Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL   Sam 13 Oct - 14:25

L'analyse sommaire que j'ai faite ci après résulte d'une réflexion séculière, sans référence religieuse; c'est-à-dire que je me suis placé sur le terrain du bon sens, de la raison, et du jugement maîtrisant les intérêts et les émotions; et je me suis inspiré des précédents historiques , certes éclairés par les auteurs anti libéraux , mais aussi de l'analyse impartiale de la démocratie. Ce qui devrait plaire aux "maurrassiens " !
Je parviens à ce jugement impassible que : croire espérer, et aimer le front national, soutenir, agir et militer pour lui, constituent une grave erreur. Certes elle est excusable de la part des débutants des récents "convertis"; , mais elle devient inexcusable chez eux qui recrutent et qui prétendent "former" les esprits.






[size=12]Les catacombes c'étaient pour ne pas se faire tuer.
On en est pas encore là.

Retourner de nous-même dans les catacombes sans y être contraints par nécessité vitale, c'est mâcher le travail de l'ennemi.

L'action publique entraîne en réaction logique une diabolisation par le Système (parce qu'elle lui fait peur d'ailleurs), mais permet aussi de toucher beaucoup plus de monde qu'un témoignage privé.

Sans compter que les victoires politiques ne sont pas à exclure systématiquement[/size].


(Au sujet du réseau d'entraide ,proposé par certains, et rappelé par le camarade Tulkas,)
il y a l'analogie avec les catacombes ,

mais aussi celle de la "communauté confessionnelle", organisée en association privée, et de son conseil représentatif des institutions confessionnelles, autre organisme privé et reçonnu par la république. (CRIF et CFCM, par extension GOF et GLNF)

Or parallèlement , il n'existe pas de "parti confessionnel," -qui serait d'ailleurs, une ambulance donnant envie qu'on lui tire dessus.

En revanche il revient à chacun de ces groupements un incommensurable pouvoir d'influence "confessionnel," sur l'Etat et dans toute la société jusque dans les moyens d'action publique soit disant ouverts aux "citoyens".

ET cette analogie remonte dans le temps à Napoléon 1er .
(Il a institué le CRIF. )
IL serait intéressant de méditer le parallèle, avec ceux qui ont un romantisme national, et qui qui n'ont comme par hasard, aucune organisation privée viable, et encore moins de conseil représentatif reconnu.
Ah oui en revanche, ils en ont fabriqué des partis d'idéal national: en deux siècles avec quel succès comme celui d'envoyer des millions de patriotes à la boucherie de 1914 ! et qu'est-ce que le système se régale à tirer sur ces indécentes ambulances d'un autre âge....

Quand toutes les valeurs sont en totale opposition, comment peut militer dans un parti , le FN , conçu intellectuellement par les mêmes promoteurs des valeurs radicalement ennemies? Il faudrait qu'on m'explique, cela ferait avancer la philosophie politique.

Pour en revenir à la comparaison initiale,
les premiers chrétiens n'étaient jamais descendu eux-mêmes, eux, dans l'arène aux lions

Présisions :

1. Mon analogie vise les minorités religieuses organisées en communauté institutionnalisées en tant que telles.

Je fais cette comparaison intellectuelle, car ces minorités sont radicalement étrangères dans leurs "valeurs" aux droits de l'homme et à la démocratie moderne. Ceci est aussi vrai pour les groupements occultes, car leur idéologie est réellement élitiste et apparemment démagogique.

Et de manière comparable sur ce plan, le nationalisme contre- révolutionnaire n'est il pas un corps étranger, aux valeurs de la démocratie moderne ?

Or ces communautés se comportent comme je l'ai indiqué, vis à vis de ce corps monstreux qu'est la civilisation moderne.
En associations de la "société civile."
Elle n'ont jamais créé de "parti confessionnel" . De fait, existe-t il un parti sioniste par exemple? quel est le succès du Parti musulman de France ?

2. Ensuite la comparaison pourrait s'approcher de la similitude, avec le nationalisme, si derrière le paravent de l"'organisation confessionnelle "on distingue en fait de véritables nations sans terre.

3. Maintenant si on se tourne vers le front national, j'ai lu l'introduction du programme, rédigé par JMLP.
Il dénonce dans la première ligne le totalisme à visage démocratique, comme si le caractère démocratique de ce masque était une qualité. Seul le détournement étant incriminé !
il déplore par exemple la désacralisation du 14 juillet.
Il dit aussi que les effets bénéfiques de notre civilisation passée doivent être conservés au profit de préférence des français de naissance.
Parmi la multitude de références philosophiques dont il fait état, je ne discerne hélas qu'une seule unité: c'est la république et la démocratie, certes assainie de ses maux pour les pauvres petits concitoyens ramollis de 2007...



Citation:

Or, la recherche de sécurité ne date pas d’hier et n’est pas passagère. Dans son livre La Démocratie immunitaire, Alain Brossat rappelle qu’elle est un élément constituant de la démocratie moderne. Celle-ci apparaît comme le régime politique assurant – théoriquement – à ses membres de ne pas être agressés, la contrepartie étant le cocooning, forme de repli sur soi qui disloque la communauté et rend fictive la souveraineté populaire. Ainsi, la liberté revenant à la sécurité, la véritable liberté – le pouvoir d’agir sur les choses – se trouve structurellement sacrifiée par la démocratie représentative.
Le désir de sécurité – qui se manifeste par le recours au paradigme médical de l’atténuation de la douleur dans le domaine politique – s’accompagne d’une grande indifférence aux malheurs du monde, une forme d’insensibilisation face aux souffrances que l’on ne veut pas ressentir. Alain Brossat parle d’une «tétanie affective». Or, c’est là l’une des conditions de possibilité de ce que l’on appelle le «crime contre l’humanité», exécuté par des bureaucrates qui n’ont pas besoin d’être des barbares ni des monstres. Simplement des gens ordinaires à la sensibilité anesthésiée, faisant consciencieusement leur travail de gestion.
A cela s’ajoute le ressentiment et la rancœur d’une partie de la population dont le parcours scolaire a pu faire espérer une ascension sociale qui pour beaucoup reste finalement une illusion. Or, se référant aux années trente en Allemagne, Bourdieu a bien dit comment la «petite bourgeoisie» constitue un réservoir potentiel pour une «révolution conservatrice» : «"la révolution spirituelle" qui "réanimerait" la nation sans en révolutionner la structure est ce qui permet à ces déclassés actuels ou potentiels de concilier leur désir de maintenir une position privilégiée dans l’ordre social et leur révolte contre l’ordre qui leur refuse cette position, en même temps que leur hostilité contre la bourgeoisie qui les exclut et leur répulsion pour la révolution socialiste qui menace toutes les valeurs par lesquelles ils entendent se distinguer du prolétariat» (L'Ontologie politique de Martin Heidegger). Le Front national ne serait alors que l’arbre qui cache une forêt dont il entend profiter mais qu’il n’a pas planté. Le sécuritarisme, la liberté sacrifiée, l’éloignement des individus de la politique, la soumission qui peut résulter de leur volonté de ne pas s’exposer, l’insensibilisation à la douleur d’autrui, le ressentiment des «déclassés» ne sont pas des risques exogènes à la démocratie moderne ; ils lui sont inhérents. Elle porte en elle le danger du fascisme qui, à la faveur de conditions «favorables», peut s’imposer.
Ces conditions sont-elles aujourd’hui réunies ? L’avenir nous le dira…
David Simard

Il me semble que la "pensée" du FN fondée sur les valeurs de la république n'est qu'un produit de ces valeurs comme le dit la citation ci-dessus, et malgré la malveillance de son auteur à l'égard du nationalisme.

4. au niveau pratique, et collectif, l'histoire du nationalisme républicain protéiforme parle avec éloquence.

Et au niveau individuel, je n'aurais pas la cruauté de rappeler le passé nationaliste républicain de certains anciens ministres, la défection des militants passés l'âge de 3O ans, et le fait que sur bien des forums "nationalistes " ,à la mode consommatrice d'aujourd'hui, 75 % ont moins de 30 ans , et pourtant ce n'est pas le forum jeune nationaliste qui est inscrit au fronton de ces forums?

Le nationalisme contre-révolutionnaire est totalement étranger à l 'extrême droite républicaine, il n'a pas à être le bouc émissaire génétique des horreurs de la république, et des erreurs de la démocratie. "


EN réalité derrière ce flou, je ne vois pas de différence foncière entre les buts boursuivis et les fondements philosophiques de la démocratie moderne. Je ne parle pas de la tactique politique du FN mais des bases de sa pensée politique. Donc je ne vois pas quel point commun théorique on peut trouver entre le nationalisme véritable et le nationalisme républicain du FN.


Dernière édition par luernos le Ven 7 Mai - 1:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL   Sam 13 Oct - 14:31

Citation :
Ce qui m'a toujours un peu chiffonné dans les partis politiques, c'est leur attachement au système. Et comme je suis forcé d'avoir un pied dans la tombe (puisque n'ayant pas eut le choix de vivre dans ce système), je rechigne un peu à mettre l'autre (en jouant le jeu du système). Le système ne veut pas de nous ? Ca tombe bien, on ne veut pas de lui non-plus. Une alternative ? Possible oui : un réseau d'entre-aide, sorte de "sous-société" visant un lien de communauté assez fort où la monnaie d'échange ne serait pas l'argent, mais les capacités de chacun dans son domaine précis (vous êtes mécano ? Vous êtes informaticien ? Vous êtes peintre ? Vous êtes boulanger ? Ca tombe bien, on a justement un camarade qui a besoin de [complétez par un métier au choix]...).

Cette vision des choses imposes un travail "dans l'ombre" absolu, un effacement quasi total de notre présence dans les médias, et le seul acte de militantisme serait l'exemplarité de notre vie dans notre quotidien. Cela implique de s'accomplir professionnellement, avoir une famille, des enfants, etc.

En dehors de cela, il me semble que seul le combat pour abattre la nouvelle Religion du lobby qui n'existe pas mérite un intérêt (ce qui n'empêche pas de rester discret).

D'un autre sens, ne sachant pas dans quelle mesure le vote est utile et peut réellement changer quelque chose, je ne m'avance pas plus que ça pour dire "ne voter pas", parce que je peux me tromper. Si quelqu'un a des idées plus précises, j'écoute.


Voici la seule méthode d'action. Elle ressemble à la méthode d'action des communautés que j'ai données en comparaison.
Le combat est culturel avant d'être politique. Donc le combat est culturel.
Il ne peut pas être politique dans les normes d'un système culturel ennemi.

Il me semble que cette option n'a rien à voir avec l'action du FN.
Ou alors il n y aurait pas de différence culturelle entre les deux ?
Mais alors dans ce cas,
cette action n'a même pas la cohérence intellectuelle et pratique, de forme et de fond, de forme et de matière, de celle que peut avoir au contraire un militant sarkozyste. Ce qui n'est pas peu dire.

S'il s'agit encore d'une stratégie purement tactique, comme on l'entend au sein de groupuscules-efficaces-et-perspicaces-qui-se-gaussent-de-ceux-qui-n'agissent-pas ,
elle est erronée, hélas, comme le montre durant deux siècles (avec le génocide de la Vendrée) , un cortège impressionnant d'échecs, de trahison, et de diabolisation, et de disparition quantitative programmée. Ainsi que de "réactions" cycliques avec effet de cliquet irrésersible.

Car dans ce marché de dupes,
la cause culturelle, la cause nationale,
- qui n'est pas un idéal comme le croient les épigones des maurrassiens - mais le combat pour le bien qui est un surcroît d'être, de réalité nouvelle créée - (cf St Thomas d'Aquin) -
cette cause est toujours la victime,
tandis que "la matière" politicienne (aujourd'hui électoraliste, et vulgairement démagogique) ramasse toujours la mise, car le ralliement mental au système progresse de manière inexorable, de compromissions en lâchetés.

Mais précisément ,la voie de la quantité "natio" lepeniste n'est rien ,
et la voie de la qualité culturelle française est tout !


- se désintoxiquer de la démocratie, et de la drogue électorale. On commence à être libre et à raisonner quand on se "sépare" de la démocratie. Certains (exemple HDF) voient en Tradiland , une séparation géographique: elle est une application possible , de la séparation mentale d'une erreur, du mal, et d'une oppression, absolus, qu'est la démocratie.


citation d'un idée libéale conservatrice banale :
Citation:

Du baptême de Clovis à l’élection présidentielle de 2007, nous prenons l’histoire nationale dans son ensemble, aussi bien les périodes douloureuses que les périodes les plus fastes. Il nous semble essentiel de rappeler et de préciser cette spécificité intellectuelle car elle est centrale dans notre démarche politique. Tout comme nous ne transigerons jamais sur la primauté de la souveraineté nationale, nous n’accepterons jamais le saucissonnage de notre histoire en raison d’appartenance idéologique ou selon le bon vouloir de chacun




Mais notre nation a commencé un millénaire au bas mot, avant Clovis, et elle avait alors une conception de l'homme et donc de la société qui ne lui a pas permis de résister à l'Etat mondial romain de l'époque. Par exemple sa religion ethnique (si chère aux néos païens) n'était plus adaptée à la religion ethnique de l'impérialisme romain.

Et depuis 220 ans, la conception républicaine de l'homme et de la société conduisent de la même façon, inéluctablement la France démocratique dans les arcanes de l'Etat mondial.
La France n'a eu une culture nationaliste que durant les quatorze siècles de royauté, entre la Gaule, et maintenant ce pays de l'Hegagone ...

Je ne vois pas la place d'un parti politique électoral là dedans. D'ailleurs la démocratie électorale n'existera plus dans quelques décennies au nom de diverses évolutions, techniques, scientifiques, ou autres, elles aussi inéluctables de la société.

Alors écrire ces modestes lignes sur ce forum cela me semble être une action pas moin efficace que celle de tenter de jouer les faire-valoir diabolisés et masochistes du système affamé de boucs émissaires.

luernos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL   Lun 5 Jan - 21:51

Citation :
Le sécuritarisme, la liberté sacrifiée, l’éloignement des individus de la politique, la soumission qui peut résulter de leur volonté de ne pas s’exposer, l’insensibilisation à la douleur d’autrui, le ressentiment des «déclassés» ne sont pas des risques exogènes à la démocratie moderne ; ils lui sont inhérents. Elle porte en elle le danger du fascisme qui, à la faveur de conditions «favorables», peut s’imposer.
Ces conditions sont-elles aujourd’hui réunies ? L’avenir nous le dira…
David Simard

Cet extrait du texte énonce une idée exprimée plus profondément par Nietzsche :

Citation :
RESUME — Chez Nietzsche,
- le terme d’« individu » se définit en contrepoint, non du « troupeau »,
- mais de la société hiérarchique dont la Grèce antique, l’Inde des castes et la France d’Ancien R égime constituent les archétypes omniprésents dans son œuvre.
Ainsi s’élabore une conception « archaïsante »
- de l’individu
- et de la communauté,
qui inspire une analyse de la modernité démocratique tout à la fois très traditionnelle et profondément originale.

Nietzsche, en effet, reprend les thèmes de la vulgate conservatrice et les diatribes, récurrentes chez de nombreux auteurs du XIXe siècle, contre l’âge philistin.

Mais ce qui fonde son originalité, c’est la relation conceptuelle qu’il établit entre

- la démocratie, appréhendée au sens politique de démocratie libérale représentative, mais aussi et surtout au sens sociologique d’égalité juridique des individus,

- et l’individualisme né du christianisme, c’est-à-dire le postulat d’un sujet égal en droits à ses semblables.

Il dessine une vision cohérente de la modernité dont le principe générateur n’est autre que le principe d’égalité, fondement
- du christianisme
- et de la pensée démocratique, utilitariste et orientée vers la rationalité économique, laquelle génère ses propres idoles, nationalisme, antisémitisme, anarchisme, socialisme, fruits pervers d’un désenchantement du monde qui substitue à l’ordre hiérarchique l’indifférenciation égalitaire.

L’hostilité qu’il manifeste à l’encontre de l’individualisme des sociétés modernes s’interprète à la lumière du processus d’acculturation à la modernité d’une société allemande en voie de démocratisation, dans laquelle les structures holistes demeurent plus prégnantes qu’en France et Grande-Bretagne

Cette analyse de Nietzsche est beaucoup plus précise.
Elle me paraît exacte, quand Nietzsche qualifie les nationalismes modernes comme des passions démocratiques . E effet, ce qui me fascine c'est l'illusion de quelques intellectuels, style benoist, (sans parler d'esprits égars qui se flanquent à eux tels GdT) - ne parlons pas des militants de base, la chair à canon depuis deux siècles, -
qu'en vertu de leur intelligence propre, de leur lucidité insigne, de leur illumination intérieure, ils enseigneraient la Vérité Politique. Et depuis le grand "accident électoral" de 2002 amenant JMLP au 2° tour, l'illusion a dépassé les bornes!

Or l'explication elle est donnée par Nietzsche par exemple: les "conservateurs" expriment exclusivement une passion, "démocratique" en ce qu'elle exprime une révolte contre une injustice de l'égalitarisme en vue d'une meilleure égalité.

Et cette nostalgie ou ce ressentiment contre cette meilleure égalité résulterait bien d'une perversion du sens de l'égalité "chrétienne". Cette perversion a été consacrée et officialisée depuis , par les "Virus" déguisés en "église conciliaire".

Car l'analyse de Nietzsche ne me paraît pas exacte du tout quand il incrimine l’individualisme né du christianisme, c’est-à-dire le postulat d’un sujet égal en droits à ses semblables. De même qu'il incriminait à tort un christianisme caricatural de morbidité, pour n'y voir que le ressentiment des lfaibles.

La seule alternative intellectuelle, donc la seule pratique, et à défaut, il n y a rien à faire, est d'admettre la vérité intellectuelle car surnaturelle du Catholicisme qui justifie l'unique résistance à la cité du mal démocratique.


+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL   Jeu 6 Mai - 1:18

Cela mérite d'être ressorti et (re)lu par tout ceux qui, encore catholiques, pensent trouver quelque appui dans ce sinistre parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL   Mar 6 Juil - 12:47

charmant fachos gentils flics
Citation :
Dimanche 9 mai (2010) au lendemain de la fête de la victoire de 1945 quelques 600 à 700 crânes rasés, façon néo-nazis, ont défilé d'un bon pas à Paris. Sous l'oeil médusé des touristes et au cri de "la France aux Français" ont tranquillement bloqué la rue de Rivoli. Les nationalistes autonomes étaient cagoulés. Ce que la loi interdit, mais les flics, sous-représentés, n'ont pas jugé bon d'intervenir. Pas de cordon de CRS place de la Concorde, pas même de casques à la ceinture, juste quelques membres du RG, dont le commandant du groupe antihooligans, que l'on a pu voir en fin de manif, congratuler BATSKIN le célèbre leader des supporteurs du PSG.
Cette entente cordiale se vérifie ....au parc des princes...etc....(...) les
saluts nazis: "l"officier aurait pu pourtant se faire 30 interdictions administratives d'un coup" relève un représentant de la mairie, etc....
retranscription de l'article du Le Canard enchaîné du 12 mai 2010.


On a tellement besoin de ces nationalistes nauséabonds "payés" pour terrroriser autant les populations, que l'Etat de droit encadre lui-même, pour ne pas dire plus, leurs héroïques manifestations destinées à faire trembler la République sur ses bases !
Un charmant renouveau mérite bien une police aux petits soins.



+








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL   Mar 6 Juil - 21:33

En effet il faut bien justifier les politiques antiracistes, anti-antisemite, le flicage, la censure, la répression idéologique et tout leur souk par des actions musclés des représentants légaux des "heures les plus sombres".

Et ces idiots utiles prétendent, font croire aux gogos frontistes et assimilés qu'il y a moyen de faire "tomber la gueuse". Tomber dans ses sales pattes oui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL   

Revenir en haut Aller en bas
 
L' IMBECILITE DU FRONT NATIONAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La droite américaine est beaucoup plus à droite que le Front national.»
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !
» Ils auront réussi à mater, à endiguer tout élan d'insurrection en Haïti.
» Front National : pourquoi devrait-on y croire
» Programme national de cantine scolaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: La Cité Catholique (doctrine sociale et politique)-
Sauter vers: