Gesta Dei Per Francos

Regnum Galliae, Regnum Mariae !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Dante   Lun 30 Avr - 23:18

Etienne Couvert a écrit un excellent article dans la revue Lecture et Tradition n° 358 de décembre 2006 :

Sur la vie de Dante :

Dans la vie du poète, il existe beaucoup de zones d'ombres que les dantologues n'ont guère cherché à éclaircir. A partir de son exil de Florence, il mène une vie d'errance sur laquelle nous ne savons pas grand'chose ; il a eu pour des- sein de composer son personnage, de brouiller les pistes et de donner le change sur sa vraie personnalité. Dans le Convivio, il se drape en ancien Romain à la mode de Caton l'Ancien.
Nous allons donc rétablir quelques vérités.

Dante rencontre au Purgatoire son ancien ami et condisciple Forèse et il lui dit: « Si tu te remémores quel tu fus avec moi, quel avec toi je fus, encore maintenant le souvenir en serait lourd ». « Et ils furent, ajoute le commentateur franciscain, Dante et Forèse, compagnons en certaines choses lascives, lesquelles ils firent l'un avec l'autre et ensemble ». D'ailleurs, Forèse n'éprouvait aucune horreur particulière à cet égard et le propre fils du poète, Pierre Alighieri, pour excuser son père, explique que le « vice et le péché de sodomie est surtout fréquent entre les jeunes gens de science et de doctrine » et que la secte des professeurs et des étudiants est coutumière de tel vice. Voire !

Il n'est pas interdit de penser que ses tendances homosexuelles ne furent pas étrangères à ses difficultés familiales et à l'abandon des siens. Examinons également son amour pour Béatrice. Nous n'entrons point dans la querelle d'érudits sur l'identité de cette Béatrice. Nous ne nous proposons pas de savoir si elle a existé ou si elle est une allégorie, par exemple de la théologie, comme on a voulu le croire. Nous considérons simplement cet amour dans sa caractéristique fondamentale.
Glorifier un être virtuel, rêvé dans son imagination, lui attribuer toutes les beautés et les vertus désirables, lui vouer un véritable culte ne relève pas d'une attitude chrétienne. Il s'agit ici d'une forme de l'amour courtois chanté par les troubadours de Provence et les poètes italiens du « dolce stil novo », dans les théories d'un amour spirituel et romantique de la femme idéalisée, qui inspire tout ce courant littéraire avec un mélange confus de mysticisme et de sensualité.

Or, nous avons démontré que cet amour courtois, chanté dans les « cours d'amour », était d'origine musulmane, transmis en Occident à partir des mystiques arabes. Nous avons renvoyé au livre-clé de Denis de Rougemont, L'amour et l'Occident, qui a établi avec précision cette origine arabe et les relais qui l'ont transmise en Europe. Dante est donc bien l'un de ces relais et non des moindres.
Nous avons même précisé qu'il s'agit d'un amour adultère, toujours pratiqué hors mariage, toujours détourné de sa finalité qui est la procréation. Il est plus facile d'aimer un être construit par soi-même, plutôt que sa véritable épouse, un être de chair et d'os et qui demande un amour difficile, exigeant, fidèle, persévérant, un amour réel donc et non rêvé.

Enfin, il nous faut préciser que la rencontre de Dante et de Béatrice, au seuil du Paradis, n'a aucun répondant dans la littérature chrétienne, mais bien dans la tradition musulmane comme nous allons le montrer dans l'étude des sources. Sur ce sujet, nous avons trouvé des réflexions très judicieuses chez un écrivain romantique irlandais, Thomas Moore .
« Le poète Dante, qui vagabonde loin de sa femme et de ses enfants, passa la totalité d'une vie sans repos et détaché de tout en nourrissant son rêve immortel de Béatrice, tandis que Pétrarque, qui ne voulut pas que sa fille unique résidât sous son toit, passa trente-trois ans de poésie et de passion sur un amour idéalisé... »

« C'est bien dans la propre nature et l'essence du génie d'être à jamais intensément occupé de lui-même, comme son grand centre et la source de sa force. Telle la sœur de Rachel chez Dante, assise toute la journée devant son miroir : "Jamais de son miroir elle ne se détache et elle reste assise tout le jour" et les infirmités et même les misères du génie sont oubliées dans sa grandeur. Qui demande à présent si Dante avait raison ou tort dans ses différends matrimoniaux ? Et par combien, de ceux dont les imaginations s'attardent avec amour à sa Béatrice, est même rappelé le nom de Gemma Donati ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
Abbé Grossin
Sénéchal


Nombre de messages : 1023
Localisation : Par grâce et aussi par vouloir, je dors en Bretagne ce soir...dans la beauté !
Date d'inscription : 04/10/2006

MessageSujet: Re: Dante   Lun 30 Avr - 23:20

LES SOURCES DE DANTE

Sans doute Dante donne-t-il ses sources, celles qui sont avouables: La Consolation de Boèce, par exemple et les références « religieusement correctes » de l'époque: saint Thomas d'Aquin évidemment, Aristote, bien sûr et même, à l'occasion, Averroès, avec quelques restrictions.
Mais la source fondamentale, celle qui est la clé de toute son œuvre, est restée enfouie dans un secret total. Il a fallu, après des siècles d'ignorance, un coup du hasard pour la révéler. Un érudit arabisant a cru reconnaître, dans des écrits musulmans de la même époque, des expressions, des formules et des idées qu'il avait déjà rencontrées dans les écrits dantesques. n se mit à l'ouvrage et les conclusions qu'il a publiées en 1919 ont révolutionné l'étude de ce poète.

Il s'agit de don Miguel Asin-Palacios, un prêtre espagnol arabisant. En publiant son Eschatologie musulmane, il montra que toute La Divine Comédie était une paraphrase de plusieurs ouvrages arabes: Le voyage nocturne de Mahomet et Les révélations de La Mecque d'Ibn Arabi, parus soixante ans avant la naissance de Dante, ainsi qu'un ouvrage intitulé La Risala d'Abulala.

La plupart des scènes sont identiques chez le poète florentin et le poète arabe. Une multitude d'expressions et de formules poétiques ont pu être présentées face à face sur deux colonnes par Asin-Palacios, en rapprochant le texte italien du texte arabe. Les emprunts sont tellement nombreux et précis qu'il n'est plus possible de nier le plagiat.
Dans son Voyage nocturne, Ibn Arabi raconte la descente aux enfers et l'ascension au ciel de Mahomet, selon la légende musulmane. Mais il est bien nécessaire de rappeler que cette légende a sa source dans des écrits apocryphes d'origine judéo-chrétienne : les ascensions de Moïse, d'Hénoch, de Baruch, d'Isaïe qui ont été traduites en arabe et qui ont servi de modèle au « mirage » de Mahomet. Nous avons déjà montré que l'Islam a tiré sa source de la doctrine « judéo-nazaréenne », traduite en arabe et répandue en Syrie au cours des VIe et VIIe siècles de notre ère .
Nous allons résumer rapidement les emprunts considérables opérés par Dante dans sa Divine comédie.

On trouve pêle-mêle la « bufera infernae » du chant V, la rafale et le tourbillon qui emporte les luxurieux, le «vent noir », le vent des ténèbres dont Allah fouaille les coupables, les fleuves de sang, les marécages de boue, la pluie d'eau glacée et de feu, la grêle de plomb fondu qui transperce les sodomites, le cloaque d'urine et d'excréments où baigne la courtisane Thaïs, le système du « contrapassa », cette loi du talion qui fait que chacun est puni par où il a péché, le supplice du froid, plus intolérable que la brûlure, le « zambarin », cette idée d'un monde qui se pétrifie, se congèle à mesure, sorte de banquise qui est le dernier degré de l'endurcissement, etc. Les musulmans sont pleins d'imagination dans le domaine de la cruauté sanglante et de la haine. On regrette qu'un poète qui se dit chrétien ait pris plaisir à raconter de telles horreurs...

Mais continuons les emprunts. Mahomet et Dante se purifient par une triple ablution avant d'entrer au Paradis. Sous les ombrages du jardin des Délices, le voyageur d'Abulala rencontre une belle jeune-fille que Dieu lui a envoyée. Elle se promène avec lui par les prairies divines et lui chante des chansons d'amour de jadis, que le poète Imrulcaïs avait composées pour sa bien aimée. Et voilà qu'au bord d'un fleuve paraît la bien-aimée du voyageur, elle-même, au milieu d'un cortège de « houris » dont son éclat céleste efface la beauté. Telle est la rencontre de Dante et de Béatrice que nous venons de lire dans le texte arabe.

Continuons toujours. Comme Mahomet, Dante rencontre Adam et lui de- mande quelle langue il parlait au Paradis terrestre. Sur le seuil de la huitième sphère, saint Pierre interroge Dante et lui fait passer un examen de catéchisme sur la foi et les vertus théologales; interrogatoire symétrique de l'examen sur le Coran avant d'entrer dans le Paradis d'Allah. Certains commentateurs anciens ont expliqué que Dante avait placé à cet endroit un exposé orthodoxe de la doctrine chrétienne pour répondre aux accusations répétées des inquisiteurs et de ses ennemis, qu'il appelait des « mordituri », des « mordeurs », et qui lui reprochaient ses hérésies. Sans doute...

Si nous voulons continuer le parallèle, il nous faudra montrer que toute la structure du poème, depuis les cercles de l'Enfer, jusqu'à la montagne du Purgatoire et les sphères célestes est entièrement emprunté à une tradition judéo- chrétienne apocryphe, que l'on peut lire dans les Apocalypses gnostiques, des premiers siècles chrétiens, traditions qui avaient passé dans l'Islam et que celui-ci a répandues dans tout l'Occident. Nous avons en effet démontré que l'Islam a joué le rôle d'un véhicule de la gnose au Moyen-Age, à partir des Croisades .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tourdedavid.net
 
Dante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epreuve de Dante
» Le monde à ses défauts, pas moi ! ? « Dante's Inferno » {OK}
» [Lac] Première sortie du Royaume Obscur [Megan et Dante]
» L'enfer est pavé de bonnes intentions | Cassie & Dante
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gesta Dei Per Francos :: Religion, doctrine, apologétique-
Sauter vers: