. Ce qu'il nomme sa croyance, c'est cette élaboration idéale dans laquelle il s'identifie lui-même comme le nouveau fondement de la vérité et l'origine de la lumière. “ La croyance n'est pas une science, mais une décision de la volonté de donner à la science sa pleine valeur ” dit Fichte. (La destination de l'homme, Aubier p. 147). La volonté est bien ici au cœur d'une sorte de nouveau cogito : Je veux donc je suis, et je suis voulant... “ Je suis absolument mon propre ouvrage ” (ibid). La Révélation qui s'effectue dans ma conscience consiste dans la manifestation de cet ordre nouveau du vouloir universel, tel qu'il m'apparaît infailliblement, tel qu'il apparaît à ma conscience : je me perçois comme nécessairement destiné à cette liberté du vouloir et tout ce qui pourrait paraître contrarier cette liberté devrait être considéré comme pure apparence.

Schelling, sur la même ligne, tentera de donner un corps à cette subjectivité tendue vers le Bien, c'est-à-dire vers l’autoréalisation d'elle-même. Selon lui, “ la liberté est le concept général positif de l'en soi ” (Recherches philosophiques sur l'essence de la liberté éd. Vrin p. 159). “ La volonté est l'être originel et tous les prédicats de celui-ci ne conviennent qu'à elle : absence de fondement, éternité, indépendance à l'égard du temps, acquiescement à soi-même. Toute la philosophie ne tend qu'à ce seul but : trouver cette expression suprême ” (op. cit. 161). Le commentaire de Heidegger sur ce texte de Schelling est éloquent : “ C'est dans le vouloir que ce philosophe trouve les prédicats que de tout temps, la pensée métaphysique attribue à l'Etre, dans leur forme ultime, dans leur forme la plus élevée et par conséquent parfaite. Tout étant a le pouvoir de son être dans la volonté et par la volonté ” (Qu 'appelle-t-on penser ? éd. PUF p. 68). L'être est liberté. Le Bien n'est rien d'autre que cette liberté qu'a chaque être de se constituer lui-même, de se donner à lui-même.

cet extrait est intéressant pour comprendre comment la pensée modernisme triomphe du haut en bas: elle voit la croyance et la foi comme une opinion, une adhésion ou une adhésion du même type que l'adhésion à une doctrine politique, ou sociale. "Je suis socialiste", j "e suis catholique" : le type d'adhésion du sujet , dans ces affirmations, est du même type, même si pourtant, la doctrine et la pratique qui en résultent, ne procèdent pas du même domaine de la vie.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
la philo du modernisme actuel par GdT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PLAN AMERICAIN POUR HAITI,TRES ACTUEL
» Que pensez-vous de notre design actuel?
» Colles de français-philo
» Le laureat de philo A vient de Cite Soleil
» SYSTEME POLITIQUE ACTUEL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Crise de l'Eglise-
Sauter vers: