Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Greffe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
E-M Laugier
Sénéchal


Nombre de messages : 1781
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Greffe   Mer 23 Mai - 21:31

Je suis contre les dons d'organes, prélévés sur un corps décédé, on en touche pas aux morts !!

Par contre je pense que les dons de moelles osseusses ou d'un rein, peuvent être acceptable, si c'est pour quelqu'un de proche surtout.

Qu'en pensez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
écureuil
Postulant


Nombre de messages : 44
Localisation : En exil
Date d'inscription : 22/04/2007

MessageSujet: Re: Greffe   Mer 23 Mai - 21:52

Oui, ça devient lourd, la propagande humaniste pro-greffe.
J'ai dit à mon entourage que je refusais qu'on donne mes organes si la question se posait. Je ne sais pas si je peux avoir confiance, j'ai peur qu'ils se servent quand même.


Dernière édition par le Mer 23 Mai - 22:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Mer 23 Mai - 21:58

Le don d'organe n'est point catholique, surtout pour certains organes vitaux comme le coeur où on est obligé de tuer la personne car le coeur doit battre encore quand on le prélève !

Cette poursuite effrénée aux organes révèle un refus de la mort qu'on n'hésite pas un instant à donner aux embryons ! Cette société est folle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
E-M Laugier
Sénéchal


Nombre de messages : 1781
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Mer 23 Mai - 22:11

Abbé Grossin a écrit:
Le don d'organe n'est point catholique, surtout pour certains organes vitaux comme le coeur où on est obligé de tuer la personne car le coeur doit battre encore quand on le prélève !

Cette poursuite effrénée aux organes révèle un refus de la mort qu'on n'hésite pas un instant à donner aux embryons ! Cette société est folle !
et d'un autre coté on ne prepare plus les personnes à cela Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Torquemodo
Aspirant


Nombre de messages : 76
Localisation : Paris - Liban
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Greffe   Mer 23 Mai - 23:02

Je pense qu'on ne devrait pas enlever à un mort un organne qu'on enlèverait à un vivant. Car il ne faut pas oublier que le corps des morts est appelé à revivre au jour du Jugement Dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapoudre.hautetfort.com
E-M Laugier
Sénéchal


Nombre de messages : 1781
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Mer 23 Mai - 23:10

Torquemodo a écrit:
Je pense qu'on ne devrait pas enlever à un mort un organne qu'on enlèverait à un vivant. Car il ne faut pas oublier que le corps des morts est appelé à revivre au jour du Jugement Dernier.

Très important ça, merci de nous l'apprendre Wink
du coup les choses sont plus claires

pas de dons d'organes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luernos
Sénéchal


Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Mer 23 Mai - 23:14

je sais qu'un jour viendra....
où dans ma propre chair ....
je verrai Dieu !
mon rédempteur !

cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 632
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Jeu 24 Mai - 9:36

Pour être sûr que l'on ne vous prélève pas tous vos organes, en cas d'accident, et si vos proches ne sont pas joignables rapidement (ce qui peut facilement arriver, au cours d'un voyage, par exemple...), il est indispensable d'exprimer son refus sur le RNR (Registre National du Refus), à l'aide du document suivant:


http://www.agence-biomedecine.fr/fr/doc/inscrip_rnr.pdf



Ne pas oublier que les chirurgiens transplanteurs sont de véritables rapaces!

Et dans la plupart des cas, ils prélèvent vos organes AVANT votre mort réelle... Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E-M Laugier
Sénéchal


Nombre de messages : 1781
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Jeu 24 Mai - 10:18

Ar-Ka. a écrit:
Pour être sûr que l'on ne vous prélève pas tous vos organes, en cas d'accident, et si vos proches ne sont pas joignables rapidement (ce qui peut facilement arriver, au cours d'un voyage, par exemple...), il est indispensable d'exprimer son refus sur le RNR (Registre National du Refus), à l'aide du document suivant:


http://www.agence-biomedecine.fr/fr/doc/inscrip_rnr.pdf



Ne pas oublier que les chirurgiens transplanteurs sont de véritables rapaces!

Et dans la plupart des cas, ils prélèvent vos organes AVANT votre mort réelle... Twisted Evil

Prions pour ar-ka (et remercions le) qui nous donne ce si precieux document. Very Happy
j'ai toujours eu la paresse de le rechercher Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory-regis
Aspirant


Nombre de messages : 86
Age : 31
Localisation : France
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Jeu 24 Mai - 14:42

Qu'en est il du don du sang? Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etienne VII
Chevalier


Nombre de messages : 687
Localisation : Mon coeur en Bretagne, mes pieds en France, mon âme au Ciel.
Date d'inscription : 03/10/2006

MessageSujet: Toujours vivant !   Ven 25 Mai - 13:06

Sachez que le prélèvement d'un organe, quel qu'il soit, se fait TOUJOURS sur une personne VIVANTE !
Ah les beaux progrès médicaux que voilà...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Ven 25 Mai - 13:41

Gregory-regis a écrit:
Qu'en est il du don du sang? Embarassed

L'organisme reconstitue rapidement le stock de globules rouges perdus lors du don du sang. Il ne s'agit donc pas à proprement parler d'une mutilation de la chair...A moins que je ne me trompe? Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Ven 25 Mai - 18:17

si notre corps rejette la greffe,c'est bien parce qu'il y a une raison.
Revenir en haut Aller en bas
Ar-Ka.
Chevalier


Nombre de messages : 632
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Mer 24 Oct - 20:24

Précisions utiles sur les circontances présidant aux transplantations d'organes humains:

L’arrêt cardiaque ne signifie plus simplement la mort de l’individu. La loi du 21 avril 2005 établit la procédure des prélèvements d’organes "à cœur arrêté" - procédure qui permet qu’une situation d’arrêt cardiaque devienne une source de greffons. Un patient dont les fonctions cardio-respiratoires sont en arrêt persistant peut désormais devenir donneur d’organes. Dans cette situation, le foie, les reins et les poumons peuvent être prélevés: les reins constituent l’essentiel des greffons prélevés, néanmoins des équipes pilotes étudient actuellement la possibilité de prélever les poumons sur donneurs "à cœur arrêté". Afin d’éviter toute confusion, rappelons que les donneurs "décédés" peuvent être en état de mort encéphalique (dans ce cas le coeur peut être prélevé), ou en état d’arrêt cardiaque et circulatoire persistant (dans ce cas, le coeur ne peut pas être prélevé, car il serait en trop mauvais état pour être greffé avec succès). Le cœur peut être prélevé sur des patients en état de mort encéphalique uniquement.

1. La technique de prélèvement d’organes dite "à coeur arrêté" :
Après avoir été abandonnés vers la fin des années 60, puisqu’entre 1968 et 2006, seuls les prélèvements d’organes sur donneurs en état de mort encéphalique ont été pratiqués en France (pour ce qui est des donneurs "décédés"), les prélèvements "à coeur arrêté" ont repris en 2006. Cette technique de prélèvement d’organes, sur patients "en état d’arrêt cardiaque et circulatoire persistant", est très utilisée dans certains pays, où elle peut concerner jusqu’à 50 % des donneurs.
Le saviez-vous ? Parmi les premiers prélèvements d’organes effectués en France, beaucoup l’ont été sur patients "à cœur arrêté". Il ne s’agit donc pas là d’une nouvelle technique. Une anecdote quelque peu macabre : les premiers prélèvements de reins effectués en France dans cette situation l’ont été sur des condamnés à mort, guillotinés à la prison de La Santé. Juste après leur exécution, une équipe médicale se précipitait sur eux, afin de remplacer leur sang par des liquides de refroidissement, et une ambulance conduisait à l’hôpital ces "candidats" au prélèvement d’organes (reins)...

2. Prélèvements "à coeur arrêté" et classification de Maastricht :
Récemment, à l’échelle internationale, cinq types de situations pouvant conduire à un prélèvement à cœur arrêté ont été identifiées dans une classification dite ’de Maastricht’, qui décrit les donneurs potentiels :
Classe I : Les personnes qui arrivent à l’hôpital en arrêt cardiaque et pour lesquelles le prélèvement d’organes est envisagé si la durée de l’arrêt cardiaque est inférieure à 30 minutes. Il s’agit d’un arrêt cardiaque constaté en dehors de tout secours médical ou paramédical et s’avérant immédiatement ou secondairement irréversible.
Classe II : Les personnes qui ont un arrêt cardiaque en présence des secours, et dont la réanimation (massage cardiaque et respiration artificielle) échoue. C’est l’arrêt cardiaque dit "réfractaire".
Classe III : Arrêt cardiaque irréversible survenu après arrêt des soins programmé. Les personnes pour lesquelles on décide d’un arrêt de la réanimation. Il y a non pas échec de la réanimation, mais arrêt des soins. Cette situation représente dans certains pays étrangers la source de prélèvement la plus importante (aux Etats-Unis notamment) et la plus facile à organiser. Elle n’est pas envisagée en France pour l’instant, afin d’éviter toute confusion entre une décision d’arrêt de soins et l’intention d’un prélèvement d’organes.
Classe IV : Un arrêt cardiaque irréversible survenant au cours d’un état de mort encéphalique primitive, pendant sa prise en charge en réanimation : les personnes en état de mort encéphalique qui font un arrêt cardiaque irréversible alors qu’elles se trouvent en réanimation.
Classe V : elle est l’équivalent de la Classe II, sauf qu’au lieu de se trouver hors de l’hôpital, le patient y est déjà.

3. Disparité des pratiques à l’échelle internationale :
La pratique en France : les prélèvements "à cœur arrêté" se font essentiellement sur des donneurs appartenant à la catégorie ou classe I ou II (situation d’échec de la réanimation). Les donneurs potentiels appartenant à la catégorie III (situation d’arrêt de soins) sont exclus pour le moment.
La pratique à l’étranger : l’exemple des Etats-Unis : les prélèvements "à cœur arrêté" se font essentiellement sur des donneurs appartenant à la catégorie ou classe III (situation d’arrêt de soins).
En règle générale, un pays donné recrute ses donneurs soit dans les classes I et II de Maastricht, soit dans la classe III, l’un des deux choix tendant à exclure l’autre. Un pays qui prélève des patients de la classe III aura tendance à recruter très peu de donneurs dans les autres classes (I ou II essentiellement). Inversement, un pays qui prélève des patients de la classe I ou II ne recrutera pas de donneurs de la classe III (exemple de la France). Ces deux choix, qui ont tendance à s’exclure mutuellement, correspondent à deux situations bien distinctes : les classes I et II correspondent à des situations d’échec de la réanimation, tandis que la classe III correspond à une situation d’arrêt de soins.

4. Les contraintes des prélèvements "à coeur arrêté" : une course contre le temps :

Première étape :
Entre l’arrêt cardio-circulatoire et le début de la réanimation cardio-pulmonaire, il ne faut pas que plus de 30 mn s’écoulent. La réanimation cardio-pulmonaire doit être au moins de 30 mn. C’est la définition de l’arrêt cardiaque "réfractaire", où la réanimation va être considérée comme futile. Il faut moins de 120 mn entre le début de l’arrêt cardio-circulatoire et l’institution d’une technique de perfusion des organes, pour laquelle il y a deux techniques, toutes deux invasives : soit celle du refroidissement ‘in situ’ (l’idée est de permettre le refroidissement des organes pour assurer leur conservation : on perfuse un liquide froid au niveau des reins au moyen d’une sonde à doubles ballonnets : la sonde de Gillot), soit celle de la circulation extracorporelle, qui se fait à thorax ouvert : une thoracotomie est pratiquée afin d’assurer la déviation de la circulation du sang : une machine relaie les fonctions du cœur et des poumons, pour assurer la perfusion des organes. Cette même machine sert aux opérations à cœur ouvert, en chirurgie cardiaque dite "traditionnelle" ou "invasive".

Deuxième étape :
Pendant cinq minutes, les tentatives de réanimation cardio-pulmonaire infructueuses, ayant eu une durée de 30 mn, sont arrêtées. Ce court laps de temps, ces cinq minutes, permettent de constater le décès. C’est ainsi que ces cinq minutes constituent la frontière entre deux étapes : entre celle où on poursuivait une tentative de réanimation en vue de sauver le patient, et celle où une réanimation va être entreprise, mais avec un tout autre objectif, puisque cette nouvelle tentative vise à assurer la conservation des organes de ce patient "candidat" au prélèvement d’organes, considéré comme mort au bout de ce court laps de temps d’une durée de cinq minutes. La première réanimation est clairement dans l’intérêt du patient ; la deuxième réanimation, celle pour les organes chez un patient déclaré mort, constituerait un "acharnement thérapeutique déraisonnable" et par ailleurs interdit par la loi Léonetti d’avril 2005, dite "loi sur la fin de vie", si le but poursuivi était toujours de sauver ce patient. On peut donc dire que la deuxième réanimation va clairement à l’encontre de l’intérêt du patient sur qui elle est pratiquée, mais sert les intérêts des patients en attente de greffe, puisque c’est une réanimation en vue de la conservation des organes jusqu’à leur prélèvement. Le patient sur qui est pratiquée cette réanimation a perdu ses droits de malade en fin de vie. Ce mort réanimé est devenu un simple pourvoyeur d’organes.

Troisième étape :
C’est la réanimation invasive qui suit le constat de décès (rédigé dans le court laps de temps des cinq minutes qui constituent la deuxième étape). Cette réanimation est pratiquée dans le but d’obtenir des greffons viables. Le patient est devenu un simple réservoir d’organes.

5. Controverses :
Les cinq minutes qui font office de frontière entre deux réanimations poursuivant des buts opposés revêtent une importance cruciale sur le plan de l’éthique et de la législation.

a.) Sur le plan de l’éthique :
On comprend que la déontologie médicale qui préside au prélèvement d’organes sur donneurs "décédés" est particulière. Elle est d’ailleurs controversée dans le milieu médical lui-même, puisque tout médecin est censé poursuivre le bien du seul patient qu’il a en charge, et non pas sacrifier l’intérêt dudit patient à celui de la communauté (des patients en attente de greffe). Le médecin ou chirurgien acteur des transplantations se trouve donc pris dans un dilemme, opposant service à l’individu et service à la collectivivité.

b.) Sur le plan de la législation :
Pour que les prélèvements d’organes puissent recueillir l’acceptation sociétale, il faut que le donneur soit mort (dans le cas des prélèvements d’organes sur donneurs "décédés"). Or pour que les greffes soient efficaces, il faut que le donneur soit aussi mort que nécessaire aux yeux de la loi, tout en étant aussi vivant que possible sur le plan médical : les greffons prélevés sur un mort ne peuvent aider personne. Ce dilemme revêt une importance sur le plan de l’éthique et de la loi.
En dernière analyse, une définition légale de la mort, dans le but de permettre l’activité des prélèvements d’organes sur donneurs "décédés", se heurte à des contradictions insurmontables. Il y aurait un conflit insurmontable entre la nécessité de laisser passer suffisamment de temps pour que le décès d’un donneur d’organes potentiel puisse être raisonnablement prononcé, et la nécessité de prélever des organes (greffons) viables, ces organes ou greffons devant être prélevés le plus tôt possible. Face à ce constat, certains pays recommandent d’arrêter les tentatives, vouées à l’échec, de fournir une définition légale des critères de la mort, dans le but de permettre des prélèvements d’organes. Ce n’est pas l’orientation choisie par la France, qui maintient les tentatives de définition des critères de la mort d’un point de vue légal, dans le but de recueillir l’acceptation sociétale vis-à-vis des prélèvements d’organes sur donneur "mort". Ces définitions légales font néanmoins l’objet d’un consensus mou, c’est-à-dire qu’elles ne font pas l’unanimité au sein du corps médical français et international. Face à ces disparités des pratiques et des avis scientifiques, certains médecins demandent à ce que la distinction soit faite entre les états qui permettent les prélèvements d’organes et l’état de mort, étant bien entendu que la mort encéphalique et l’arrêt cardiaque et circulatoire persistant sont des états qui permettent les prélèvement d’organes, mais que ces états sont distincts de l’état de mort.

c.) Le diagnostic de la mort chez les patients en état d’arrêt cardiaque et circulatoire persistant :
Au bout d’un certain nombre de minutes (30 environ), on considère que la réanimation est devenue vaine (futile en anglais, c’est-à-dire inutile), qu’il n’y a plus de chance de survie pour le malade. On arrête, on est donc dans un processus d’arrêt de la réanimation cardio-pulmonaire, et on va attendre 5 mn sans RCP (Réanimation cardio-pulmonaire), afin de vérifier que sans réanimation il n’y a pas de retour à une respiration spontanée. L’ECG (électrocardiogramme) doit être plat ou agonique. Ce tracé agonique peut durer plusieurs heures. C’est au cours de ces cinq minutes que le certificat de décès va être signé, puis la RCP est reprise, mais chez un patient qui a été déclaré décédé. Pourquoi cette période de 5 mn ? Lorsqu’il y a eu une période d’arrêt cardiaque sans RCP, puis une RCP jugée inutile au bout de 30 mn, si de nouveau la RCP est arrêtée pendant 5 mn, les neurones n’auront pas pu survivre. Le diagnostic de mort sur le plan neuronal est certain. Ce diagnostic n’atteste cependant pas la destruction du cerveau, qui n’est pas requise pour les prélèvements "à cœur arrêté" : dans cette situation, on ne peut savoir avec certitude à quel moment un tel patient se trouve en état de mort encéphalique. Or rappelons qu’en France, la définition légale de la mort repose sur la mort du cerveau, et non sur la mort sur le plan neuronal. Déclarer qu’un patient dont les fonctions cardiaques et pulmonaires sont en arrêt persistant est décédé est donc paradoxal : le rapport de l’Académie nationale de médecine du 14/03/2007, intitulé "Prélèvements d’organes à cœur arrêté", stipule :
"Depuis 1968 et jusqu’à présent, le prélèvement a été limité aux donneurs à cœur battant en état de mort cérébrale. Dans le sillage des expériences étrangères, la loi française a ouvert depuis août 2005 une voie nouvelle, celle des ’décédés présentant un arrêt cardiaque et respiratoire persistant’ autorisant le prélèvement des reins et du foie."
Ce même rapport précise :
"Il n’y a qu’une seule forme de mort : la mort encéphalique, qu’elle soit primitive ou secondaire à l’arrêt cardiaque".
Si on suit cette logique, d’un point de vue légal, le patient en arrêt cardiaque et respiratoire persistant devrait être déclaré mort lors du prélèvement de ses organes, et non avant, alors que la mort du cerveau n’est pas requise ni vérifiée. La mort neuronale n’équivaut pas à la mort cérébrale. Le diagnostic de mort dans le cas d’un patient candidat aux prélèvements "à cœur arrêté" fait donc l’objet de dissensions au sein de la communauté médicale et scientifique, tant en France qu’à l’échelle internationale. Il semblerait que les différentes tentatives visant à justifier les prélèvements d’organes sur donneurs "décédés" à l’aide d’une définition des critères de la mort d’un point de vue juridique n’aient pas abouti, dans le cas de la "mort encéphalique" comme dans le cas des patients "décédés présentant un arrêt cardiaque et respiratoire persistant". En effet, il existe une controverse au sujet de la loi en France, qui fait équivaloir la mort avec une incompétence du cerveau (loi de bioéthique de 1996, revue en 2004). En ce qui concerne les prélèvements "à coeur arrêté", nous avons vu que le constat de décès est basé sur l’arrêt des fonctions du coeur et des poumons, sans que soit vérifiée la destruction du cerveau (mort encéphalique). Rappelons que la mort, dans son acception traditionnelle, se définit par la cessation irréversible des fonctions du coeur, des poumons et du cerveau.
Sources :

1. http://www.sfmu.org/documents/consensus/po_rapport_2007.pdf


2. http://www.sfar2008.com/podcast.html


3. "Prélèvements à coeur arrêté - Enjeux éthiques". Dr Marc Guerrier, Espace éthique de l’AP-HP, 15 novembre 2006.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Dim 30 Déc - 19:04

.


Dernière édition par sandrine le Dim 10 Aoû - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Credo
Sénéchal


Nombre de messages : 1347
Date d'inscription : 30/06/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Dim 30 Déc - 19:53

Citation :
Je pense qu'on ne devrait pas enlever à un mort un organe qu'on enlèverait à un vivant. Car il ne faut pas oublier que le corps des morts est appelé à revivre au jour du Jugement Dernier.
Citation :
J'avoue être dubitative. Que dire alors des corps mutilés des saints martyrs ? des corps accidentés réduits en miettes ou en cendres ? etc...
Avez-vous des preuves tangibles pour étayer votre affirmation?

Cf entres autres le Spirago:" Cathéchisme Catholique populaire"

1° Partie "Dogme", 11° et 12° articles du Symbôle: "La rémission des péchés, Développement 6: "la résurrection de la chair", sous parties 1,2,3,4.

extraits:

Intro Sous partie 1:

Citation :
Le Christ au dernier jour ressuscitera de la mort les corps de tous les hommes et les réunira pour toujours avec les âmes. Le Christ en effet a souvent affirmé, qu'il ressusciterait du tombeau les corps de tous les hommes, et il a prouvé par des miracles qu'il a le pouvoir de le faire. La résurrection des morts trouve d'ailleurs son type dans beaucoup de phénomènes de la nature...Etc, Etc.

Intro Sous partie 2:

Citation :
Dieu réssuscitera les corps pour révéler l'infini de Sa Justice et glorifier le Sauveur...Etc, Etc.

Intro sous partie 3

Citation :
Les corps ressuscités auront les qualités suivantes:
1° ils seront identiques à ceux de cette vie
2° Les corps des Justes seront glorifiés, ceux des Méchants seront abaissés dans l'opprobre
3° Les corps ressuscités seront sans mutilation et immortels...Etc, Etc.

...Il n'est pas impossible à Dieu de reconstituer le corps désorganisé, car Dieu a pu faire ce qui n'était pas, à plus forte raison peut-il reconstituer ce qui était déjà.

"Quoique dans 10 ou 20 ans toutes les molécules matérielles de notre corps soient changées, notre corps reste identique à lui-même, parce que le principe, la substance restent les mêmes, ainsi les corps réssuscités garderont leur identité lors même que TOUTES les molécules matérielles ne leurs seraient pas rendues" (St Thomas d'Aquin)...

...Les corps réssuscités recouvreront leur intégrité. Les martyrs retrouveront leurs membres mutilés, quoique leurs blessures subsistent comme les plaies du Sauveur, surpassant l'éclat de l'or et des pierres précieuses (St Augustin). Les Saints ne porteront aucune trace de l'âge, de la maladie ou d'un défaut quelconque...

Intro sous partie 4:

Citation :
La foi à la résurrection nous console dans les souffrances et de la perte de nos parents et amis...Etc, Etc.

Bref, Je ne vois pas où est le (faux, à mon sens)) problème soulevé par Torquemada sachant que Dieu maitrise parfaitement SA Création et que la délicatesse naturelle nous pousse à refuser cet acte (profanation du corps, Temple du Saint Esprit ou encore la négation de la Croix et des douleurs salvatrices, refus de la Mort, Etc, Etc), par contre il faut savoir si OUI ou NON la Sainte Eglise l'autorise. C'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.a-c-r-f.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Dim 30 Déc - 20:59

.


Dernière édition par sandrine le Dim 10 Aoû - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Mer 2 Jan - 22:19

.


Dernière édition par sandrine le Dim 10 Aoû - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
etienne
Ecuyer


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Jeu 3 Jan - 23:26

sandrine a écrit:
S.S le pape Léon XIII mais de S.S le pape Léon XII qui déclara en 1829 lors de la grande épidémie de variole:
" Quiconque procède à la vaccination cesse d'être un fils de Dieu: la variole est un châtiment voulu par Dieu, l[b]a vaccination est un défit contre le Ciel."

Existe-t-il une source "fiable" de cette citation ? Peut-on être certain qu'il ne s'agit pas d'une invention de la part de quelque ennemi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Jeu 3 Jan - 23:37

etienne a écrit:

Existe-t-il une source "fiable" de cette citation ? Peut-on être certain qu'il ne s'agit pas d'une invention de la part de quelque ennemi ?

Parce que les gens qui font et diffusent les vaccins sont nos amis et ne veulent que notre bien ??? Twisted Evil

Le Bon Dieu a mal fait les choses et ne nous a pas pourvus de défenses contre les maladies, mais heureusement qu'on a inventé les vaccins pour remédier à cela... Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Ven 4 Jan - 0:05

c'est une situation grave.

il me faut l'encyclique en question et d'autres condamnations.

est-ce le vaccin en tant que tel qui est condamné?

j'ai prochainement rendez-vous pour travailler dans un hopital,et je suis obligé de me faire vacciner d'apres ce que j'ai compris!

alors?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Ven 4 Jan - 0:07

Citation :
Parce que les gens qui font et diffusent les vaccins sont nos amis et ne veulent que notre bien ??? Twisted Evil

Le Bon Dieu a mal fait les choses et ne nous a pas pourvus de défenses contre les maladies, mais heureusement qu'on a inventé les vaccins pour remédier à cela...

LOGIQUE IMPLACABLE! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Ven 4 Jan - 0:09

Sauf métiers particuliers, seul le DTP (diphtérie tétanos polio) est obligatoire.

Votre carnet de santé est quant à lui confidentiel.

Celà dit, vous pouvez demander une lettre de la personne vous demandant de vous faire vacciner, où elle spécifie qu'elle se porte garante de l'inocuité du vaccin...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Greffe   Ven 4 Jan - 0:28

.


Dernière édition par sandrine le Dim 10 Aoû - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
etienne
Ecuyer


Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 20/12/2006

MessageSujet: Re: Greffe   Ven 4 Jan - 0:37

sandrine a écrit:
ennemi de quoi ou de qui??? Suspect

Ennemi de la Foi catholique, qui voudrait faire passer le Pape pour un affreux réactionnaire, etc, etc...

Davantage de détails permettraient, le cas échéant, de mieux comprendre les raisons de la condamnation de la vaccination, car sinon, en poussant le raisonnement plus loin, on pourrait refuser systématiquement jusqu'au simple principe de la médecine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Greffe   Aujourd'hui à 5:26

Revenir en haut Aller en bas
 
Greffe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Greffe de cerveau
» Les indépendants
» GABRIEL DONNAM ? Luke Hemmings

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Religion, doctrine, apologétique-
Sauter vers: