Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Craindre le mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Torquemodo
Aspirant


Nombre de messages : 76
Localisation : Paris - Liban
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Craindre le mal   Jeu 19 Juil - 0:03

Craindre le péché, qui tue l’âme, et non pas la mort, qui ne tue que le corps

La civilisation matérialiste et athée de ce monde considère la vie terrestre comme le bien suprême. Dès lors, on comprend que la mort soit pour elle un objet de craintes immenses, un objet de scandale. Tout est mis en œuvre sur terre dans le seul but de repousser cette échéance, pourtant naturelle. La mort est d’autant plus effrayante pour les gens de ce monde lorsqu’elle vient de manière imprévue, violente. Toute l’énergie de l’humanité moderne, de l’humanité mondaine, est utilisée pour réduire au maximum cette marge d’imprévisibilité. On entre alors dans le ‘tout sécuritaire’.
Cette crainte irrationnelle de la mort colle à la chair non seulement des athées déclarés, mais de quiconque imprégné d’une manière ou d’une autre du libéralisme de l’Occident apostat. Chez les chrétiens du Liban, ce phénomène était totalement absent dans notre société de moines-paysans-guerriers il y a encore un siècle. Il a depuis pris un développement extravagant. C’est le meilleur révélateur de l’impact très profond qu’a eu le libéralisme sur la société libanaise chrétienne. Contrairement à la France et à l’Occident en général, l’apostasie ouverte, l’athéisme militant, y est resté très marginal. Mais face à la mort, face aux violences qui ensanglantent leur pays, de plus en plus de Libanais chrétiens tombent dans la psychose, cette phobie qui est celle des occidentaux décadents. Chez de nombreux de nos compatriotes, la panique de l’âme était bien plus palpable par exemple l’été dernier, en Juillet 2006, où pratiquement aucun chrétien n’a vu son sang couler sous les frappes israéliennes, que durant l’été 1958, quand les nassériens se sont déchaînés contre le Liban, et fait beaucoup plus de victimes !
Ces faits ne trompent pas. La phobie de la mort physique est le meilleur thermomètre pour mesurer à quel degré une société est infectée de libéralisme. Nous allons expliquer pourquoi, en commençant par rappeler la vraie doctrine catholique à ce sujet.

La mort, fin de la vie terrestre, est simplement la séparation du corps et de l’âme, comme le dit l’Eglise catholique mais aussi toute l’œuvre d’Aristote quatre siècles avant. L’âme humaine est immortelle, on peut le prouver avec certitude par la seule raison, de la même manière qu’on peut prouver l’existence de Dieu. Ce ne sera pas ici l’objet de notre étude, simplement nous rappellerons comme indice que contrairement à celle des animaux l’âme humaine produit quelque chose d’impérissable : la pensée, grâce à ses facultés propres que sont la mémoire, l’intelligence et la volonté.

Alors où s’en va l’âme après avoir quitté le corps ? Notre propre raison a soif de justice, elle s’attend à ce que les bons soient récompensés par Dieu, et les mauvais punis. Pas besoin d’avoir la foi pour penser cela. Mais justement, la Révélation vient nous éclaircir cette image de la justice de Dieu et donc de la vie éternelle. Notre Seigneur Jésus-Christ l’a magnifiquement proclamé : les bons seront avec lui au Paradis, et pour les méchants Il avait des phrases si fortes que si elles avaient été entendues aujourd’hui elles seraient jugées comme une atteinte flagrante aux ‘Droits de l’Homme’ ! Voici ce qu’il disait aux Pharisiens : ‘Retirez-vous de moi, maudits, et allez brûler au Feu Eternel qui a été préparé pour le Diable et pour ses Anges !’ (St Matthieu, XXV,31). Il y a ainsi rien que dans les Evangiles une dizaine de mentions de l’Enfer. Tout chrétien ayant vraiment la Foi est capable de comprendre que si Notre-Seigneur parle ainsi de l’Enfer, c’est bien qu’il s’agit de tout sauf une légende, un mythe inventé par l’Eglise pour nous faire peur ! C’est au contraire, comme l’est le Paradis, une vérité de foi, infiniment plus vraie que toute vérité issue d’un quelconque raisonnement scientifique ! Si la raison de l’homme moderne est capable d’adhérer à des vérités issues des sciences expérimentales, constatées par des raisonnements sains et rigoureux, alors pourquoi est-elle incapable de tenir comme absolument certain tout ce qui a été dit par Celui qui est la Vérité en personne ?
- Parce que quand l’homme se fait dieu la raison n’est capable d’adhérer qu’à ce qui vient d’elle-même…

Nous voilà donc persuadés, absolument certains, de l’existence d’un Enfer qui en réalité est infiniment plus cruel que tout ce qu’ont pu en raconter les mythologies humaines. Est-ce que c’est cette vérité de l’Enfer elle-même qui doit nous effrayer ? Non, car il existe aussi le Paradis, dans lequel, auprès de Dieu, nous connaîtrons un bonheur qui lui aussi à son tour est inconcevable pour nos âmes terrestres. L’existence terrestre n’est qu’une infime partie de notre vraie vie. D’ailleurs Notre-Seigneur nous dit que au jour du Jugement Dernier, c’est à dire à la Fin du Monde, donc dans peut-être longtemps encore, mais bien un jour, notre âme retrouvera son corps, ce sera la résurrection de la chair, et alors nous vivrons corps et âme pour l’éternité.
Où vivrons-nous ?
- Et bien c’est maintenant, dans notre vie terrestre, que tout se décide ! Alors que vaut notre misérable phobie de la mort terrestre, devant l’atrocité de la mort éternelle qu’est l’Enfer ?
Pour éviter les tourments inimaginables du Feu Eternel, il n’y a qu’un seul moyen, et ce moyen marche à tous les coups, c’est éviter le péché !

Alors au lieu de craindre cet instant où nous allons quitter la terre, dont seul Dieu décide, pourquoi ne pas craindre la vraie mort, ce danger mortel qu’est le péché, que par nous-mêmes nous pouvons éviter ?
Malheureux les libéraux qui ne croiront vraiment à l’Enfer que lorsqu’ils seront tombés dedans !
Quand nous ne sommes plus absolument certains, en toute raison, que les 99,99…% de la vie qui nous attend ne sera pas de ce monde, alors tout simplement on perd la raison, et on attrape la phobie de la mort !

Pourquoi encore craindre la mort corporelle, la mort de ce monde, alors que Dieu nous dit que à la suite des martyrs, à Son exemple-même, tous ceux qui auront quitté la terre en état de grâce auront au ciel une récompense infinie et éternelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapoudre.hautetfort.com
 
Craindre le mal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Lune n’a rien à craindre des Loups…
» Antiope - Je ne tiens pas assez à la vie pour craindre la mort...
» Ai-je besoin de te craindre moi aussi ? [pv Arseliann]
» L’œil d'Enteris, Artémius d'Hespéria
» Dans la vallée de l'ombre, ne craindre aucun mal [Madison]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Religion, doctrine, apologétique-
Sauter vers: