Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Hallucinant : danse des adorateurs du pain !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abbé Grossin
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Jeu 14 Juin - 22:15

http://www.youtube.com/watch?v=sRULNTperWE

affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
Credo
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1347
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Jeu 14 Juin - 22:20

Au début, j'ai cru à un nouveau monty python. Si, si. Laughing

Mais bon, ce qui est terrifiant, c'est le Noachisme qui avance....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.a-c-r-f.com/
Martial Demolins
Chevalier


Nombre de messages : 647
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Jeu 14 Juin - 22:22

Est-ce que le sacrilège existe même si ce n'est que du pain?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Grossin
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Jeu 14 Juin - 22:31

Oui, sans aucun doute, puisque dans l'esprit des gens, c'est Jésus ou quelque chose de sacré dans une église. Mais c'est moins grave que si il y avait la présence réelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
Credo
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1347
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Jeu 14 Juin - 22:40

Mais le message est clair!!! La danse n'est pas "neutre", surtout quand on voit des "évêques" recyclés dans les écoles rabbiniques aux USA...Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.a-c-r-f.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 0:07

Credo a écrit:
ce qui est terrifiant, c'est le Noachisme qui avance....

Ce qui est encore plus terrifiant, c'est que les catholiques de la "Tradition" ne s'en rendent absolument pas compte.
Voyez donc ce fil. Ils n'ont rien compris, n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Credo
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1347
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 0:14

Bah c'est normal...L'Una-Cum antichristique n'est pas "innocent" et laisse des traces. Mais c'est vrai, ils sont mûrs:

Citation :
Vive la messe en araméen... qui est en usage chez les catholiques de rite syro-chaldéen. Langue très proche de l'hébreu qui était parlée par le peuple au temps du vivant de NSJC, l'hébreu étant plutôt la langue de l'élite en même temps que celle des textes sacrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.a-c-r-f.com/
Etienne VII
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 687
Localisation : Mon coeur en Bretagne, mes pieds en France, mon âme au Ciel.
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 1:39

Garcia Moreno a écrit:
Credo a écrit:
ce qui est terrifiant, c'est le Noachisme qui avance....

Ce qui est encore plus terrifiant, c'est que les catholiques de la "Tradition" ne s'en rendent absolument pas compte.
Voyez donc ce fil. Ils n'ont rien compris, n'est-ce pas?

Avis " catholique " sur le fil en question (je souligne) :

" je n'ai strictement rien contre la Messe en hébreu, surtout si elle est célébrée à peu près correctement."
==> C'est sur Le forum catholique et nulle part ailleurs ! Les satanistes, eux au moins, ne font pas dans l'à peu près !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torquemodo
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 76
Localisation : Paris - Liban
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 10:55

Citation :
l'hébreu étant plutôt la langue de l'élite en même temps que celle des textes sacrés.
C'est du pur mensonge ! L'hébreu talmudique n'a jamais été la langue de Notre-Seigneur, de même que le judaïsme talmudique n'a jamais été sa religion.
Pour nous chrétiens d'Orient qui avons la messe en araméen depuis Saint Pierre, entendre la messe en hébreu ça nous fait le même effet que si vous vous aviez la messe en latin académique, et qu'on vous prétende que c'était ça la langue de la messe de toujours !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapoudre.hautetfort.com
Parvulus
Page
avatar

Nombre de messages : 115
Localisation : «Un saint triste est un triste saint.»
Date d'inscription : 08/05/2007

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 11:09

Torquemodo a écrit:
Citation :
l'hébreu étant plutôt la langue de l'élite en même temps que celle des textes sacrés.
C'est du pur mensonge ! L'hébreu talmudique n'a jamais été la langue de Notre-Seigneur, de même que le judaïsme talmudique n'a jamais été sa religion.
Pour nous chrétiens d'Orient qui avons la messe en araméen depuis Saint Pierre, entendre la messe en hébreu ça nous fait le même effet que si vous vous aviez la messe en latin académique, et qu'on vous prétende que c'était ça la langue de la messe de toujours !

Bonjour, Torquemodo.

Faites-vous une différence entre l'hébreu biblique (dans lequel, par exemple, Notre-Seigneur a lu un extrait de la Thorah dans la synagogue de Capharnaüm) et l'hébreu talmudique? Et, si oui, pouvez-vous expliquer en quoi consistent ces différences?

Merci d'avance.


Dernière édition par le Ven 15 Juin - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 11:11

C'est de pire en pire! Je réalise qu'il y a également ce fil sur la danse des adorateurs du pain.

"A dire vrai, plus j'avance dans le visonnage du clip, plus je me pose la question du bien fondé de ce malaise.
Après tout, les danses du roi David devant l'Arche d'Alliance différaient-elles tant que cela de cette scène ?
Qui sommes-nous pour juger à l'aune de notre sensibilité cette expression enthousiaste de la foi en la présence réelle ?"

"Il me semble qu'effectivement, ces danses un peu folles autour du Saint-Sacrement manifestent de façon extrêmement éloquente la Présence Réelle."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 11:54

Il devraient chanter hava naguila, ça serait plus entrainant pour le public.

Les una cum ne captent rien et trouvent ça bien, et comment voulez-vous parler de l'Eglise aux non-croyants quand l'image qu'ils en ont c'est ça, et la life parade ??? Au secours !
Revenir en haut Aller en bas
Pascal
Postulant
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 13:42

Il faut bien exterioriser sa joie ? tellement exteriorisee qu on ne garde plus aucune spiritualité jubilatoire à l interieur de soi , plus aucune retenue , on se lâche quoi ! Que dire de ce show ? c est pathétique , au mieux amusant , cela prête à sourire et surtout cela donne une image de secte ; rien de bien catholique à tout cela et ce n est pas ainsi qu on ira à la pêche aux âmes : tout un "marketing spirituel" à repenser ! ah oui j oubliais le "sacro-saint" et incontournable concept du modernisme ...un peu dans la continuité de la 'vie est un long fleuve tranquille'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torquemodo
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 76
Localisation : Paris - Liban
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 21:33

En effet des travaux d'historiens ont pu mettre en évidence de subtiles différences entre l'hébreu biblique et l'hébreu talmudique.
Voir au lien suivant, en bas de page: http://www.erudit.org/revue/meta/1998/v43/n1/004632ar.html

Il parait aussi que le Talmud emploie un mot hébreu spécifique pour dire 'résurecction d'entre les morts' (on se demande pourquoi..)

En tout cas ce qui est du pur mensonge c'est prétendre que l'hébreu a été la langue liturgique des premiers chrétiens. C'est totalement faux, depuis pratiquement Saint Pierre c'est en araméen que se célèbrent les messes de l'Eglise d'Orient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapoudre.hautetfort.com
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 22:32

Torquemodo a écrit:
En effet des travaux d'historiens ont pu mettre en évidence de subtiles différences entre l'hébreu biblique et l'hébreu talmudique.
Voir au lien suivant, en bas de page: http://www.erudit.org/revue/meta/1998/v43/n1/004632ar.html

Il parait aussi que le Talmud emploie un mot hébreu spécifique pour dire 'résurrection d'entre les morts' (on se demande pourquoi..)

En tout cas ce qui est du pur mensonge c'est prétendre que l'hébreu a été la langue liturgique des premiers chrétiens. C'est totalement faux, depuis pratiquement Saint Pierre c'est en araméen que se célèbrent les messes de l'Eglise d'Orient.

je crois qu'il y a trois hébreux le classique, entre l'Exil et l'époque hasmonéenne, celui de qumran ( moins premier siècle) et celui de pirké aboth (talmud) les premiers siècles ;la septante a traduit l'hébreu classique en grec. Est ce cela ?

Mais comme vous le dites, la langue courante était l'araméen, et les liturgies orientales les plus anciennes sont en cette langue. Et la question de la langue est aussi subsidiaire. Notre Seigneur avant sa Passion a chanté le "Hilel", cela suffirait-il à christianiser le hilel ? pareillement pour le rite de la circoncision...

La question principale est la vraie Messe, qui a été portée à sa perfection avec le rite de St Pie V, par un développement scrupuleux et par un perfectionnement du dogme d'origine, à savoir le Saint Sacrifice unique de NSJC, rendu présent. Une langue doit uniquement exprimer avec précision cette Réalité initiale: l'araméen l'exprime certainement plus facilement, qu'une langue abstraite comme le grec, dont le latin n'est qu'une traduction. A la limite, on pourrait célébrer en langue vulgaire la Saint Messe de Saint Pie V, et commémorer en hébreu, une cène protestante!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   Ven 15 Juin - 22:42

En réponse à ce que disent Garcia et Pascal voici un avis pêché fortuitement sur un site:

Citation :
Avec deux masques comme emblème l'Institut Biblique Européen annonce des cours de mime pour l'évangélisation, comme expression de l'adoration de Dieu, pour accompagner les chants de louange et pour illustrer un sermon ou une prophétie!

Au risque de passer pour des «demeurés» dans un monde religieux en pleine évolution nous osons dire que l'adoration, la louange, la prédication de la Parole de Dieu, etc. n'ont pas vraiment besoin de comédiens, de mimiques, de masques, de simagrées pour produire un effet spirituel. Parce que la Parole de Dieu est vivante et efficace (Héb. 4:12), elle a toujours de l'effet quand elle est présentée fidèlement (Héb. 2:12). Dieu dit que sa Parole ne retourne pas à lui sans effet, sans avoir exécuté sa volonté (Es. 55: 11). Elle juge les sentiments et les pensées du coeur (Héb. 4:12), mais son effet est double: elle offre le salut à ceux qui la reçoivent et annonce la condamnation à ceux qui la rejettent. C'est ainsi que les messagers de la Parole de Dieu sont aussi aux uns odeur de vie, donnant la vie, et aux autres odeur de mort, donnant la mort (2 Cor. 2:15-16).
Mimétisme, parodies et autres arts et artifices peuvent fausser le résultat, produire une apparence de vie et de piété (2 Tim. 3:5). L'Esprit de Dieu seul convainc de péché, de justice et de jugement (Jean 16:8-12) et il transforme nos vies en nous rendant capables d'adorer et de servir Dieu. Jésus a dit: «Les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité: car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité» (Jean 4:23-24).
Journal de l'IBE, Lamorlaye (Oise)


je reposte ici ce que j'ai dit sur DLV au sujet de cette complaisance qu'on pourrait avoir au sujet de la danse sacrée du "jésuite" indien qui dansait devant Subito
et qui serait admissible dans la Prière Catholique !

Citation :
la danse est une expression de la "mystique naturelle" qui existe dans toutes les cultures, c'est une forme esthétique de la transe, c'est simplement une forme plus élaborée et symbolique que ce qui se passe encore aujourd'hui dans les "rave " ou dans les boîtes.
On dansait dans les temples orphiques en Grèce, en Egypte, à Babylone comme encore aujourd'hui avec les copains de ce malade mental de "zézuite" ou de la vieille mere terezaza de calcutta.
On dansait aux abords du Temple de Jérusalem lors de la fête de l'Eau encore à l'époque de NSJC. Mais ceux qui dansaient étaient déjà gravement contaminé par cette mystique naturelle de la merkabbah
ancêtres de ceux qui ont mis en forme ensuite la religion talmudique, et de sa section mystique la kabbale!


Un catholique ne doit pas prier en dansant ni en faisant des patomimes ni des simagrées comme le prétendent les imposteurs subito wjoltyla et ratz, ce n'est pas la même Religion! qu'est ce que la prière ? il faut lire les vulgarisations de l'enseignement de Sainte thérèse d'Avila. notre boussole est plutôt de ce côté là que du côté de v2 , ("boussole" bien hypocrite de thanouarn )

tout se tient !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal
avatar

Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: www.catholica.presse.fr   Sam 29 Déc - 19:36

Christina Campo (Bernard Marchadier, catholica n. 94)

[...] Sa conversion l’amène à jeter un regard nouveau sur les écrits de Simone Weil, qui, par bien des aspects, avait été pour elle une sorte de maîtresse des novices. " Pour ceux qui étaient devant la porte Simone Weil dégagea d’un seul coup, souverainement, une grande portion du terrain qui les séparait du sanctuaire. " [1] Ses livres " purgèrent radicalement et pour toujours le meilleur d’une génération des mythes éculés de la raison, des légendes sentimentales à happy end , de la science, des fragiles tabous de l’histoire et de la psychologie, des théologies terroristes du progrès qui depuis deux siècles au moins paralysaient ou déformaient les opérations les plus élémentaires de la connaissance. " Pour autant, l’inventaire du malheur sur la terre que dresse Simone Weil " ne touche qu’assez indirectement les zones où l’infortune est encore plus inguérissable : le déracinement religieux, par exemple, la faim inapaisée de connaissance spirituelle, la corruption systématique des idées, l’attention constamment détournée de son unique et naturelle destination …" [2] Simone Weil, totalement imperméable aux beautés des canons du Concile de Trente, professait selon Cristina un " anticatholicisme de manuel ". Pour le surmonter, il eût fallu qu’elle procédât " à une révision radicale de sa propre culture, et pas seulement de sa culture intellectuelle ". Ce qui lui manqua surtout, c’est un maître spirituel autre que " ce minable père Perrin " [3] qui, " victime d’une habitude propre aux époques de décadence […], accorda le maximum et demanda le minimum […]. Un théologien plus profond et plus rigoureux lui aurait refusé le baptême tout court , sans tenter ni la conciliation ni le pathos . Et, selon toute probabilité, Simone Weil aurait plié le genou. " Or on la laissa dans une " consternante désinformation, sans lui mettre entre les mains un Enchiridion [4] , " ni les Pères d’Occident et d’Orient. " Bref, il manqua à Simone Weil la rencontre avec la tradition à la fois la plus ancienne et la plus classique du catholicisme " [5] De son propre aveu, Simone Weil n’aimait pas l’Eglise. Mais, note Cristina Campo, on aurait pu lui apprendre à en chercher le visage vivant " dans les constellations tournantes de ses cérémonies (cette rotation des étoiles fixes qu’est l’acte éternel de la Trinité) et dans l’unique étoile fixe de chaque âme de juste foi. Un tout petit peu mieux orientée, Simone Weil aurait découvert ces divines géométries de l’Eglise comme un Grec qui lui était cher découvrit la danse des astres dans celles que l’on faisait autour des initiés d’Eleusis. " [6] De nos jours, conclut Cristina Campo, Simone Weil constaterait que, selon son voeu, l’Eglise catholique a effectivement changé. Mais avec tout ce qu’elle souhaitait voir disparaître a aussi disparu tout ce qu’elle aimait dans l’Eglise.

En effet, l’Eglise catholique changeait, et c’est peu de temps après la conversion de Cristina Campo que la liturgie latine, dans le sillage du Concile Vatican II, commença à être modifiée en profondeur. Tout un monde disparaissait. Elle qui venait d’en découvrir les splendeurs, qui se nourrissait de sa beauté, en fut horrifiée. " Aujourd’hui, on dirait que la terreur insensée qui pousse l’homme à agresser la nature à l’instant même qu’il la fuit, l’incite aussi à interrompre le grand exorcisme spirituel du geste, en y introduisant toujours plus aveuglément des éléments de vie profane : voix défaites, ordres, éclairages inopportuns, objets étrangers au rituel et, monstrueux, le microphone qui rend grotesque la voix humaine, absurdes les vêtements tragiques, anachroniques le geste cérémoniel – car, lors d’un saccage, c’est toujours ce qui est noble qui est d’abord sacrifié . " [7] Et Cristina Campo de relever, remarquablement, que " le sacré a toujours souffert de la dégradation du profane ". En effet, l’effondrement liturgique n’est pas d’abord lié à une hypothétique volonté de blasphème ; il accompagne, souvent sous couvert de préoccupations " généreuses " [8] , d’autres écroulements des formes, des " dégradations du profane " non seulement dans ce qu’il est convenu d’appeler " les arts " mais aussi dans maintes réalités de la vie humaine ou activités qui n’ont pas un rapport immédiat avec les arts, qu’il s’agisse de la grammaire, des usages sociaux, de la guerre, des rapports amoureux, voire de la simple cuisine. L’hérésie de l’informe n’a pas touché que l’Eglise, elle a gagné aussi les autres institutions que sont la famille, l’école, la justice et la cité. [9] Jusqu’à, par un entraînement logique et fatal, la notion même de personne humaine. C’est dans l’effondrement général qu’il faut situer l’effondrement liturgique, qui en est la manifestation la plus grave car l’oubli des gestes sacrés affecte l’homme à sa pointe la plus élevée, celle par laquelle il touche à la Divinité.

Cristina Campo ne se résigne pas à l’entropie induite par la modernité, et sa nature ardente la pousse à se lancer dans la bataille pour sauver la liturgie, même si elle n’a qu’un confiance limitée en ses forces. Presque seule, elle rédige et publie le 5 février 1966 une lettre-manifeste adressée au Pape, qui recueille 37 signatures d’artistes et intellectuels, dont Wystan Hugh Auden, Jorge Luis Borges, Robert Bresson, Benjamin Britten, Pablo Casals, Elena Croce, Giogio de Chirico, Augusto del Noce, Lanza del Vasto, Carl Theodor Dreyer, Julien Green, Gabriel Marcel, Jacques Maritain, François Mauriac, Victoria Ocampo, Evelyn Waugh et Elemire Zolla [10] . Le pape prendra cet appel en compte, publiant quelque temps après la Lettre apostolique Sacrificium Laudis, qui confirme la nécessité de maintenir le latin dans les offices conventuels. On sait néanmoins ce qu’il en fut dans la réalité. Les forces du " progrès " (" cette idée athée par excellence ", comme disait Simone Weil) allaient partout déferler et rendre cette lettre sans effet.

C’est à l’initiative de Cristina Campo que fut créée le 7 juin 1966 la branche italienne de l’association Una Voce , initialement fondée en France. Jusqu’en 1972 où, épuisée, elle se retira des premières lignes, Cristina fut de toutes les batailles d’ Una Voce, incitant les adhérents à recueillir partout où ils en trouvaient des missels, bréviaires et pontificaux d’avant la réforme, rencontrant Mgr Lefèbvre – dont elle évoqua par la suite " l’exquise politesse" -- faisant enregistrer les offices en grégorien, distribuant les bulletins d’ Una Voce , dont beaucoup étaient de sa plume. [11] En avril 1969, quand fut présenté le nouveau schéma de la messe en langue vernaculaire, c’est elle qui organisa une contre-commission de liturgistes qui aboutit à un " Bref examen critique du nouvel ordo missae " rédigé par elle et signé par les cardinaux Ottaviani et Bacci. Ce document, présenté au pape le 25 septembre 1969, fut ensuite soumis à la Sainte Congrégation pour la doctrine de la foi, qui en conclut qu’il contenait " de nombreuses affirmations superficielles, exagérées, inexactes, passionnées et fausses " [12] . Rome avait parlé.

Mais Cristina n’était plus certaine que Rome était encore dans Rome. Ce n’était à ses yeux pas un hasard si le bouleversement de la liturgie catholique était contemporain de la destruction de la civilisation tibétaine par les Chinois. Les deux catastrophes " naissaient d’un même principe : l’oubli, non seulement de la dimension verticale de la pensée, mais de la garantie verticale du monde qui est beaucoup plus que de l’impiété : un suicide. " [13]

Pour échapper à la lèpre moderne qui n’avait pas épargné son cher Sant’ Anselmo, Cristina se mit à fréquenter le Collège pontifical russe, dit " Russicum ", où la liturgie ne fut jamais " réformée ". Le Russicum devient " l’émeraude de ses semaines " : elle s’initie au rite byzantin, adopte le culte des icônes, médite les Récits d’un pèlerin russe [14] , apprend le slavon, participe chaque année aux grandioses cérémonies de la Pâque russe. Pour beaucoup de convertis de sa génération et de la génération suivante qui, en Italie, en France ou ailleurs, étaient en quête du numineux chrétien, les refrains et guitares devenus les inévitables accessoires de " célébrations " dont le modèle esthétique se situait quelque part entre le meeting syndical et l’émission de variétés eurent un effet de repoussoir, et nombreux furent alors ceux qui, lecteurs ou non de Huysmans ou de Guénon, se tournèrent vers l’Orient chrétien pour adorer un Christ aimé et recherché. A Paris, l’un des équivalents du Russicum de Cristina Campo fut sans doute alors l’église Saint-Julien le Pauvre, de rite melkite. Depuis cette époque, les icônes, ou plutôt leurs reproductions, se sont partout répandues, jusque dans les églises de campagne les plus reculées ; les communautés monastiques nouvelles (fraternités de Bethléem ou de Jérusalem, par exemple) qui virent le jour au cours des années 70 et qui attirèrent tant de ces nouveaux convertis tout aussi ardents qu’ignorants non seulement du rite grégorien (qu’ils n’avaient jamais connu) mais des vérités du Catéchisme (qu’on ne leur avait pas enseigné) adoptèrent elles aussi les icônes, mélodies et rites (prosternations, prières liturgiques) propres aux Eglises orientales. Cristina Campo, sur ce point, emprunta le même itinéraire que beaucoup, mais à sa façon à elle, toute d’exigence, de précision, de science et de souci de la vraie beauté. Sans rien oublier non plus des splendeurs piétinées de l’Occident. A côté du magnifique Diaire byzantin qu’elle consacra à la liturgie byzantine elle composa un poème intitulé Missa Romana [15]. Il se termine sur ces vers, qui montrent bien à quelle hauteur elle avait su porter l’alliance du sens poétique et du sens liturgique:

On ne peut naître mais

On peut mourir

Innocent. [16]

Elle mourut chez elle, sur l’Aventin, dans la nuit du 10 au 11 janvier 1977, d’une crise cardiaque à peine plus grave que toutes celles qui l’avait précédée. Ainsi s’éteignait une voix que l’on peut qualifier, en reprenant les termes que Cristina Campo elle-même appliqua à la poétesse Marianne Moore, de " simple, rare, subtile, royale, vertigineuse, limpide, patiente, rigoureuse, décidée, austère, essentielle, ferme, érudite et discrète " [17]. Trente ans après sa mort, le vacarme et le chaos du monde n’ayant sans doute pas diminué, il n’est pas sans importance de pouvoir entendre à nouveau cette frêle flûte au son si juste et si plein.

BERNARD MARCHADIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hallucinant : danse des adorateurs du pain !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hallucinant : danse des adorateurs du pain !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Danse ta vie vie, danse [Alex]
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Crise de l'Eglise-
Sauter vers: