Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Lun 3 Sep - 18:06

la démocratie dite Chrétienne, a été encouragée par les papes depuis léon XIII:

extraits:

Olivier dit (11:17) a écrit:
la démocratie je te l'ai dit a été accepté ss la forme de la démocratie chrétienne par lespapes depuis Léon XIII.....
ce n'est pas au pape de dire quel régime est mieux pr tel pays

Olivier dit (11:19) a écrit:
Pie XII n'a pas encouragé les démocrates chrétiens à faire la construction européenne?

Olivier dit (11:21) a écrit:
quel pape a condamné la république francaise depuis 1870 et a interdit aux catholiques d'y participer?

Olivier dit (11:21) a écrit:
Léon XIII a dit aux catholiques francais en 1893 que la république était légitime (a voir) et qu'il devait prendre leurs responsabiltiés dans cette institution


Olivier dit (11:26) a écrit:
la seule fois où l'Eglise condamna une république au XXeme siecle c au mexique avec les cristeros

Bref nous avons là un ami royaliste qui meme si il est contre la démocratie Chrétienne, la justifie et affirme que les Papes en l'ont pas interdite (voir meme encouragée).

un exemple parfait du libéral qui ne veut rien voir.

On a beau lui sortir que le syllabus condamne de facto les régimes libéraux, que la démocratie (souverraineté du peuple est une hérésie, rien n'y fait, il n'en démord pas.

Il soutient fermement que Tout pouvoir vient de Dieu par l'intermédiaire du peuple (Saint Thomas d'Aquin). Que c'est le peuple qui donne sa légitimité au Roi.



Peut on l'inviter sur le forum pour lui expliquer qu'il se trompe? :elephant:

Parce qu'il n'est pas mauvais bougre, mais étant en fac d'histoire il s'attache à des details, et à mon sens a une lecture de l'Histoire qui n'est pas Chrétienne mais purement rationnelle.

Par exemple il considère que le Roi n'est de droit divin que depuis le XVI eme siècle et qu'avant la Monarchie était contractuelle, que Clovis ne fut pas de Droit Divin, ni les autres Mérovingiens.

Il considère également que la Messe de Saint Pie V n'ayant pas été appliquée tout de suite, il peut y avoir aisement plusieurs rites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nordland
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 850
Date d'inscription : 25/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Lun 3 Sep - 23:22

Gardian a écrit:
la démocratie dite Chrétienne, a été encouragée par les papes depuis léon XIII

C'est à mon avis un sujet extrêmement compliqué, qu'il est très dur de résoudre en quelques pages.
Tout ce que je peux dire, c'est que beaucoup s'appuie sur le discours de Pie XII du 25 décembre 1944 pour justifier la pseudo-adhésion des papes à la démocratie. Encore une fois, on se contente d'extraire une phrase d'un discours et l'on se garde bien de mentionner toutes les conditions et remarques qui entourent cette phrase.
Pie XII faisait le constat suivant : dans les régimes actuels (en 1944), l'état intervient beaucoup plus dans la vie de l'homme qu'auparavant. Entre mes arrières grand-parents qui vivaient en quasi-autarcie dans leur Savoie et moi-même où l'état contrôle ma santé, mon compte en banque, mon salaire, ..., il y a évidemment un monde. Et par conséquent, Pie XII développait le fait que l'homme lambda allait être de plus en plus appelé à participer dans la vie de l'état. Mais ce constat ne justifie en rien la démocratie moderne dont l'essence est anti-chrétienne.


Gardian a écrit:

Il considère également que la Messe de Saint Pie V n'ayant pas été appliquée tout de suite, il peut y avoir aisement plusieurs rites.

Il y a plusieurs rites dans l'Eglise catholique : le rite ambrosien, mozarabique, tridentin, ...

Attention de ne pas se faire flouer par le Motu Proprio de Ratzinger... La seule messe valable est la messe dite de saint Pie V. La messe de Paul VI n'est pas une messe catholique. Par conséquent, l'article 1 du Motu Proprio de Ratzinger est une vaste escroquerie. Ceci n'a pas empêché la FSSPX de chanter des Te Deum et des Magnificat pour louer le bon pape Benoît.

Nordland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Lun 3 Sep - 23:38

Il y a un rite Africain ?

Mais tous se réfèrent a la Sainte Messe de Saint Pie V ... la messe de Paul VI n'est pas, contrairement à ce que les conciliaire disent, un "rite", uen forme de messe, mais bien UNE AUTRE MESSE (noire ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nordland
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 850
Date d'inscription : 25/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Lun 3 Sep - 23:43

Gardian a écrit:
Il y a un rite Africain ?

Je ne sais pas. Il faudrait avoir la liste des rites de l'Eglise catholique.
Attention toutefois de ne pas tout mélanger et de tomber dans l'inculturation de la messe pronée par JPII.

Gardian a écrit:

Mais tous se réfèrent a la Sainte Messe de Saint Pie V ... la messe de Paul VI n'est pas, contrairement à ce que les conciliaire disent, un "rite", uen forme de messe, mais bien UNE AUTRE MESSE (noire ?)

La messe de Paul VI n'est pas une messe catholique. Il vaudrait mieux l'appeler "Cène montinienne".

Nordland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Lun 3 Sep - 23:50

Sur le forum "cité catholique" ils considèrent que la "messe" Paul VI et la Sainte Messe sont deux rites d'une meme Célébration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nordland
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 850
Date d'inscription : 25/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Lun 3 Sep - 23:53

Gardian a écrit:
Sur le forum "cité catholique" ils considèrent que la "messe" Paul VI et la Sainte Messe sont deux rites d'une meme Célébration

Sur le forum catholique, il y a bien un "prêtre conciliaire" (pseudo Ottaviani) qui se dit émerveillé par les fausses messes anglicanes. Rolling Eyes

Nordland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Lun 3 Sep - 23:56

Nordland a écrit:
Gardian a écrit:
Sur le forum "cité catholique" ils considèrent que la "messe" Paul VI et la Sainte Messe sont deux rites d'une meme Célébration

Sur le forum catholique, il y a bien un "prêtre conciliaire" (pseudo Ottaviani) qui se dit émerveillé par les fausses messes anglicanes. Rolling Eyes

Nordland

Ils me demandent des documents des "papes" Paul VI and co attestant que leur enseignement dévie de la Tradition (pré-conciliaire).

Il est vrai qu'il s'agit d'un concile pastoral, mais ils ont modifiés l'essence meme de la pratique, à commencer par la Messe, à defaut d'avoir toucher aux Dogmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nordland
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 850
Date d'inscription : 25/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Mar 4 Sep - 0:12

Gardian a écrit:


Il est vrai qu'il s'agit d'un concile pastoral, mais ils ont modifiés l'essence meme de la pratique, à commencer par la Messe, à defaut d'avoir toucher aux Dogmes.

Le concile pastoral, ce sont des calembredaines colportées par la FSSPX (une fois de plus !!!).
Par exemple, la constitution Lumen Gentium est une constitution DOGMATIQUE. Et Paul VI a approuvé de facon solennelle TOUS les textes du Concile Vatican II. Je n'ai pas sous la main la formule exacte qu'il a employée (formule jamais citée par la FSSPX comme de juste. Francis l'as tu ?).
Et ce n'est pas les déclarations de Jean XXIII qui n'a signé aucun document du Concile ni les déclarations post-conciliaires de Paul VI qui peuvent changer les faits.
Paul VI a ratifié de son autorité apostolique, dans le Saint Esprit TOUS les textes de ce funeste Concile.

Nordland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Mar 4 Sep - 0:20

Gardian a écrit:
Nordland a écrit:
Gardian a écrit:
Sur le forum "cité catholique" ils considèrent que la "messe" Paul VI et la Sainte Messe sont deux rites d'une meme Célébration

Sur le forum catholique, il y a bien un "prêtre conciliaire" (pseudo Ottaviani) qui se dit émerveillé par les fausses messes anglicanes. Rolling Eyes

Nordland

Ils me demandent des documents des "papes" Paul VI and co attestant que leur enseignement dévie de la Tradition (pré-conciliaire).

Il est vrai qu'il s'agit d'un concile pastoral, mais ils ont modifiés l'essence meme de la pratique, à commencer par la Messe, à defaut d'avoir toucher aux Dogmes.

Les messes anglicanes les émerveillent car elle sont hollywoodiennes, c'est aussi sérieux que cela!
Je ne sais pas pour les anciens rites orientaux (avant le 6ième s) mais la multiplicité des rites respecte l'esprit de la Messe du Pape Saint Grégoire le Grand, qui a institué un culte d'adoration où le peuple se tait! C'est cela qu'il faut retenir .
Auparavant, l'authentique rite romain antique était peut être moins vertical, mais les Pères de l'Eglise étaient là et nous étions au l'aube de la liturgie, près des successeurs directs des témoins du Seigneur!
ce qui est très différent six siècles après, où dans les désordres mérovingiens le "baiser de paix" devenait libidineux. D'où la réforme Grégorienne
L'escroquerie moderniste prétend resssusciter l'authentique église primitive qui n'a jamais existé sauf chez les escrocs et les abrutis. C'est un résumé de V2. Aussi bien en dogmes qu'en liturgie, morale elle aussi touchée, malgré les apparences, pastorale, droit canon.
Car surtout les dogmes sont anéantis ! seuls des mots vides sont restés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Thèsounours
avatar

Nombre de messages : 1787
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Mar 4 Sep - 0:39

Mais Paul VI n'a aucune autorité apostolique ... sauf celle qu'il s'est donné...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nordland
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 850
Date d'inscription : 25/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Mar 4 Sep - 22:40

Nordland a écrit:

Par exemple, la constitution Lumen Gentium est une constitution DOGMATIQUE. Et Paul VI a approuvé de facon solennelle TOUS les textes du Concile Vatican II. Je n'ai pas sous la main la formule exacte qu'il a employée (formule jamais citée par la FSSPX comme de juste. Francis l'as tu ?)

Voici la formule utilisée par Paul VI :

TOUTES ET CHACUNE DES CHOSES QUI SONT EDICTEES DANS CETTE CONSTITUTION ONT PLU AUX PERES. ET NOUS, EN VERTU DU POUVOIR APOSTOLIQUE QUE NOUS TENONS DU CHRIST EN UNION AVEC LES VENERABLES PERES, NOUS L'APPROUVONS, ARRETONS ET DECRETONS DANS LE SAINT ESPRIT, ET NOUS ORDONNONS QUE, POUR LA GLOIRE DE DIEU, CE QUI A ETE AINSI ETABLI CONCILIAIREMENT SOIT PROMULGUE.

ROME, A SAINT PIERRE, LE 21 NOVEMBRE 1964

MOI, PAUL, EVEQUE DE L'EGLISE CATHOLIQUE.

SUIVENT LES SIGNATURES DES PERES.

----------

Voici de quoi démystifier le fameux concile "pastoral".

Nordland
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 983
Localisation : Canada-français
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Mar 4 Sep - 23:16

Nordland a écrit:
Le concile pastoral, ce sont des calembredaines colportées par la FSSPX (une fois de plus !!!).

Voici d'ailleur une note publiée dans "Vatican II, les seizes documents conciliaires" publié aux éditions Fides sous la direction du R.P. P.-A. Martin, c.s.c. avec une préface du Cardinal Paul-Émile Légeren 1967, reproduisant tous les documents de Vatican II, où l'on peut y trouver à la page 173 une note au sujet de l'adjectif "pastorale" dans le titre "constitution pastorale Gaudium et spes"::

Citation :
CONSTITUTION PASTORALE (1) "GAUDIUM ET SPES"

Le (1) renvoie à une note de bas de page:

Citation :
La Constitution pastorale "L'Église et le monde de ce temps" si elle comprend deux parties, constitue cependant un tout.

On l'apelle en effet Constitution "pastorale" parce que, s'appuyant sur des principes doctrinaux, elle entend exprimer les rapports de l'Église et du monde, de l'Église et des hommes d'aujourd'hui. Aussi l'intention pastorale n'est pas absente de la première partie, ni l'intention doctrinale de la seconde.

Dans la première partie, l'Église expose sa doctrine sur l'homme, sur le monde dans lequel l'homme est placé et sur sa manière d'être par rapport à eux. Dans la seconde, elle envisage plus précisément certains aspects de la vie et de la société contemporaines et en particulier les questions et les problèmes qui à cet égard paraissent revêtir aujourd'hui une spéciale urgence. Il s'ensuit que, dans cette dernière partie, les sujets traités, régis par des principes doctrinaux, ne comprennent pas seulement des éléments permanents, mais aussi des éléments contingents.

On doit donc interpréter cette Constitution d'après les normes générales théologique ...


Donc ... Concile pastoral et dogmatique !!!


Dernière édition par le Mar 4 Sep - 23:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 983
Localisation : Canada-français
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Mar 4 Sep - 23:50

Gardian a écrit:
Ils me demandent des documents des "papes" Paul VI and co attestant que leur enseignement dévie de la Tradition (pré-conciliaire).

Voyons un peu:

Montini dans Dignitatis humanae a écrit:
Mais c'est par la médiation de sa conscience que l'homme perçoit les injonctions de la loi divine; c'est elle qu'il est tenu de suivre fidèlement en toutes ses activités pour parvenir à sa fin est Dieu. Il ne doit donc pas être contraint d'agir contre sa conscience. Mais il ne doit pas être empêché non plus d'agir contre sa conscience, surtout en matière religieuse.


Versus:

Grégoire XVI dans Mirari vos a écrit:
De cette source empoisonnée de l'indifférentisme, découle cette maxime fausse et absurde ou plutôt ce délire : qu'on doit procurer et garantir à chacun la liberté de conscience ; erreur des plus contagieuses, à laquelle aplanit la voie cette liberté absolue et sans frein des opinions qui, pour la ruine de l'Église et de l'État, va se répandant de toutes parts, et que certains hommes, par un excès d'impudence, ne craignent pas de représenter comme avantageuse à la religion. Eh ! " quelle mort plus funeste pour les âmes, que la liberté de l'erreur ! " disait saint Augustin (S. Aug. Ep. CLXVI). En voyant ôter ainsi aux hommes tout frein capable de les retenir dans les sentiers de la vérité, entraînés qu'ils sont déjà à leur perte par un naturel enclin au mal, c'est en vérité que nous disons qu'il est ouvert ce " puits de l'abîme " (Apoc. IX, 3), d'où saint Jean vit monter une fumée qui obscurcissait le soleil, et des sauterelles sortir pour la dévastation de la terre.
XV. Il est libre à chaque homme d'embrasser et de professer la religion qu'il aura réputée vraie d'après la lumière de la raison (8, 26).

Proposition également condamnée dans le Syllabus de Pie IX:

Pie IX dans le Syllabus a écrit:

XV. Il est libre à chaque homme d'embrasser et de professer la religion qu'il aura réputée vraie d'après la lumière de la raison.

Aussi ...

Montini dans Dignitatis humanae a écrit:
En outre, par nature, les actes religieux par lesquels, en privé ou publiquement, l'homme s'ordonne à Dieu en vertu d'une décision personnelle [...] le pouvoir civil [...] dépasse ses limites s'il s'arroge le droit de diriger ou d'empêcher les actes religieux.

Versus la proposition condamnée par Pie IX:

Pie IX dans le Syllabus a écrit:
LXXVIII. Aussi c'est avec raison que, dans quelques pays catholiques, la loi a pourvu à ce que les étrangers qui s'y rendent y jouissent de l'exercice public de leurs cultes particuliers.

et encore ...

Montini dans Dignitatis humanae a écrit:
Aux groupes religieux appartient, de même, le droit de ne pas être empêchés d'enseigner et de manifester leur foi publiquement, de vive voix et par écrit.

Proposition condamnée par Pie IX:

Pie IX dans le Syllabus a écrit:
LXXIX. Il est faux que la liberté civile de tous les cultes, et que le plein pouvoir laissé à tous de manifester ouvertement et publiquement toutes leurs pensées et toutes leurs opinions, jettent plus facilement les peuples dans la corruption des mœurs et de l'esprit, et propagent la peste de l'Indifférentisme .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Ven 5 Oct - 14:23

Olivier dit (11:19) a écrit:
Pie XII n'a pas encouragé les démocrates chrétiens à faire la construction européenne?


Voici ci-dessous reproduit un extrait du discours que Pie XII prononça le 6 décembre 1953 devant des juristes catholiques italiens, et qui traite notamment du sujet des Communauté d'Etats.

"Ce Nous est une joie toute spéciale, chers fils de l’Union des Juristes catholiques d’Italie, de vous voir réunis ici autour de Nous et de vous souhaiter cordialement la bienvenue. Au début d’octobre, un autre Congrès de Juristes se rassemblait dans Notre résidence d’été, celui de Droit pénal international . Votre « Congrès » revêt un caractère national, mais le thème qu’il traite : « Nation et Communauté internationale » touche à nouveau les relations entre les peuples et les Etats souverains.

Ce n’est pas par hasard que se multiplient les Congrès pour l’étude des questions internationales, scientifiques et économiques aussi bien que politiques. Le fait évident que les relations entre les individus appartenant à divers peuples et entre ces peuples eux-mêmes gagnent en extension et en profondeur, rend de jour en jour plus urgent un règlement des relations internationales, privées et publiques, d’autant que ce rapprochement mutuel est déterminé non seulement par les possibilités techniques incomparablement plus vastes et par le choix libre, mais aussi par l’action plus pénétrante d’une loi immanente de développement. Il ne faut donc pas le réprimer, mais le favoriser et le promouvoir.

Dans cette œuvre d’extension, les Communautés d’Etats et de peuples ont naturellement une importance particulière, soit qu’elles existent déjà, soit qu’elles ne représentent encore qu’un but à atteindre et à réaliser. Ce sont des Communautés dans lesquelles les Etats souverains, c’est-à-dire ceux qui ne sont subordonnés à aucun autre Etat, s’unissent en une communauté juridique afin de poursuivre des buts juridiques déterminés. Ce serait donner une fausse idée de ces communautés juridiques que de les comparer aux empires du passé ou du présent où des races, des peuples et des états sont fondus de gré ou de force en un complexe unique. En ce cas-ci, au contraire, les Etats restent souverains et s’unissent librement en communauté juridique.

Sous cet aspect, l’histoire universelle qui montre une série continue de luttes pour le pouvoir, pourrait assurément faire apparaître presque comme une utopie l’instauration d’une communauté juridique d’Etats libres. De tels conflits ont été trop souvent déclenchés par la volonté de subjuguer d’autres nations et d’étendre sa propre existence indépendante. Cette fois au contraire, c’est précisément la volonté de prévenir des conflits menaçants qui pousse vers une communauté juridique supranationale ; les considérations utilitaires qui, sans aucun doute, pèsent aussi notablement, sont orientées vers des œuvres de paix ; et finalement, c’est peut-être précisément le rapprochement technique qui a réveillé la foi sommeillant dans l’esprit et le cœur des individus en une communauté supérieure des hommes voulus par le Créateur et s’enracinant dans l’unité de leur origine, de leur nature et de leur fin.

Ces considérations et d’autres similaires montrent que le chemin vers la Communauté des peuples et sa constitution n’a pas comme norme unique et dernière la volonté des Etats mais bien plutôt la nature ou le Créateur. Le droit à l’existence, le droit au respect et à la réputation, le droit à un caractère et à une culture propres, le droit de se développer ; le droit à l’observation des traités internationaux, et les droits équivalents sont des exigences du droit des gens dicté par le nature. Le droit positif des peuples, indispensable lui aussi dans la Communauté des Etats, a pour tâche de définir plus exactement les exigences de la nature et des les appliquer aux circonstances concrètes et de prendre en outre, par une convention qui, librement contractée est devenue obligatoire, des dispositions ultérieures, toujours ordonnées à la fin de la communauté.

Dans cette Communauté, chaque Etat est donc inséré dans l’ordre du droit international et par là dans l’ordre du droit naturel qui soutient et couronne le tout. Par là, il n’est donc plus – il ne fut d’ailleurs jamais – « souverain » au sens d’une absence totale de limites. « Souveraineté », au vrai sens du terme, signifie autarcie et compétence exclusives au point de vue des choses et de l’espace, selon la substance et la forme de l’activité, même dans le cadre du droit international – mais non dans la dépendance par rapport à l’ordre juridique propre de n’importe quel autre Etat. Chaque Etat est immédiatement sujet du droit international. Les Etats auxquels manquerait cette plénitude de compétence ou à qui le droit international ne garantirait pas l’indépendance à l’égard de l’autorité d’un autre Etat ne seraient pas eux-mêmes souverains. Mais aucun Etat ne pourrait se plaindre d’une limitation de sa souveraineté si on lui refusait la permission d’agir arbitrairement et sans égards pour d’autres Etats. La souveraineté n’est pas la divinisation ou la toute-puissance de l’Etat, un peu au sens hégélien ou à la manière d’un positivisme juridique absolu.

A vous qui cultivez le droit, Nous n’avons pas besoin d’expliquer que la création et le fonctionnement d’une véritable Communauté d’Etats surtout si elle englobe tous les peuples, rencontrent une série de tâches et de problèmes parfois extrêmement difficiles et compliqués, que l’on ne peut résoudre par un simple oui ou non. Telle est la question des races et du sang avec ses corollaires biologiques, psychiques et sociaux ; la question des langues, la question des familles et le caractère divers, selon les nations, des relations entre époux, parents et lignées ; la question de l’égalité ou de l’équivalence des droits dans les questions de biens, de contrats et de personnes pour les citoyens d’un Etat souverain qui se trouvent sur le territoire d’un autre dans lequel ils séjournent pour un temps ou s’installent en conservant leur propre nationalité ; la question du droit d’immigration ou d’émigration et d’autres encore.

Le juriste, l’homme politique, l’Etat particulier comme la Communauté des Etats doivent tenir compte ici de toutes les tendances innées des individus et des communautés dans leurs contacts et leurs rapports réciproques, par exemple : la tendance à l’adaptation et l’assimilation, souvent poussée jusqu’à la tentative d’absorption ; ou au contraire, la tendance à l’exclusion et à la destruction de tout ce qui apparaît inassimilable ; la tendance à l’expansion et de nouveau, en sens opposé, la tendance à se refermer et à se séparer, la tendance à se donner entièrement en renonçant à soi-même et par contre, l’attachement à soi avec l’exclusion de tout don aux autres ; le désir du pouvoir, celui de tenir les autres en tutelle, etc. Tous ces dynamismes de conquête ou de défense s’enracinent dans les dispositions naturelles des individus, des peuples, des races et des communautés, dans leurs étroitesses et leurs limitations, où jamais l’on ne trouve réuni tout ce qui est bon et juste. A cause de son infinité, Dieu seul, origine de tout être, renferme en lui-même tout ce qui est bon.

D’après ce que Nous avons exposé, il est facile de déduire le principe théorique fondamental du traitement de ces difficultés et tendances : dans les limites de ce qui est possible et permis, promouvoir ce qui facilite et rend plus efficace l’union, endiguer ce qui la trouble ; supporter parfois ce qu’on ne peut aplanir et ce pour quoi d’autre part on ne pourrait laisser sombrer la communauté des peuples à cause du bien supérieur que l’on attend d’elle. La difficulté réside dans l’application de ce principe."


Il faut savoir que ceux qui ont été présentés comme les "Pères de l'Europe" (les démocrates-chrétiens comme Schuman, De Gasperi et Adenauer) ont toujours fait la distinction entre leur "projet" politique d'unification européenne et leurs "convictions religieuses". Leur projet était donc bel et bien un projet laïc. Il faudrait ajouter que les "Pères de l'Europe" étaient en réalité des hommes de paille et les véritables décideurs étaient ailleurs (Bilderberg, le CFR et Cie). La déclaration ci-jointe de Pie XII ne saurait s'analyser comme un soutien à l'idée d'une "union sans cesse plus étroite" (traité de Rome) entre Etats.
Revenir en haut Aller en bas
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Dim 31 Aoû - 23:45

Citation :
Gardian a écrit:
la démocratie dite Chrétienne, a été encouragée par les papes depuis léon XIII


C'est à mon avis un sujet extrêmement compliqué, qu'il est très dur de résoudre en quelques pages.
Tout ce que je peux dire, c'est que beaucoup s'appuie sur le discours de Pie XII du 25 décembre 1944 pour justifier la pseudo-adhésion des papes à la démocratie. Encore une fois, on se contente d'extraire une phrase d'un discours et l'on se garde bien de mentionner toutes les conditions et remarques qui entourent cette phrase.
Pie XII faisait le constat suivant : dans les régimes actuels (en 1944), l'état intervient beaucoup plus dans la vie de l'homme qu'auparavant. Entre mes arrières grand-parents qui vivaient en quasi-autarcie dans leur Savoie et moi-même où l'état contrôle ma santé, mon compte en banque, mon salaire, ..., il y a évidemment un monde. Et par conséquent, Pie XII développait le fait que l'homme lambda allait être de plus en plus appelé à participer dans la vie de l'état. Mais ce constat ne justifie en rien la démocratie moderne dont l'essence est anti-chrétienne.

D'après Maxence Hecquard, l'encyclique du ralliement de Léon XIII signifique que les catholiques doivent se rallier à une siple "république" de désignation par le suffrage populaire des gouvernants, en vue du bien commun, et à condition que cette république soit soumise à une religion d'Etat catholique ou du moins que la loi civile soit soumise à la loi catholique. Sa concession libérale a renforcé l'ennemi qui a donné 1905.
Parallèlement Bergson avait prétendu que la démocratie était inspirée par l'mour bien qu'il ait dit qu'elle était une machine à faire des hommes des dieux (!). Maritain époux de Raïssa, a suivi cete conception, lui qui a passé la guerre aux USA. Ensuite ARfel dit Madiran a suivi et le mrp
a rallié les derniers cathos à de Gaulle. La démocratie chrétienne a servi à détruire le Catholicisme. Constat objectif. (cf Le Pen aujourd'hui) Dans le discours de Noël de 1944, Pie XII se résignerait au fait que la démocratie était acceptée unanimement.et Subito prétendrait christianiser les notions de droits de l'homme devenues une fatalité absolue. (comment peut on christianiser des principes athées?) en considérant que les mots "droits de l'homme" et autres valeurs modernes, pour leur donner un sens catholique...

En réalité Hecquard reconnait que la démocratie moderne est incompatible avec la catholicisme. Car la démocratie est une idéolologie qui est une méthode immanente (sans trancher la vérité ou l'erreur derrière) en vue d'une action utilitaire et pratique (vitale pour la société)
Cette idéologie est fondée sur la métaphysique d'Epicure, le monde et l'homme ne sont que sur une matière à évolution aléatoire.
Ses propositions de fait sont acceptées par tous les êtres humains sans réfléchir, car par exemple l'Evolution de Darwin serait devenue une vérité scientifique. S'y opposer démontre qu'on serait devenu fou.
Ses valeurs sont la liberté et l'égalité.
Il est demandé au peuple de voter. Car l'élection est la source exclusive du pouvoir légitime exclusif. (l'absention est donc la seule résistance possible aujourd'hui).
Le pouvoir est exercé par une caste de savants qui guident le peuple. Ces maitres ("représentants") lui imposent leur volonté, et l'anticipe. D'où les lois sur les moeurs actuelles, par exemple, ou la construction de l'union européenne malgré les référendums contraires.
Car cette caste agit pour le progrès. La démocratie est un stade humain irréversible de l'humanité, comme la station debout pour le singe primif qui aurait le père de l'homme.
Elle agit aussi pour son bonheur.
Elle fabrique donc les lois, lois qui changent, qui se contredisent dans le temps, en fonction du changement de l'état de l'homme.
(une loi morale secrète intérieure à la conscience individuelle est tolérée mais seulement comme un fantasme personnel chez les individus, les sentiments religieux idem). Chirac dit: aucune loi supérieur n'existe au dessus de la loi civile en France.
LA secte forte de la sanction scientifique (Darwin) de la religion supertitieuse du progrès et du bonheur doit détruire les déviants et les pervers qui osent s'opposer à la démocratie. Car les derniers transgresseurs du dernier tabou moderne sont ceux qui contestent la démocratie.
La caste fabrique la loi qui contient toute la vérité du moment car elle reflète le stade momentané de l'espèce humaine parmi les autres espèces animales. LA loi civile provisoire est donc la seule vérité du "bien" qui est tributaire du niveau de progrès et de bonheur possible.

Après une aussi parfaite analyse d'Hecquard qui avait participé à son université d'été, JP Maugendre de renaissance catholique continue à voter et à déplorer que Sarko n'ait pas respecté ses engagements de lutter contre la pensée unique....
Pitoyable.
size=12][/size]

N.B. Ce qui est vrai pour la démocratie est identique pour la religion nouvelle qui est incompatible avec le catholicisme car notamment la métaphysique qui les fondent respectivement sont opposés comme l'eau et le feu.

+
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   Mar 2 Sep - 1:00

Je complète le résumé de son intervention par deux considérations.
Chaque citoyen de la démocratie est un dieu, parcelle du divin. Donc plus chaque citoyen revendique sa part "de droits de l'homme" dans la grande fête des droits de l'homme (par sa revendication à la consommation, à l'indemnisation, à la non discrimination, etc...) plus en sa personne, par sa personne et avec sa personne, l'humanité (c'est moi qui parodie ici, l'effet cette divinisation)

D'autre part la loi écrite de la démocratie (inflation des lois et règlements, et bientôt organismes mondiaux dotés de tous les pouvoirs de lois et sanctions) déconstruit l'ordre naturel . Autre remarque fondamentale.
Car il faut répéter qu'uil n y a qu'un chaos d'origine qui évolue vers moins de chaos par le hasard, mais aussi par la volonté de certains maîtres éclairés, instruits, qui fabriquent donc des lois, sans cesse; ces lois contiennent tout le bien ! toute la vérité ! toute la seule "liberté" permise aux esclaves citoyens esclaves volontaires et convaincus d'être libérés des religions et des dictatures. Elles évoluent au hasard, et en fonction de la "science" et des possibilités scientifiques "docteur Frankenstein" va modifier le bien et la vérité bientôt!
Ces maitres sont légitimes car il sont élus
ils travaillent pour le progrès scientifique de l'animal humain
et pour son bonheur
le seul tabou et interdit actuel est le risque de régression vers un "ordre moral ou politique antérieur" on a le droit de tuer ce genre de déviants physiquement (Vendée, 14-18, Ukraine, Cambodge etc) ou moralement par la terreur mentale.



J'ai trouvé cette intervention de Hecquar lumineuse et totalement radicale contre la démocratie.
Pour tenter de convaincre ceux qui nous entourent, le langage religieux est trop étranger et trop dur dit Saint Paul, il faut leur donner du lait aux bébés sans dents.
Il faut commencer à démolir la démocratie par des arguments "'scientifiques" . ET ensuite le vide étant fait, il faut montrer l'efficacité de la Chrétienté, et ensuite de fil en aiguille,...
Personnellement cette analyse me confirme qu'il faut voir dans la secte babelienne réellement la société démocratique en miniature. Car en elle on trouve tous les éléments que l'on trouve dans la grande société occidentale civile et politique. La secte babelienne est un atome de la grande société.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X   

Revenir en haut Aller en bas
 
La démocratie "Chrétienne" approuvée depuis leon X
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Potins de la CB : "A trop parler, pêché on fait" Chrétien de Troyes.
» Brezilyen fòme yon "Brigad Desalin" pou ede peyizan ayisyen plante.
» Le" j'accuse "de Fidel par Vernet Larose
» "little kiki", you represent the future of haiti !!!!!
» Une "mi-temps" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: La Cité Catholique (doctrine sociale et politique)-
Sauter vers: